La calvitie touche de plus en plus d’hommes avant 40 ans. Les athlètes de très haut niveau ne sont pas épargnés par ce phénomène. Y compris quelques-uns des meilleurs basketteurs de la planète… Pour faire face à ce désagrément, il existe plusieurs solutions définitives. Certains décident tout simplement de se raser le crâne. Esthétiquement, on a vu mieux. D’autres privilégient une greffe de cheveux naturelle et sans cicatrices ni incisions. C’est ce que propose le centre de greffe capillaire Starks, spécialisé dans les solutions de restauration capillaire de qualité. La qualité de son suivi du patient ainsi que son équipe d’experts en fait un hot-spot de la greffe capillaire pour la région.

Voici l’histoire de cinq basketteurs stars victimes de calvitie :

LeBron James

Le plus célèbre des basketteurs américains de NBA est touché par la perte de cheveux. Et ce, depuis déjà plusieurs années. Des trous sont visibles à différents endroits de son crane sur plusieurs photos de lui. A 36 ans, LeBron James n’est plus tout jeune pour un sportif professionnel. Idolâtré par beaucoup et détesté par une poignée de haters, il est sujet aux moqueries de trolls sur internet. Mais sur les terrains comme en dehors,  » King James  » ne prête pas attention aux critiques. Certains se sont déjà demandés s’il allait devenir complètement chauve comme Michael Jordan. Cela ne semble pas être le cas. Avec une fortune estimée à plusieurs centaines de millions de dollars, le quadruple champion NBA prend soin de lui et de son corps. Au delà de ses dépenses astronomiques pour optimiser ses performances sur les parquets, la star des Lakers a eu recours à l’implantation de cheveux pour recouvrir les zones dégarnies de sa tête.

Kevin Durant

Membre phare du Big-Three des Brooklyn Nets, Kevin Durant possède une calvitie naissante au niveau du vertex. Celle-ci a été mise en évidence en novembre 2020 à travers une image postée sur les réseaux sociaux en compagnie du français Sekou Doumbouya. Le MVP de la saison 2013/2014 avait alors laissé pousser ses cheveux beaucoup plus qu’à l’accoutumée. Habitué à afficher une chevelure très courte,  » KD  » ne semble pas être contrarié plus que ça par cette perte de cheveux. Il faut dire que contrairement à son compatriote LeBron James, sa calvitie est beaucoup moins visible et impressionnante. A l’heure actuelle, il semblerait que le médaillé olympique n’ait eu recours à aucune méthode médicale pour atténuer le dégarnissage de sa chevelure.

Evan Fournier

Recrue majeure des New York Knicks durant l’inter-saison, l’international français Evan Fournier a fortement été touché par la calvitie. Alors qu’il s’affichait avec de longs cheveux bouclés durant son enfance, tout a disparu quelques années après son arrivée en NBA. Le leader offensif des Bleus en a personnellement été affecté. En 2018, il avait consacré un épisode entier à sa chevelure dans sa websérie à succès diffusée sur YouTube. De ce fait, l’ancien joueur des Nuggets et du Magic a déjà eu recours à une greffe de cheveux. Ces derniers apparaissent désormais plus nombreux et volumineux sur son crâne qu’avant l’implantation. Cependant, il est peu probable qu’il retrouve sa coupe d’antan.

Nick Calathes

Le meneur de jeu gréco-américain du Barça est actuellement l’un des meilleurs passeurs de l’Euroleague. Il a également joué pendant deux saisons en NBA, du côté des Grizzlies de Memphis. Pendant qu’il évoluait dans le meilleur championnat de basket-ball au Monde, Nick Calathes a pris des traitements pour lutter contre la calvitie. Malheureusement pour lui, aucun miracle n’a eu lieu. Mis à part quelques cheveux restant derrière la tête et au niveau de la tempe, tout a disparu. Il a donc opté pour la méthode radicale : la boule à zéro. A moins qu’il ne se décide à faire appel aux services d’une entreprise spécialisée dans la greffe de cheveux, ce trentenaire ne sera plus jamais chevelu.

Alex Caruso

La calvitie n’attend pas le poids des années pour toucher les êtres humains. Elle peut aussi bien débuter à 20 ans qu’à 50 ans. Alex Caruso peut en témoigner. Cependant, cela ne semble pas être un sujet majeur de contrariété pour l’ancien chouchou des fans des Los Angeles Lakers. Jusqu’à présent,  » Carushow  » portait un bandeau à l’occasion pour cacher sa calvitie. Et il se concentrait principalement sur ses performances sportives pour garder sa place en NBA. Ce basketteur au parcours atypique a signé l’été dernier un deal intéressant de 37 millions de dollars sur quatre ans avec les Chicago Bulls. Maintenant que son avenir financier est sécurisé, il va pouvoir aisément recourir à une greffe s’il le souhaite. Pas encore chauve mais beaucoup dégarni, Caruso et sa calvitie ne passent pas inaperçus à l’écran lorsqu’il réalise des actions d’éclat.