Le basket-ball est un sport d’équipe où se passer le ballon entre coéquipiers est primordial pour être performant à tous les niveaux de jeu.

Un joueur qui monopolise le cuir va s’attirer les foudres de ses camarades. Ces derniers ne voudront plus lui passer le ballon. Face à son comportement égoïste, certains pourraient eux aussi être tentés de vouloir conserver la balle pour exister sur le terrain. Que l’on veuille ou non, le basket est un sport collectif très individualiste, axé sur le scoring et les statistiques. Comme nous avons déjà pu le répéter, les performances individuelles peuvent faire gagner des matchs. Mais ce sont bel et bien les prouesses collectives qui permettent à une équipe de remporter un titre de champion.

Un appel de balle par la voix ou les mains

Faire un appel de balle n’est pas compliqué. Il existe deux méthodes principales pour demander le ballon à ses coéquipiers. Soit vocalement ou physiquement en faisant un geste des mains. Ces deux méthodes différentes ont toutes les deux pour finalité de signaler sa présence au porteur de balle à un endroit précis du parquet.

Le fait de parler présente le désavantage d’indiquer à la défense son intention de récupérer le ballon. Dans le cas où celle-ci est bien en place, l’appel de balle peut s’avérer inutile. Effectivement, l’équipe adverse peut avoir le temps de se replacer et ainsi de provoquer une perte de balle de l’équipe qui attaque si le timing de la passe n’est pas immédiat.

Dans la plupart des cas, un simple geste de la main sera privilégié à la prise de parole pour se voir délivrer une passe décisive. Dans certaines positions, un basketteur effectuera les deux simultanément. De cette manière, il s’assure que son coéquipier l’a vu et/ou entendu. Cette solution est privilégiée lorsque le demandeur du ballon est certain de scorer, sans que la défense adverse ne soit en mesure de le contrer dans ses intentions.

Être toujours en mouvement, une règle d’or

Un appel de balle en étant statique n’est pas généralement pas bon. Sauf dans des conditions bien particulières. Par exemple, si vous êtes vraiment laissé libre tout seul en position de shoot complètement ouvert, vous pouvez vous permettre de demander la balle sans courir dans tous les sens ou dans une direction précise. Dans les autres cas, vous devez toujours être en mouvements. Si vous ne bougez pas, vos adversaires seront difficilement mis en difficulté. L’anticipation est une nouvelle fois au cœur de la réussite d’un bon appel de balle, et de la réception du cuir par le demandeur du ballon. Selon la position et les mouvements de son coéquipier sur le terrain, le porteur initial de la balle orange va devoir déterminer à quel endroit précis va se trouver son collègue au moment où celui-ci est censé la recevoir pour exploiter la passe du mieux possible.

En définitive, à force d’entraînements et d’échanges verbaux entre coéquipiers, chaque joueur d’une équipe va apprendre à connaitre les positions préférentielles de chacun pour recevoir la balle. Sur un terrain de basket-ball, tous les athlètes sont différents. Ils doivent apprendre à évoluer ensemble et à partager un seul ballon pour performer.