© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Bleuets : Quelle pré-sélection pour l’EuroBasket U20 ?

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

La Fédération Française de Basket-Ball a pré-sélectionné une vingtaine de joueurs dans l’optique de préparer le championnat d’Europe des moins de 20 ans. Celui-ci aura lieu à Helsinki du 16 au 24 juillet 2016. La composition est encore inconnue du grand public. Cependant, Basket-BallWorld a établi une liste composée de 25 noms potentiellement sélectionnables. A noter que seulement 18 éléments seront officiellement convoqués au premier rassemblement qui se déroulera début juin. La concurrence est sévère…

Meneurs de jeu

Félix Michel (1m85, 1996) – Rouen

Meilleur délivreur de passes décisives du championnat Espoirs et quatrième aux interceptions, ce rouennais pur souche est un habitué des équipes de France de jeunes. Il a déjà participé aux championnats d’Europe des moins de 16 ans et 18 ans respectivement en 2012 et 2014. Déjà 24 matchs de Pro A et 14 de Pro B à son actif.

Ses stats : 11.5 points, 3.9 rebonds, 8.1 passes décisives et 2.6 interceptions pour 15.7 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Vincent Fauché (1m91, 1996) – Limoges

Leader incontesté des espoirs du Limoges CSP, ce meneur de jeu polyvalent est le seul joueur espoirs à avoir réussi à réaliser un triple-double cette saison. Déterminé à retrouver la sélection nationale après y avoir goûté avec les U18 en 2014, Vincent progresse au quotidien aux côtés du serbe Dusko Vujosevic, un coach légendaire du basket européen.

Ses stats : 10.9 points, 6.2 rebonds, 7.2 passes décisives et 2.3 interceptions pour 16.9 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Étienne Ory (1m83, 1996) – Paris-Levallois

Meilleur intercepteur du championnat de France U21, le fils de Philippe s’est approché du record de ballons volés à l’adversaire sur une rencontre en Espoirs avec 12 interceptions (15 étant le record absolu). Intégré aux entraînements du groupe pro ainsi qu’à leurs matchs en étant sur le banc, il apprend le métier sous les ordres de Frédéric Fauthoux, et a pu bénéficier des précieux conseils d’Antoine Rigaudeau en première moitié de saison avant la démission de ce dernier.

Ses stats : 7.2 points, 2.1 rebonds, 5.4 passes décisives et 3.7 interceptions pour 11.7 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Eliot Maraux (1m84, 1996) – Dijon

Dans une équipe de bas de tableau du championnat Espoirs et où il est l’un des seuls éléments à surnager, le frère de Charly (Angers, NM1) sauve les meubles sur le plan individuel. Il devra vraisemblablement tenter de gagner sa place dans la sélection lors de la préparation au championnat d’Europe. Trois minutes de jeu au global avec les U16 en 2012.

Ses stats : 17.9 points, 5.8 rebonds, 4 passes décisives et 1.9 interceptions pour 15.4 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Luc Loubaki (1m91, 1997) – Orléans

Signataire l’été dernier d’un contrat professionnel de cinq ans en faveur de l’OLB à sa sortie du Centre Fédéral, ce meneur de jeu de grande taille est membre à temps plein de l’équipe Pro A orléannaise depuis le début de la préparation. Un phénomène unique cette saison dans l’élite du basket français pour un joueur de la génération 1997. Deux titularisations en Pro A cette saison.

Ses stats : 3.1 points, 1.3 rebond, 0.4 passe décisive et 0.6 interception pour 3.6 d’évaluation en Pro A.

Arrières/Ailiers

Isaïa Cordinier (1m94, 1996) – Denain

Plus gros potentiel de la génération française 96, cet arrière explosif s’affirme cette saison à seulement 19 ans comme étant l’un des meilleurs joueurs français de Pro B. Formé en cadets France puis Espoirs aux Sharks d’Antibes, le fils de Stéphane (ancien handball international français) a rejoint l’antichambre du basket français en 2014 avec Evreux avant de s’engager auprès de Denain en fin de saison dernière.

Ses stats : 11.2 points, 3.7 rebonds, 2.1 passes décisives et 1.1 interception pour 11.8 d’évaluation en Pro B.

Elie Okobo (1m87, 1997) – Pau-Lacq-Orthez

Scoreur né, ce poste 2/1 possède un talent offensif indéniable qu’il cultive cette saison avec les Espoirs de Pau mais également en compagnie de l’équipe réserve paloise évoluant en Nationale 2. Né en 1997, cet ancien joueur des JSA Bordeaux pourrait bien être l’une des surprises de la liste des 12 joueurs sélectionné pour l’EuroBasket avec un rôle de joker en sortie de banc.

Ses stats : 15.9 points, 4.3 rebonds, 3.1 passes décisives et 2 interceptions pour 16 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Corentin Carne (1m95, 1996) – Pau-Lacq-Orthez

Retenu l’an dernier dans le groupe final en équipe de France U20 avec un an d’avance et un peu à la surprise générale, cet arrière a occupé un rôle mineur dans la quête de la quatrième place mais a pu engranger de l’expérience. Le sélectionneur national le conservera t’il cette année ? Réponse dans deux mois et demi.

