L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

Suprême NT..P

Publié par le 29 mars 2017               
dyodpj9mlpaqmtbqe58g

Hebergeur d'image

Il n’y avait aucun intérêt à parler de LaVar Ball, vieil aigri de 48 piges, qui vit par procuration l’aventure du basketteur qu’il n’a jamais été à travers ses fils. Mais cette nuit, l’ainé, Lonzo, a parlé. Reste à savoir comment la planète basket va réagir à des propos qui n’auraient laissés rien à redire sans un daron aussi con.

Fraîchement éliminé de la March Madness lors de laquelle il a atteint le Sweet 16 avec UCLA, le meneur boutonneux s’est positionné sur la prochaine draft. En ballottage (défavorable) avec un autre organisateur, plus scoreur, en la personne de Markelle Fultz pour le premier spot, Lonzo Ball s’est dit être plus NBA ready et tout simplement meilleur que le futur-ex joueur de Washington.

« Markelle est un super joueur, mais j’ai le sentiment que je suis meilleur que lui. Je pense que je peux mener une équipe mieux que lui. Evidemment c’est un super scoreur, c’est un super joueur, je ne lui enlève rien. »

Rien de choquant ! Respectueux envers son concurrent, il s’estime comme tout sportif de haut-niveau, meilleur que la concurrence, et le fait savoir. Ils n’ont pas le même profil, il pense que le sien est plus proche de ce que recherche la NBA aujourd’hui. Malheureusement pour lui, son paternel nous casse les couilles depuis des semaines en répétant que son (ses, car oui ils sont deux derrière, dont un qui fera, au mieux, carrière en N3) fils sera meilleur de Stephen Curry, par exemple. LaVar Ball, ou l’exemple du mec à la recherche du buzz permanent mais tellement débile qu’il assassine l’objet de ses fantasmes. Laisse-le arriver bordel ! Tous les meneurs en place dans la Ligue l’attendront de pied ferme pour lui casser la bouche l’an prochain à cause de ta bave. Il ne sera pas le Booker d’un Kobe ou le Simmons d’un LeBron. Aucun grand n’aura envie de le couver et le conseiller car, à travers lui, il valideraient tes propos. T’as quand même dit que tu laverais His Airness en un contre un. Are you kidding me ? Même Bryant dans sa grande époque n’a pas osé aller si loin… BRYANT, KO-BE BRY-ANT. LA-VAR BALL !..

Alors oui Lonzo sera certainement pické premier ou, plus certainement, second en juin prochain. Il espère l’être aux Lakers qui ont pour le moment, par projection, le deuxième choix derrière Boston (par Brooklyn lors de l’échange « maison de retraite »). Peut-être que son épanouissement serait plus simple chez les Verts où son style de jeu de distributeur et facilitateur compléterait celui du petit Isaiah dans une équipe qui joue le haut de tableau. Cacher derrière le All-Star, il pourrait par séquences décaler le nain poste deux et grandir à ses côtés. Sa venue chez les Angelinos serait d’un tout autre acabit : Lonzo jouerait à domicile, là où il voulait être, là où son père voulait qu’il soit et là où toutes les équipes NBA viendraient pour lui rouler dessus. J’imagine tellement le screen dans le dos de Gortat pour Wall qui attaque le cercle sur le jeune : trois vertèbres, deux larmes et une fracture du mental. La faute aux pairs ? Non au père…

@TristanGent

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>