Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

Hebergeur d'image

NM1 : Présentation du Cep Lorient Basket-Ball, saison 2017/2018

Publié par le 13 août 2017               
Capture d’écran 2017-08-13 à 22.53.46
Hebergeur d'image

Maintenus sportivement sur le fil en Nationale 1, au terme de la dernière journée de championnat après avoir remporté cinq de leurs six derniers matchs, les Lorientais coachés par Philippe Maucourant repartent pour une seconde année consécutive au troisième échelon national avec de nouvelles ambitions. Se qualifier pour les playoffs sera la première étape à franchir dans le cadre de leur projet qui est d’accéder à la Pro B sur le moyen terme. Pour se faire, les dirigeants du club morbihannais (le Cep Lorient sera d’ailleurs la seule bretonne du championnat cette saison suite à l’ascension de l’Ujap Quimper en Pro B et des descentes de l’Union Rennes Basket 35 et de l’Aurore de Vitré en Nationale 2) ont mis en oeuvre des moyens financiers nécessaires pour bâtir une équipe compétitive de haut de tableau. Un noyau dur de quatre joueurs (Faroux, Bigote, Newson et Bach) a été conservé sur la ligne arrière tandis que le secteur intérieur a été reconstruit de haut en bas et étoffé avec la signature de trois futurs éléments majeurs (Pourchot, le lituanien Milka et l’américain Abercrombie) pour compenser entre autres la perte de Michael Craion. Par ailleurs, l’effectif a été rajeuni avec la signature de deux espoirs (Maraux et Olugbeje) et d’un autre potentiel (Bondron) pour remplacer numériquement Damachoua (30 ans), Sautier (28 ans) et Sigiscar (33 ans). A noter que deux autres jeunes éléments (Amice et Le Borgne) formés à l’Ujap Quimper font partis du groupe pro en tant que partenaires d’entraînements, et joueront en compétition avec l’équipe réserve, promue en Nationale 3.

Clément Faroux (1m87, 24 ans – FR)

Passé par l’Insep puis le centre de formation de Cholet, où il a été le meilleur scoreur de l’équipe espoirs, ce natif du Brésil a débuté sa carrière pro du côté d’un promu en Nationale 2, l’Union Bourbourg – Grande-Synthe (club aujourd’hui disparu). S’en est suivi une seconde puis troisième saison au quatrième échelon national, respectivement à Aubenas et Lorient, avec qui il a enfin obtenu l’ascension au niveau supérieur. Doublure de Destin Damachoua au poste de meneur de jeu pour sa découverte de l’élite fédérale, Faroux s’est vu confier, avec grande réussite, les clés du camion lors du dernier mois de compétition. Adroit derrière l’arc, jouant juste et plutôt régulier dans la performance, il a montré la saison passée qu’il est en mesure d’avoir un vrai impact en Nationale 1.

Eliot Maraux (1m84, 21 ans – FR)

Formé à la JDA Dijon mais ne rentrant pas dans les plans de l’équipe professionnelle du club localisé dans la Côte-d’Or, ce jeune meneur de jeu a décidé l’an dernier de tirer un trait sur sa dernière année d’éligibilité en Espoirs pour lancer sa carrière pro à l’échelon inférieur, en Pro B à Saint-Quentin. Peu utilisé dans une formation qui a finalement été reléguée en NM1, le natif de Lons-le-Saunier et frère de Charly (de deux ans son aîné, et ayant pris sa retraite en tant que basketteur pro en 2016) espère rebondir en NM1 au Cep Lorient, où il sera la rotation de Faroux.

Mathieu Bigote (1m90, 33 ans – FR)

Surnommé « Kobe », ce shooteur gaucher qui vit et meurt avec le tir à trois-points a connu presque l’ensemble des niveaux français. De la Nationale 2 avec Boulogne-sur-Mer à ses débuts, à la Pro A avec Rouen suite à une wild-card, le frère de Valentin Bigote (joueur de la JDA Dijon) est aussi passé par la Nationale 1 avec notamment Cognac (où il a rencontré son coach actuel au Cep Lorient, Philippe Maucourant) et la Pro B avec Le Portel.

Fabien Bondron (1m97, 24 ans – FR)

Passé en deux ans de la Nationale 3 à Auch à la Nationale 1 à Tarbes-Lourdes, avec entre temps un passage obligé en Nationale 2 à Valence-Condom, ce jeune ailier/arrière connait une progression fulgurante ! Sachant qu’auparavant il a également été membre de trois centres de formation différents (Paris-Levallois, Nancy et Le Havre), sans compter un passage à Saint-Etienne, qui aurait pu prédire qu’il serait basketteur pro aujourd’hui et en mesure de scorer 17 points face au futur champion de France NM1 ? A Lorient, il tentera de reproduire en sortie de banc de belles prestations qu’il a pu produire la saison passée… Hasard du calendrier, il va retrouver sa précédente équipe lors de la première journée de championnat.

