L'encyclopédie du basket se trouve sur wiki-basket.com ! Augmentez votre notoriété en y créant votre profil !

SwaggyP for MVP – Episode 2

Publié par le 16 mars 2017               
BBWORLD

Hebergeur d'image

Après l’escroquerie d’hier qui annonçait la désignation d’un vainqueur alors que son auteur a juste donné ses perdants, il est l’heure de donner du grain à moudre à tous. Puisqu’on a décidé que LeBron, Isaiah, Jean Mur, Steph, Giannis et les autres étaient des nases, penchons-nous sur les trois monstres d’à côté comme dirait l’autre.

Alors, que les choses soient très claires, peu importe lequel des trois partira avec le trophée en Juin, personne ne pourra crier au scandale. Pour autant, personne ne m’empêchera d’avoir un avis et de vous le donner. Alors qui : Harden, RussWest ou Kawhi ? Désolé pour les fans de D-Rose, il n’est pas concerné (et c’est peu de le dire…).

Alors commençons par le plus moche : James Harden. Le physique ça compte, je suis désolé. Chouchou des GM pour rafler la mise, le barbu du Texas nous déroule une saison époustouflante. Arrière recalé à la mène façon Iverson à l’époque, El Barbudo tourne à 29 pions, plus de 11 assists (leader NBA de l’exercice) et quasiment 8 planches par match. Il est le go-to-guy d’une équipe difficilement qualifiée en playoffs l’an passé devenue troisième puissance nationale. Et puis le type, c’est dix-sept triple-doubles cette année. DIX-SEPT ! La raison : l’arrivée sur le banc d’un autre homme à la pilosité faciale douteuse, Mike d’Antoni. Oui, oui, le d’Antoni qui a violé les Lakers. Le d’Antoni du « 07 Seconds or Less » cher à Youssou Ndour et aux Suns d’un double MVP détrousseur de Kobe (au passage). Tiens, tiens… un meneur MVP sous les ordres du moustachu dix ans plus tôt, bel oracle ! En clair, l’ex de Kardashian fait la saison parfaite pour être l’élu. Il le sera d’ailleurs très probablement. Mais moi, je ne suis pas d’accord. Première raison, RussWest, on en parlera après. Deuxième raison, le système d’Antoni est fait pour produire de gros chiffres et mettre en avant son playmaker, orienté vers l’attaque et à la liberté totale pour celui qui remonte la gonfle… mais qui se fera péter en playoffs quand il faudra défendre. Troisième et dernière raison justement, la défense. Quand tu branles rien lorsque l’équipe adverse à la balle en main, il est plus facile de filocher, particulièrement avec le talent d’attaquant d’Harden… mais dans les mêmes profils, Michael et Kobe n’étaient-ils pas d’autres joueurs que lui pour protéger leurs paniers…?

Passons maintenant au monstre. 35/10,6/10,3. Non ce n’est pas le tirage de l’Euromillions de demain mais la ligne de Russell Westbrook cette année. Rendant le triple double classique, le type nous en a sorti trente trois jusqu’à aujourd’hui. TRENTE TROIS ! TREN-TEUH TROIS !! Alors oui, OKC ne va finir « que » six ou septième à l’Ouest, hors du Top 10 NBA. Mais putain, qui l’aurait dit ce jour de juillet lors duquel les bleus ont vu leur star quitter sa « zone de confort » laissant ruines et désespoir derrière ? On annonçait même RussWest partant lui aussi. Que nenni. Il laisse aussi partir Ibaka, date Sam et ne lui pose qu’une question : on fait quoi pour être meilleurs maintenant ? Et il paraphe un nouveau contrat. De la trempe des anciens, des vrais. De ceux qui ne font pas la pétasse pour gagner un titre. De ceux qui veulent réussir dans leur équipe. De ceux qui annoncent et assument ce statut. Il avait déjà prouvé de quoi il était capable lors des blessures de KD mais là… Le mec joue une saison entière à un niveau stratosphérique. Il est en lisse pour aller chercher le record all-time du nombre de TD sur une saison dans la NBA moderne. Alors certes il croque. Il a même des passages kobesques où il en oublie ses coéquipiers et pensent aller chercher l’affaire seul. Ce qui rend l’histoire du TD de moyenne encore plus belle puisqu’il ne court qu’après la victoire, qu’importe les moyens. Son match à 58 puntos restera comme un de ses plus mauvais de l’année par exemple… Le type ne fait pas exprès d’aller gratter Robertson. Par contre il fait exprès d’aller en playoffs avec un groupe pas forcément reluisant, surtout avant les derniers trades : Adams, Morrow… même Oladipo. Vous me direz ce que vous voudrez, mais Harden est mieux entouré. Bref, ce que nous voyons individuellement est historique, il est leader au PER et est au moins aussi valuable pour son équipe que le Barbu. Tout en défendant mieux -même si ça n’est pas compliqué, je vous l’accorde. Vous l’aurez compris, à choisir entre les deux, je prends le marsupilami du Thunder. Mais…

Il y en a un dernier. Un qui ne fait pas de bruit. Par choix. Le taiseux ailier de la meilleure équipe actuelle de la Ligue ne peut pas être oublié, et il est mon choix de cœur je l’admets. Les chiffres sont moins impressionnants avec un 26/6/3,5 mais il a les meilleurs pourcentages des trois et surtout une activité incessante dos à son panier. Double DPOY de l’année en titre, à la tape avec Dray et Rudy pour un troisième cette année, Leonard est le prototype du joueur ultime. Moins playmaker que LeBron mais plus fort défenseur, ce monstre athlétique a appris son basket dans l’institution la plus forte de l’Oncle Sam. Premier élément pour lui, ses Spurs sont passés devant la machine de Golden State au classement et dominent la Ligue. Deuxièmement, il est surfort des deux côtés du terrain et a mangé tous ses concurrents en confrontation directe cette saison. Troisièmement, il monte en puissance depuis des années et est plus fort que l’an dernier (tout en étant certainement moins fort que l’an prochain). Quatrièmement, et ce point n’engage que moi, il verra, a minima, les finales de conférence lui. Et en leader devant des Aldridge, Gasol qui lui laissent les rennes que lui confient Pop. Pour conclure, parce qu’il est le meilleur joueur de la meilleure équipe de la saison (pour le moment) mais des trois cités avec certitude, parce qu’il est le plus actifs des trois défensivement et parce qu’il n’est pas flashy en étant la première option des Spurs. Et c’est comme ça qu’on fabrique les MVP là-bas. Et puis pour ça :

Maintenant, osons le pronostic : la NBA voudra Harden, la raison voudrait Westbrook et le kiff veut Leonard.

On se capte en juin !

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>