Découvrant l’Europe ou tout simplement un pays autre que les Etats-Unis pour la première fois de leur vie, certains américains ont le mal du pays, ne parviennent pas à s’adapter aux coutumes locales, au décalage horaire ou au jeu pratiqué, et finissent rapidement par rentrer chez eux.

« La toute première fois que je suis allé jouer à l’étranger, c’était en Turquie. Je suis resté 1 mois avant de partir jouer en D-League en retournant aux USA. Ce n’était pas une bonne situation pour moi. J’étais terrifié. Je ne comprenais pas la langue et ne connaissais personne. Je n’avais pas de voiture et je vivais dans une petite ville. J’étais déprimé, je ne m’attendais pas à être dans cette situation » raconte Frank Hassell, qui n’a finalement pas tardé à s’imposer sur le Vieux Continent lorsqu’une seconde opportunité est venue à lui. « A la suite de ma première année en D-League, j’espérais obtenir une autre chance de revenir jouer en Europe. Une fois que je l’ai obtenu, j’en ai pleinement profité. Après ma seconde saison, je n’avais pas d’autre choix que de m’adapter au style de vie propre au fait de jouer au basket professionnel. Sur et en dehors des terrains, j’en ai appris plus à propos du jeu et des différentes cultures ».

Pour lire la suite du chapitre ainsi que l’intégralité du livre “De l’autre côté de l’Océan – Tout savoir sur la vie des basketteurs américains en Europe”, commandez votre exemplaire ICI.