Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ad1

[eBook] De l’autre côté de l’Océan – Les coéquipiers

Publié par le 21 octobre 2019               

Le guide pour devenir basketteur professionnel à seulement 34,90 € 🏀

La relation entre coéquipiers n’est pas toujours évidente. Les raisons sont multiples : jalousies diverses concernant le temps de jeu, les responsabilités sur le terrain, le salaire, voir même les petits amies des uns et des autres. Pourtant, les interactions entre l’ensemble des joueurs d’une même équipe est l’une des clés principales du succès d’un groupe. Sans collectif, une équipe ne ressemble à rien. Une addition d’individualités n’a jamais remporté de titre s’il n’existait pas entre eux un minimum de cohésion et une envie commune de jouer ensemble. Dans certaines équipes, des clans se forment mais tout le monde doit cohabiter ensemble sur le terrain. La cohésion d’équipe va faire que les joueurs vont se surpasser les uns pour les autres. Cette entente se crée souvent en dehors des parquets.
« La cohésion en dehors du terrain impact sur la façon dont on joue sur le terrain. Les activités collectives sont bonnes pour la cohésion au sein de l’équipe », confirme Jeremi Booth, qui a souvent été le seul américain de son équipe et affirme n’avoir « eu aucun problème pour m’adapter. Je suis devenu cool avec mes coéquipiers, ce qui a rendu mon adaptation plus facile sur et en dehors du terrain ».

Le courant ne fonctionne pas toujours forcément bien entre les locaux et les étrangers, qui ont des uses et coutumes parfois bien différents. Mais ils ont tous un point commun, en partageant la passion pour le basket. De plus, « chacun essaie de gagner sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille » comme le fait remarquer Booth. Une certaine forme de concurrence peut alors s’installer, notamment entre les américains cette fois-ci sachant que le nombre de joueurs étrangers est limité par équipe. « Il n’y a pas toujours une relation d’amitié qui se crée. La jalousie est une chose terrible » signale Jared Newson. « La plupart du temps, vous prenez cela simplement comme un business et une fois que vous quittez l’équipe, vous ne parlez plus toujours les uns aux autres. Mais dans certains cas, vous vous faites des amis pour la vie », complète t-il.

Pour lire la suite du chapitre ainsi que l’intégralité du livre “De l’autre côté de l’Océan – Tout savoir sur la vie des basketteurs américains en Europe”, commandez votre exemplaire ICI.

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.