L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

Hebergeur d'image

Qu’est-ce qu’un basketteur « bad boy » ?

Publié par le 25 septembre 2017               
Capture d’écran 2017-03-19 à 10.46.33
Hebergeur d'image

Le monde du basket professionnel recense un certain nombre de gentils garçons, du profil gendre idéal, mais aussi d’êtres humains plus volcaniques, au caractère bien trempé et qui n’hésitent pas à enfreindre les règlements, aussi bien sur qu’en dehors des parquets. On appelle « bad boys » les athlètes appartenant à cette deuxième catégorie.

Bien qu’ils en existent à travers le Monde au sein des différents championnats nationaux et internationaux, les basketteurs « mauvais garçons » les plus connus et médiatisés se localisent aux Etats-Unis. Leurs attitudes et actions sont multiples : bagarres, insultes verbales ou non- verbales avec un adversaire, un arbitre ou encore un fan, non-respect du code vestimentaire imposé aux membres de la ligue, consommation de substances illicites, excès de vitesse en voiture, possession d’une arme à feu, sorties nocturnes tardives et répétées la veille de matchs, etc. Rien ni personne ne les arrêtent face à leur folie !

Comment les éviter ?

Ces différents comportements peuvent dévaster le joueur lui-même et surtout son équipe par la même occasion. C’est la raison pour laquelle les employeurs, tels que les clubs sportifs professionnels, utilisent parfois des indicateurs comme par exemple l’extrait judiciaire, pour s’assurer que leur future recrue n’a commis aucune infraction à la loi au cours des dernières années. Ainsi, en prenant le maximum de précautions au préalable vis à vis des bad boys en programmant également de nombreux entretiens psychologiques et autres tests d’aptitudes physiques et mentales, les dirigeants des clubs investissent beaucoup de temps, d’énergie et d’argent afin d’éviter au maximum de mauvaises surprises et déconvenues, à la fois sur le plan sportif que de l’image dégagée par la structure auprès de ses clients et du public. Aux USA, dans la meilleure ligue au Monde, de nombreuses personnes sont de plus en plus mobilisées dans le processus de recrutement des meilleurs joueurs de la planète, assurés de devenir millionnaires après un an d’exercice s’ils parviennent à signer l’un des quinze contrats garantis autorisés par équipe dans l’un des trente clubs du championnat. Littéralement tout est disséqué chez l’athlète, aussi bien du côté de ses qualités en tant qu’athlète (détente, mensurations physiques, compétences techniques, etc.), que de son mode de vie et hygiène (alimentation, sommeil) que de ses qualités humaines, comme par exemple son savoir être en société. L’entourage des joueurs, tels que leur famille, leurs amis, leurs anciens coachs et autres fréquentations est notamment régulièrement interrogé individuellement pour cerner au mieux le profil des futurs cracks, dont le parcours, les points forts et faibles, le quotidien et la vie privée n’ont plus vraiment de secret pour les décideurs des plus grandes et prestigieuses équipes mondiales qui sont à la recherche de la perle rare à la fois sur le terrain mais aussi en dehors. C’est pourquoi de nos jours, contrairement à il y a 20 ans ou plus, les bad boys ont presque tous disparu du paysage du basket-ball professionnel. A valeur sportive plus ou moins égale entre deux potentielles recrues, la majorité des dirigeants accordent aujourd’hui autant, si ce n’est plus, d’importance aux qualités extra- sportives des athlètes au moment de trancher. Il faut aussi souligner qu’au moindre écart de conduite, les sanctions disciplinaires (suspension pour un ou plusieurs matchs) et financière (amendes de plusieurs milliers d’euros) pleuvent, ce qui n’incite personne à effectuer le moindre débordement de travers.

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>