Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

Sélections départementales/régionales : comment se déroule la détection des jeunes ?

Publié par le 28 novembre 2017               
Capture d’écran 2017-11-24 à 18.11.33

Avant d’espérer intégrer un centre de formation d’un club de basket professionnel, un joueur JFL doit quasi-systématiquement passer par la case sélection départementale puis régionale. Mais savez-vous comment se déroule le processus permettant à un jeune d’être retenu parmi ces sélections géographiques ? Entraîneur de longue date de l’équipe masculine du Pôle Espoirs ainsi que de la sélection régionale de Haute-Normandie, Bruno Suares a vu passer durant leur adolescence de nombreux basketteurs professionnels actuels tels que Tony Parker et Ian Mahinmi, tous deux champions NBA, mais aussi Félix Michel et Carl Ponsar (internationaux en équipe de France de jeunes évoluant actuellement en Pro B à Rouen), Malcolm Gountas (GET Vosges) et Théo Lefebvre (Orchies) en Nationale 1, ainsi que le prometteur Théo Maledon (Asvel Lyon-Villeurbanne). Il revient pour Basket-BallWorld sur le processus de détection existant en France pour les jeunes basketteurs âgés entre 10 et 13 ans.

Les différentes compétitions existantes par catégorie d’âge

« Il y a un certain nombre de détections, de tournois et camps qui sont mis en place. Ca débute très tôt, dès les U11/U12 avec les sélections départementales. Les comités commencent à repérer les meilleurs jeunes. Mais il faut savoir que la détection commence vraiment à partir de la catégorie U12/U13. Les meilleurs U12 sont repérés en jouant en sélection départementale. Depuis quelques années, il y a aussi la sélection régionale U13 qui n’existait pas auparavant. La FFBB veut vraiment que les meilleurs soient regroupés ensemble le plus tôt possible et elle a donc rajouté un tournoi inter-ligues (désormais appelé tournoi inter-secteurs) pour la catégorie U13. Avant ce changement, les « Ligues », que l’on appelle désormais « Secteurs », prenaient le relai des comités départementaux à partir des catégories U14/U15 pour continuer à détecter les meilleurs joueurs ».

Les méthodes de recrutement

« Le recrutement fonctionne principalement grâce à un réseau de coachs. Par exemple, pour la sélection U14 ou l’entrée au Pôle Espoir, j’appelle un certain nombre d’entraîneurs qui officient aux niveaux régionaux et départementaux pour leur demander s’ils ont vu des enfants correspondant aux profils que l’on recherche. Ils me donnent des noms, et quand un nom est cité plusieurs fois, on va voir le jeune ou on le fait venir. De plus, on intervient aussi beaucoup dans les formations d’entraîneurs-initiateurs-animateurs pour leur expliquer quel type de joueurs on veut voir. Je me déplace également le samedi après-midi pour visionner des matchs U13 et commencer à les repérer assez tôt.
Pour les U13, dans notre secteur, les Conseilleurs Techniques Fédéraux envoient directement aux enfants leur convocation à des camps d’entraînements. Ils les entraînent et suite à ça, ils en gardent une quinzaine. Ils refont ensuite des camps, jusqu’à temps qu’ils en conservent une dizaine pour représenter l’équipe qui participera au tournoi inter-comités ».

Les profils ciblés

« Il y a donc plusieurs types de profils que l’on recherche. Premièrement, tout les joueurs de grande taille ou qui vont devenir très grands, peu importe leur niveau de jeu. On en manque tellement et on sait qu’au basket, plus tu es grand, plus c’est facile. Ensuite, on demande à nos interlocuteurs de nous signaler les très bons joueurs, c’est-à-dire ceux qui sont innarêtables, au dessus du lot pour leur âge.
Malgré ce travail de détections, on passe à côté de certains joueurs. Pour prendre un exemple concret, je n’ai pas fait rentrer Benoît Injaï (joueur du Rouen Métropole Basket en Pro B) au pôle espoirs. Il a vraiment des qualités. Il n’est pas très grand mais il n’avait pas encore les qualités de vitesse qu’il possède maintenant. Il y a des gamins qui ne sont pas complètement au-dessus dans leur génération d’âge, d’autres joueurs sont meilleurs qu’eux. Ensuite, dans les sélections, on essaye d’avoir des bons joueurs ainsi que des grands ou futurs grands. Une équipe composée uniquement de très grands gabarits n’arriverait pas à s’exprimer ou à se mettre en valeur. De même, on ne peut pas uniquement prendre des joueurs petits par la taille et qui dribblent très bien car, malheureusement, leurs qualités physiques n’évoluent pas avec le temps et ils ne seront pas en mesure d’évoluer en cadets France ou en Espoirs quelques années plus tard.
En résumé, quelques joueurs passent à la trappe car physiquement, ils se développent sur le tard. Mais généralement, la détection est beaucoup orientée autour des grands et des joueurs qui sont au-dessus de la moyenne pour leur âge d’un point de vue niveau technique et tactique ».

Les dernières News
Hebergeur d'image

1 Commentaire

  1. bertrand

    29 novembre 2017 at 15 h 36 min

    Bonjour,

    Je suis d’accord avec vous mais malheureusement il y a beaucoup de favoritisme. Mon fils l’a subit 3 années de suite par le même directeur sportif d’un grand club de basket, qui ne l’appréciait pas ou alors il y a un rapport vis à vis de moi sans le savoir. Bref, mon fils a passé des sélections mais restent nulles à cause de ce problème. Il l’a refusé en fin de saison de le prendre en U13 régional alors que mon fils a un niveau bien plus élevé que certain qu’il a pris pour la saison 2017-2018. Et donc, il ne peut progresser normalement puisque mon fils se retrouve chaque saison avec des débutants ou des jeunes qui ne savent pas jouer. Bref, j’ai été contrainte de le changer de club cette année. Il a été surclassé en minime et il va pouvoir évoluer malgré la différence d’âge (né en décembre 2005).
    Bonne continuation.
    Sandrine BERTRAND

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>