Jared Newson (1m96, 32 ans – US)

Après avoir beaucoup voyagé autour du Monde (Allemagne, Australie, Pologne, Finlande, Porto-Rico) au début de sa carrière, cet athlète américain à la détente phénoménale a évolué pour la première fois en France lors de la saison 2012/2013 (à Hyères-Toulon en Pro B), pour ne plus vraiment quitter l’Hexagone. Mis à part une demi-saison en Finlande puis une pige de quatre matchs en première division allemande en 2014, celui qui a atteint la finale du concours de dunks du All-Star Game français à Bercy en 2012 a porté le maillot de Saint-Vallier puis d’Orchies pendant deux ans. Ayant rejoint l’an dernier le promu lorientais en Nationale 1, le natif de Belleville (Illinois), testé durant le camp d’entraînement par les Dallas Mavericks l’année de leur premier titre de champion NBA, s’est imposé comme étant le quatrième meilleur scoreur du championnat. Agent libre cet été, il a finalement décidé de prolonger l’aventure avec le Cep.

Jason Bach (1m98, 30 ans – FR)

Victime d’une important blessure (fracture au métatarse) dès la deuxième journée de championnat l’an dernier, le capitaine lorientais avait manqué près de quatre mois de compétition et n’avait jamais vraiment retrouvé toutes ses capacités physiques. Arrivé dans le Morbihan en 2015 en provenance de Pro B alors que le club breton évoluait en Nationale 2, cet ancien pensionnaire du Centre Fédéral présente un double projet. Il a effectivement repris ses études dans le cadre d’une reconversion professionnelle dans le domaine de la comptabilité.

Cory Abercrombie (2m01, 32 ans – US)

AIlier-fort expérimenté, cet américain costaud (110 kg) va découvrir le championnat français à la rentrée après avoir foulé les parquets allemands, finlandais, tchèques, estoniens ou encore luxembourgeois. Au sein de l’effectif lorientais, il remplacera numériquement son compatriote Michael Craion, parti renforcer le concurrent Saint-Vallier. Mais il sera probablement compliqué pour lui d’aligner les mêmes statistiques (18 points, 8 rebonds, 3 passes décisives et 2 interceptions en moyenne par match) que son prédécesseur à son poste de jeu.

William Olugbeje (1m99, 21 ans – FR)

Venant de conclure son cursus en Espoirs à Châlons-Reims après être également passé par les centres de formation du Paris-Levallois et de Boulogne-sur-Mer, ce jeune joueur vient de parapher son premier contrat en Nationale 1. Au terme d’une dernière saison plutôt discrète dans le championnat de France U21, il s’était mis en évidence lors de sa participation à la dernière édition du camp LNB. A Lorient, Olugbeje fera vraisemblablement figure de quatrième intérieur dans la hiérarchie de l’équipe.

Dominykas Milka (2m03, 25 ans – LIT)

Dernier renfort engagé par le club breton, ce pivot lituanien au physique de bucheron n’était initialement pas prévu dans l’effectif. Il vient effectivement remplacer l’espagnol Demonico Lamont Barnes, qui ne s’est présenté dans le Morbihan en raison de « problèmes personnels ». Présentant un CV solide pour la Nationale 1, avec notamment une participation au tour préliminaire de la Basketball Champions League ainsi qu’au premier tour de la FIBA Europe Cup, Milka a été formé aux Etats-Unis avant de lancer sa carrière professionnelle dans son pays natal, puis de passer par le Japon, l’Estonie et dernièrement la Suisse.

Vincent Pourchot (2m22, 25 ans – FR)

Plus grand basketteur français en activité du haut de ses 2m22, ce pivot couvé à l’Insep vient relancer sa carrière pro à Lorient en Nationale 1, à la suite d’une année mi figue mi raisin. Au chômage pendant plusieurs mois en début d’exercice 2016/2017, le double vice-champion d’Europe (en U18 et U20) et ancienne tour de contrôle de Lille et Charleville-Mézières (Pro B) avait été contraint d’accepter une offre en provenance de Nationale 2 (Besançon) pour ne pas subir une saison blanche. Une fois qu’il se positionne sous le cercle avec le cuir en mains, l’empêcher de scorer est une mission presque impossible.

Coach : Philippe Maucourant

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>