L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

Hebergeur d'image

Le Centre Fédéral devrait-il descendre en Nationale 2 ?

Publié par le 17 avril 2017               
Joel Ayayi - Centre Fédéral
Hebergeur d'image

La saison régulière du championnat de France Nationale 1 va se conclure dimanche prochain, et comme chaque année depuis une décennie, les jeunes pousses du Centre Fédéral vont terminer à la dernière place du classement. Mais bénéficiant d’une wild card perpétuelle dans la troisième division française, les « meilleurs » prospects du basket français âgés entre 15 et 18 ans vont se maintenir en NM1.

Au regard des résultats sportifs de cette équipe composée d’adolescents (1 victoire remportée sur les cinq dernières années), et de l’écart de points interpellant qui leur est infligé chaque week-end (28 unités en moyenne en 2016/2017), on peut légitimement se demander si cela est bien raisonnable de poursuivre dans cette voie, à la fois pour le développement des joueurs mais aussi le niveau de compétitivité d’un championnat devenu 100% professionnel et de plus en plus relevé année après année ?

L’époque où le Centre Fédéral voyait passer un ensemble de stars des générations dorées telles que celles de Tony Parker/Boris Diaw/Ronny Turiaf, ou d’Antoine Diot/Edwin Jackson/Alexis Ajinça, etc. et où la majorité de ces joueurs cités dominaient individuellement à 16 ou 17 ans la plupart de leurs adversaires directs à leur poste de jeu, semble définitivement être révolue.

Car d’une part, la plupart des meilleurs talents de chaque génération n’intègrent soit plus l’Insep pour causes multiples (la raison n°1 reste malheureusement leur non-sélection par les recruteurs de la structure), soit ils le quittent avant la fin de leur cursus. A titre d’exemple, lors de la dernière draft NBA, sur les cinq basketteurs français sélectionnés par une franchise (à savoir Guerschon Yabusele, Timothé Luwawu-Cabarrot, Isaïa Cordinier, David Michineau, Petr Cornelie), aucun n’est passé par le Centre Fédéral. De même que la pépite Frank Ntilikina, pressentie dans le Top 10 de la prochaine grande messe annuelle du basket américain… Aussi, les leaders des générations 1999 et 2000, que sont respectivement Jaylen Hoard et Sekou Doumbouya, ne font pas (ou plus) partie de l’effectif alors qu’ils sont encore en âge d’y être. Le premier cité a effectivement effectué une saison encourageante en Nationale 1 avant de décider d’intégrer cette année un lycée aux USA, tandis que le second nommé a filé en Pro B pour porter le maillot du Poitiers Basket 86, et ce, alors qu’il lui restait deux années d’éligibilité à l’Insep.

D’autre part, les clubs évoluant en Nationale 1 sont désormais professionnels à part entière. Plus de 90% des joueurs sont salariés des clubs, des joueurs de Pro A et surtout de Pro B n’hésitent plus à descendre d’une ou deux divisions pour vivre de ce sport, trois étrangers dont deux américains sont autorisés par équipe… Le niveau de la compétition est en conséquence en constante évolution et face à cette mutation, des lycéens ne peuvent logiquement pas rivaliser et tenir la distance… Techniquement, les jeunes du Centre Fédéral ont des compétences certaines qu’ils n’ont, pour certains, pas à envier à une partie des basketteurs évoluant au troisième échelon français. Mais ils souffrent clairement physiquement face à des individus nettement plus mûrs, développés et expérimentés. Dominés sous le cercle, dans la bataille aux rebonds, les intéressés résistent aussi difficilement à la pression défensive des adversaires et concèdent beaucoup de pertes de balle (21 pertes de balle en moyenne par match soit une toutes les deux minutes). Ils encaissent 87 points en moyenne alors qu’ils sont de leur côté limités à 59 unités marquées en attaque. En analysant ces statistiques, il ne faut pas oublier non plus que lorsque les clubs de Nationale 1 affrontent le Centre Fédéral, les différents coachs adverses n’hésitent pas à reposer leurs cadres et offrir du temps de jeu aux seconds couteaux, voir aux 10ème et 11ème hommes qui ne sont pas ou très peu entrés en jeu de la saison.

Même s’il n’est pas évident d’accumuler les revers pendant une période de formation, il est vrai que les défaites (à doses modérées) font parties du processus de développement individuel et d’apprentissage, et forgent le caractère ainsi que des capacités mentales d’un athlète. Mais tous les pensionnaires du Centre Fédéral ne deviendront pas basketteur professionnel, et tous n’évolueront pas au plus haut niveau à l’international ou en Pro A.
A quoi bon continuer de démoraliser la plupart de ces adolescents qui intègreront, au mieux pour la grande majorité d’entre eux, un centre de formation d’un club professionnel après deux ans sans aucune victoire décrochée en championnat ? Le fossé creusé entre le niveau du Centre Fédéral et du reste des équipes de Nationale 1 est, à l’heure actuelle, bien trop important.
En Nationale 2, championnat qualifié de semi-pro, ils lutteraient certainement dans le meilleur des cas au sein du ventre mou de la compétition. Car il ne faut pas se voiler la face, le quatrième échelon national ne cesse également de se professionnaliser et attire de plus en plus de basketteurs de qualité, en reconversion ou souhaitant selon les cas (re)lancer leur carrière sportive, en plus des deux joueurs étrangers alignés par équipe.

Et vous, quel est votre avis ?

Les dernières News
Hebergeur d'image

2 Commentaires

  1. MHR

    17 avril 2017 at 19 h 11 min

    Favorable à une descente du Centre Fédéral en N2

  2. Basketfan

    17 avril 2017 at 21 h 30 min

    Sans oublier Elie Okobo, Amine Noua (centre de formation) qui font clairement mieux que Luc Loubaki et Stéphane Gombault (INSEP)
    Killian Hayes et Malcolm Cazalon qui performent avec leur club…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>