Ses stats : 10 points, 2.5 rebonds, 2.1 passes décisives et 2.2 interceptions pour 11.3 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Cyrille Eliezer-Vanerot (2m02, 1996) – Paris-Levallois

Ailier percutant, également doté d’un bon shoot à trois-points, Cyrille avait été l’un des derniers coupés lors de la préparation des U20 l’an dernier. Cette année, il sera l’un des plus vieux du groupe et son expérience acquise en Pro A cette saison devrait lui permettre de faire partie de la sélection finale.

Ses stats : 12.7 points, 5.7 rebonds, 1.9 passes décisives et 2 interceptions pour 13.9 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Gauthier Denis (2m01, 1997) – Le Havre

Joueur de collectif et cadre des espoirs havrais cette saison, cet ailier de formation reste sur trois campagnes internationales consécutives disputées en trois ans avec les Bleuets. Comparé à la saison précédente, ses statistiques en club n’ont que très peu évolué. Suffisant pour faire basculer la hiérarchie en équipe de France sachant qu’il concède un an de moins que certains ? Pas sûr, mais l’avenir nous le dira.

Ses stats : 11.4 points, 4.4 rebonds, 2.3 passes décisives et 1.3 interception pour 10.5 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Assane Ndoye (2m01, 1996) – Chalon-sur-Saône

Numéro 2 aux interceptions et douzième au nombre de points marqués en Espoirs, ce poste 3 formé à l’Elan Chalon-sur-Saône a clairement une carte à jouer même si la concurrence est rude. Comme d’autres candidats, ses statistiques n’ont que très peu progressé par rapport à l’an dernier mais sa justesse dans le jeu et sa rentabilité en termes d’évaluation se sont nettement améliorées.

Ses stats : 14.7 points, 6 rebonds, 3.5 passes décisives et 3 interceptions pour 16 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Lenny Charles-Catherine (1m93, 1996) – Poitiers

Doté de grosses qualités athlétiques, il a participé au dernier concours de dunks organisé par la LNB. Ayant quitté le centre de formation du Sluc Nancy avec un an d’avance pour tenter sa chance en Pro B avec le PB86, cet arrière shooteur doit en revanche progresser sur son tir à longue distance et sur la ligne de réparation pour passer un cap offensivement.

Ses stats : 4.5 points, 1.6 rebond et 0.8 passe décisive pour 3 d’évaluation en Pro B.

Lucas Dussoulier (2m03, 1996) – Pau-Lacq-Orthez

Cet arrière/ailier de grande taille est l’un des rares éléments à avoir déjà tout connu en équipe de France de jeunes, à savoir les U16, les U18 et les U20 ! La qualité de son shoot, sa polyvalence et son QI basket sont ses principaux atouts pour disputer une nouvelle et dernière campagne sous le maillot des Bleuets.

Ses stats : 12.9 points, 4.6 rebonds, 2.1 passes décisives et 1.9 interceptions pour 14.5 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Jean-Philippe Dally (1m97, 1996) – Le Mans

Passé sous les radars des recruteurs de la fédération durant toute son adolescence, l’actuel septième meilleur marqueur du championnat Espoirs a connu une progression fulgurante ces dernières années. La participation aux entraînements des pros dirigés par Erman Kunter n’y est pas pour rien dans son ascension. Pour lui, c’est le moment ou jamais de porter le maillot des Bleuets.

Ses stats : 16 points, 3.7 rebonds, 2.8 passes décisives et 1.4 interception pour 13.6 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Geoffrey Delarboulas (1m98, 1996) – Nancy

Cet ailier/arrière scoreur ne flambe pas vraiment cette année et réalise pour l’instant une saison globalement décevante puisque l’on pouvait attendre beaucoup mieux de celui qui tournait à 16.3 points (à 46.1% de réussite aux tirs dont 41% derrière l’arc) en moyenne par match lors de l’exercice précédent.

Ses stats : 12.9 points, 4.3 rebonds, 1.6 passe décisive et 1.6 interception pour 8.8 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Intérieurs

Antoine Wallez (2m05, 1996) – Boulogne-sur-Mer

Ce très talentueux poste 4/3 et les Bleuets, c’est une histoire de rendez-vous manqués. Prêté cette saison au SOMB en Pro B par Le Mans Sarthe Basket, le fils de Xavier et le cousin de Julien Lesieu (Roanne) n’a en réalité disputé qu’une vraie campagne internationale depuis ses débuts. C’était en 2012 avec les U16 et il s’était montré dominant. Par la suite, il a effectivement refusé la sélection en 2013, une lésion du ligament croisé l’a contraint a déclaré forfait dès le deuxième match de poule en 2014 et une gêne au niveau du genou l’an passé l’a empêché de poursuivre la préparation jusqu’au bout.

Ses stats : 3.9 points, 2.4 rebonds, 0.6 passe décisive et 0.6 interception pour 4.5 d’évaluation en Pro B.

