L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

Rencontre avec Amadi McKenzie, le basketteur rappeur

Publié par le 5 avril 2017               
15213

Hebergeur d'image

Sa carrière de basketteur, sa vie en France depuis près de neuf années, son désir de retrouver le niveau professionnel, la sortie de son second album de rap : l’américain Amadi McKenzie (2m01, 30 ans) se confie sur tous les sujets.

Peux-tu te présenter ?
Je suis Amadi McKenzie, suis né et ai grandi à l’Ouest d’Atlanta, en Georgie.

Comment as-tu commencé à jouer au basket-ball ?
Mon père a installé un panier de basket devant notre maison quand j’étais enfant. J’ai commencé à jouer au basket sur ce panier avec mes grands frères. Depuis, j’ai toujours adoré le jeu.

Comment as-tu commencé à chanter ou écrire du rap ?
J’ai commencé à rapper quand j’avais 11 ans, dans la salle à manger de mon école avec quelques amis. Mon amour pour la musique a commencé là-bas. J’ai chanté dans la chorale de mon église avec mon frère et mes parents pendant des années.

Venant d’Atlanta, faire de la musique rap était naturelle pour toi ?
Yea, Atlanta a un style spécial de musique et les gens de la ville ont beaucoup d’influences qui ont façonné notre vision du rap.

Après tes années universitaires à Tennessee Tech, tu as commencé ta carrière professionnelle de basket en 2008, à Vichy. Que connaissais-tu à propos de la France et de cette ville ?
Je ne connaissais absolument RIEN à propos de la France ou Vichy ou du basket français lol… Je savais juste que c’était une opportunité de jouer au basket à un haut niveau et d’être payé pour cela.

Tu t’es rapidement très bien adapté au championnat français et tu es resté là-bas durant l’intégralité de ta carrière, si on retire ta saison 2013/2014 en Ukraine. Pour toi, est-ce devenu naturel de rester pendant une si longue période dans le même pays à l’étranger ?
C’est quelque peu devenu une seconde maison ici en France. J’aime les gens que j’ai rencontré, j’aime la vie ici, et j’aime jouer au basket ici. Donc il est logique pour moi de rester où je suis heureux. Et j’étais inquiet à propos du fait de ne pas être payé à temps dans quelques autres pays. Comme en Ukraine par exemple… Ils me doivent encore de l’argent lol.

En France, il y a quelques autres basketteurs américains qui jouent ici depuis plusieurs années. Quel genre de relation entretiens-tu avec eux ?
La plupart des gars qui jouent ici depuis un long moment sont chaleureux. Nous allons parler avant ou après les matchs, et nous sommes sincèrement préoccupés par les uns et les autres parce que nous sommes dans le même bateau. Nous savons tous ce que ça fait d’être à l’étranger, d’être éloigné de la famille et des amis. Les expériences que l’ont partagent ici vont durer toute une vie.

En 2010, tu as même été élu meilleur ailier-fort en Pro B. A cette époque, est-ce que cette récompense était un objectif ou une bénédiction par exemple ?
C’est toujours une bénédiction d’être reconnu pour ton travail. J’étais content d’avoir reçu cette récompense mais j’aurai préféré d’avoir joué les playoffs cette année-là.

Pour la deuxième saison consécutive, tu joues en Nationale 2 avec Gravenchon, et tu es toujours l’un des meilleurs joueurs de la compétition. En comparant avec la Pro A ou la Pro B, quelles sont les principales différences en NM2 ? Comment la saison se déroule avec ton équipe ?
La principale différence pour moi est l’entraînement. Avec mon équipe, nous ne nous entraînons pas autant de ce que je suis habitué. Donc j’ai eu du temps pour que mon corps se repose et guérisse des blessures que j’ai eu dans le passé. Ensuite, du basket reste du basket… Il y a de bons joueurs dans cette division. Et de bons coachs aussi. Les gens sont toujours compétitifs, veulent gagner et être le meilleur. Cette saison n’a pas bien commencé pour nous en raison de blessures et d’un manque d’intensité. Par rapport à la saison dernière, les organisateurs du championnat ont changé notre poule. On est passé d’une poule qui était beaucoup plus facile à une poule regroupant plusieurs équipes qui sont, selon moi, justes aussi bonnes que des équipes de Pro B que j’ai vu par le passé. Donc une fois que nous avons compris que nous devons jouer plus dur et plus ensemble pour gagner des matchs, nous avons fait une bien meilleure saison avec de meilleurs résultats.

Parallèlement, tu travailles sur ton projet musical. Est-ce difficile d’allier à la fois le basket professionnel et la musique professionnelle ? Comment gères-tu ton temps ?
Ce n’est pas si difficile, j’ai fait la plupart de mon travail sur l’album durant l’été ainsi qu’à la fin de l’année 2016. Donc maintenant, j’ai le temps de me concentrer sur le basket, de gagner des matchs, et préparer mon corps pour la saison prochaine.

Tu as récemment sorti ton second album nommé « Pardon my french ». Où les gens peuvent écouter et acheter ta musique ?
Je commande actuellement des copies physiques de l’album donc elles seront disponibles dans une semaine ou deux. La version digitale de l’album est disponible partout… (iTunes, deezer, Spotify, Napster, Google play, etc) mais je ne travaille plus actuellement avec mon manager et je vais faire beaucoup de nouvelles musiques quand je rentrerai à Atlanta cet été.

De quoi parlent tes chansons?
La plupart parlent de ma vie, de choses que j’ai expérimenté, ce que j’ai vécu à travers, amour, pertes, rêves, déceptions. C’est une fenêtre dans ma vie.

Quelles sont tes attentes pour le futur concernant la musique et le basket ?
Musicalement, je vais continuer de faire de la musique que j’aime et si les autres aime ça… tant mieux pour moi (en français dans le texte). Pour le basket, la saison prochaine, je vais regarder les possibilités avec les équipes professionnelles. Je ne suis plus blessé et suis encore assez jeune pour être efficace à un haut niveau, donc je vais faire tout ce qu’il faut pour y parvenir.

L’entretien en version originale est à retrouver ici : http://3ptshot.com/interview-with-amadi-mckenzie-a-pro-basketball-player-and-rapper/

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>