L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

Des Cavs bloqués dans les box ?

Publié par le 30 mars 2017               
usa-john-wall-lebron-james

Hebergeur d'image

Double finalistes et champions en titre, les Cleveland Cavaliers sont plus que jamais menacés au sommet de la conférence Est. Une première depuis trois ans pour la franchise, depuis six ans pour LeBron. Le doigt est pointé sur les portes ouvertes en défense depuis le All Star Break, mais est-ce la seule raison ?

Je veux déjà stopper toutes les répliques de groupies : nan mais ils sont faciles, en play-offs ils vont step-up et tout broyer. Non ! On ne joue pas avec le très haut-niveau, on le respecte. Souvenez-vous de la suffisance de Curry lors des Finals presque gagnées à 3-1 l’an passé qui a puni ses Warriors aux profits des Cavs ! Tiens donc… Si l’on imagine que c’est le cas et que les joueurs de LeBron, euh de Lue (je ne m’y ferai jamais), lèvent aussi ostensiblement le pied depuis un bon mois, j’ai bien peur pour eux que la remise en marche soit trop longue pour espérer se défaire d’une conférence Est qui n’est plus en lambeaux derrière eux. L’exemple des Lakers de 2001 me fait rire ! A cette époque, les futurs back-to-backers s’étaient permis d’être en dehors des dix meilleures défenses de la Ligue (ndlr : pas avant dernière) mais avaient été champions en ne perdant qu’un match dans le tableau final. Mais paye ton opposition en carton : Portland d’un Pippen en P.L.S., des Kings en manque d’expérience, des Spurs trop vieux (vraiment à ce moment là) et un Iverson seul en Finals. Le parcours n’était pas si délicat quand vous aviez le (seul) joueur dominant de la Ligue et un assassin à ses côtés. Alors oui Cleveland a aujourd’hui le meilleur joueur NBA intrinsèquement et son lieutenant aux grosses burnes, da real MVP des Finals 2016. Mais en face, il y a du monde…

Si les play-offs débutaient aujourd’hui, Cleveland se mangerait Miami en pleine bourre, puis Washington et, éventuellement Boston derrière. Pourquoi éventuellement ? Parce que je vous écris aujourd’hui que les magiciens feront disparaitre les Cavs au second tour si rien ne change. Le lancement contre Miami ne sera pas une partie de plaisir, l’American Airlines va parler de la mère de LeBron à chaque fois qu’il montra la gonfle et Spoelstra trouvera des solutions pour enquiquiner son ancien protégé et faire saigner du nez le petit écolier de Lue. Allez quand même 4-1 voir 4-2… Pas de remise en cause ou de choc, la série est terminée. On pense s’être rassuré. Mais derrière mon pote, tu va enquiller une équipe de crèves la dalle, à la dynamique complètement inverse : Les Wizards. J’aime Kyrie, il me fait rêver. Mais avec son niveau défensif actuel, il va boire une tasse affreuse face au meilleur stoppeur à son poste Jean, le Mur défensif. Très productif en attaque tout en étant excellent passeur, il va aussi gaver son pote Beal et ses intérieurs qui vont se marrer face au pauvre Double T, esseulé depuis qu’Andrew aux Os de Verre soit sorti de la distribution du film après 58 pauvres secondes. Certes, il faudra défendre sur LeBron. Il n’y a plus Ariza et, même vaillant, Otto Porter n’est pas Kawhi. Mais aidé par les Morris et Smith, il est imaginable de limiter la bête. Et puis, le banc de D.C. n’a rien à envier à celui des champions : Burke, Faya Bogdanovic, Jennings, Mahinmi, Oubre… Il y a des solutions et la rotation de Scott Brooks est huilée depuis des semaines.

Celle de LeBron, merde de Lue, semble à l’inverse se gripper : avant dernière défense de la ligue depuis le All Star Game, au fond du trou aux rebonds des deux côtés du terrains et dans la provocation de pertes de balle, il repose son attaque sur la capacité qu’a son train de marchandises à pénétrer pour finir ou ressortir en se reposant sur l’adresse extérieure de ses copains (remember Game 7, Finals 2016, Splash Brothers). Ajoutez à cela des recrues qui ne donnent pas la satisfaction attendue : le braquage de Bogut, un Korver restreint, d’autant plus depuis que l’alcoolique Gérard est de retour, et un D-Will qui a du mal à être le vétéran leader relais de la second unit ; et vous avez face à vous un champion, devenu favori à Noël et encore plus après la blessure de KD, plus que vacillant fin mars.

Alors je sais, il ne faut jamais sous-estimer le cœur d’un champion et l’avenir me fera surement mentir. Mais j’ai vraiment la sensation que les Cavs ont perdu leur basket et que les contenders se sont réveillés au bon moment. Après, la solution est peut-être de remplacer Coach Lue (enfin!) par le responsable hashtag et son #DefendTheLand. Parce que dans #DefendTheLand, il y a defend !

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>