Léopold Cavalière (2m02, 1996) – Pau-Lacq-Orthez

Après quatre années d’absence sous le maillot Bleu et une campagne effectuée en 2012 avec les U16, le futur MVP indiscutable du championnat de France Espoirs Pro A cette saison va certainement retrouver la sélection nationale cet été. Blessé l’an dernier, le troisième meilleur marqueur et numéro 1 à l’évaluation des Espoirs mérite amplement sa place.

Ses stats : 17.5 points, 7.5 rebonds, 1.7 passe décisive et 2 interceptions pour 21.6 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Alpha Kaba (2m05, 1996) – Mega Leks

Une saison en demi-teinte en Serbie pour celui qui a été élu meilleur ailier-fort du championnat de France Espoirs Pro A l’an passé. Ayant subi deux blessures au genou en l’espace de quatre mois, il n’a disputé que 14 rencontres mais a néanmoins réalisé de belles performances. Discret avec les Bleuets en U20 l’an passé en raison d’un temps de jeu limité, de plus grandes responsabilités l’attendent s’il n’est pas contraint de disputer les Summer League en cas de draft NBA en juin prochain.

Ses stats : 8.1 points, 6 rebonds, 0.5 passe décisive et 1.1 interception pour 10 d’évaluation en Ligue Adriatique.

Ywen Smock (2m04, 1996) – Cholet

Meilleur marqueur des Bleuets dans la catégorie U18 il y a deux ans, cet intérieur guyannais revient cette année d’une saison quasi-blanche. Membre du centre de formation de Cholet Basket, il a dû reprendre ses marques au sein d’un effectif espoirs pléthorique en talents, ce qui fait que ses statistiques ne reflètent pas son apport réel dans le jeu.

Ses stats : 8.1 points, 4.9 rebonds et 1.5 passe décisive pour 9.5 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Darel Poirier (2m07, 1997) – Cholet

Rotation de Smock au poste 5 avec les espoirs de Cholet Basket, cet intérieur passé par le Centre Fédéral a disputé l’an dernier le championnat d’Europe avec les U18. Sans doute trop juste cette année pour faire partie du groupe final avec les U20 au vu de l’énorme concurrence dans le secteur intérieur, il devrait néanmoins avoir ses chances l’an prochain.

Ses stats : 6.7 points, 4 rebonds, 1 passe décisive et 0.8 block pour 6.3 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Jonathan Jeanne (2m15, 1997) – Le Mans

Après une période d’adaptation au championnat et au défi physique proposé aux entraînements du groupe pro, ce géant (dont la morphologie se rapproche étroitement à Alexis Ajinça) prend de plus en plus confiance et enchaîne les gros « double-double » depuis six matchs. Sa taille et ses immenses bras pourraient s’avérer très précieux pour les Bleuets cet été.

Ses stats : 13.9 points, 10.1 rebonds, 2.6 passes décisives, 0.8 interception et 1.8 block pour 16.8 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Stéphane Gombauld (2m02, 1997) – Lyon-Villeurbanne

Annoncé il y a quelques années comme étant le leader de la génération française 97, il a aligné quelques performances de haut vol en début de saison avant de ralentir la cadence et de se blesser à la cuisse. Son duo avec Amine Noua dans la raquette villeurbannaise est l’un des plus prolifiques du championnat Espoirs.

Ses stats : 14 points, 8.1 rebonds, 1 passe décisive et 0.9 interception pour 16.4 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Amine Noua (2m00, 1997) – Lyon-Villeurbanne

Enorme prospect, qui s’est montré capable de « skotcher » contre la planche un lay-up d’un international français dès l’âge de 15 ans, cet ailier-fort a lui aussi connu une saison presque blanche en 2014/2015 en raison de pépins physiques. De retour au top-niveau, il détruit tout sur son passage, les défenses adverses ayant énormément de mal à le contenir lors qu’il est sur sa lancée.

Ses stats : 17.7 points, 7.3 rebonds, 1.1 passe décisive, 1.1 interception et 0.9 block pour 19.4 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Carl Ponsar (2m02, 1997) – Rouen

Profitant des nombreuses péripéties rocambolesques au sein de l’équipe professionnelle rouennaise cette saison, Ponsar s’est vu confier un rôle de vraie rotation sous le maillot du premier reléguable de Pro A. Dans l’élite du basket français, le meilleur marqueur du championnat Espoirs ne s’est pas montré ridicule, loin de là même.

Ses stats : 18.4 points, 4.9 rebonds, 1.6 passe décisive et 2.2 interceptions pour 16.9 d’évaluation en Espoirs Pro A.

Olivier Cortale (2m07, 1997) – Strasbourg

Depuis l’intégration à 100% de Frank Ntilikina au sein du groupe pro de la SIG, cet ancien pensionnaire du Centre Fédéral est devenu le leader du très l’effectif espoirs strasbourgeois aux côtés de l’allemand Kostja Mushidi. La NBA et la FIBA l’ont invité en février dernier au camp BasketBall Without Border, rassemblant quelques uns des meilleurs jeunes prospects internationaux en marge du All-Star Week-End.

Ses stats : 14.5 points, 8.3 rebonds et 1.7 passe décisive pour 15.6 d’évaluation en Espoirs Pro A.