Arthur Rozenfeld, poste 1 de la génération 1995 et leader de son équipe cette saison en espoir.

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous décrire ton parcours depuis les équipe jeunes jusqu’à ton arrivée à l’ASVEL ?

J’ai joué à Chamalières (agglomération de Clermont-Ferrand) puis à Clermont (Auvergne) avant que l’ASVEL ne me recrute. J’ai fait une saison au pôle espoir puis j’arrive à l’ASVEL en 2008 où j’ai évolué en minimes 2, cadets et donc maintenant en espoir.

Tu es de la génération 95, donc encore jeune dans le championnat espoir et pourtant, tu montres déjà un gros leadership dans l’équipe et une grosse maturité sur le terrain. Ce sont ces traits de caractère qui te permettent d’avancer dans cette division ?

Ça fait déjà 4 ans que je joue en espoir donc je connais le championnat. Mais oui, je cherche vraiment à être un leader vocal et dans le jeu. Après, pour ce qui est de la maturité, je travaille beaucoup dessus, c’est très important quand on est meneur. J’ai toujours voulu être un leader, j’aime bien commander (sourires).

C’est d’autant plus important qu’à l’inter-saison, l’effectif a pas mal bougé et tu as été promu en vrai leader pour cette nouvelle saison…

Oui mais, même quand j’étais encore cadets, j’avais déjà un très bon rôle en espoir. Les coaches m’ont vraiment entraîné là-dedans.

Vous faites d’ailleurs un très bon début de championnat avec 6 victoires en 7 matches. Ça montre que malgré les changements, l’effectif s’est vite mis en place ?

Oui. Malgré tout, la plupart des joueurs de l’équipe de cette année, ça fait 4-5 ans que je joue avec eux, donc il y avait déjà beaucoup de bons automatismes. Je les connais par cœur et ça, pour un meneur, c’est extrêmement important. On a été vraiment solidaires et disciplinés : c’est ce qui a fait la différence.

Finalement, dans un championnat dense où huit équipes ont un bilan positif et alors que seulement sept d’entre-elles pouvaient se qualifier pour le trophée du futur, vous devez attendre la dernière journée pour être assuré de votre participation. Comment a été géré cette fin de saison ?

Je pense que, déjà, on aurait dû être plus haut dans le classement au vue de notre équipe. Après, la fin de saison, on la gère très sereinement en s’appuyant sur ce qu’on savait faire. On s’est appuyé que sur nos forces et on a pris les matches les uns après les autres. On a été vraiment solidaires et disciplinés : c’est ce qui a fait la différence.

Vous êtes d’ailleurs la seule équipe à avoir réussi à battre Gravelines…

C’est notre match le plus abouti de la saison. On a vraiment été très bons et combatifs sur tous les ballons.

On est capable de très grandes choses

Ça vous laisse de grandes perspectives pour le trophée du futur, non ?

Oui, on est ambitieux, mais le plus important, c’est le premier match. C’est là que ça va se jouer. J’ai confiance en l’équipe, on est capable de très grandes choses. Le premier match, c’est vraiment celui qui va nous donner le rythme : on va le préparer au mieux.

Justement en terme de rythme, le fait de ne pas avoir de match officiel pendant près d’un mois, est-ce que ça ne peut pas être préjudiciable pour la qualité même du trophée du futur et redistribuer les cartes ?

Non, nous avons des tournois avec des équipes de NM2 organisés par la FFBB les week-ends précédents le trophée. Heureusement d’ailleurs, sinon c’est vrai que ça pourrait être pénalisant.

Sur un plan plus personnel, tu réalises ta meilleure saison au niveau espoir avec une meilleure sélection de shoots qui fait grimper ton pourcentage de réussite, mais surtout 6 passes par match ! Que penses-tu de ta saison ?

Au niveau de l’adresse, je ne suis pas satisfait de moi, je peux faire beaucoup mieux. Le coach me laisse beaucoup de libertés au niveau des shoots car il est conscient de ma qualité dans ce secteur, donc forcément ça me donne beaucoup de confiance. Après, au niveau des passes, c’est vraiment un réel point de satisfaction. J’aime beaucoup mettre mes coéquipiers en valeur mais c’est surtout le rôle du meneur de jeu, ce n’est pas à oublier. Il doit organiser l’équipe, savoir avec qui il joue et mener son équipe vers la victoire. L’équipe passe en premier, et quand il le sent, il doit savoir prendre ses responsabilités.

D’après toi, dans quels secteurs tu as la plus grosse marge de progression ?

Dans la connaissance du jeu et dans l’organisation en tant que meneur de jeu. Et aussi en défense.

La saison prochaine, tu seras toujours entre les espoirs et le groupe pro ou tu vas définitivement intégrer le groupe pro à l’image d’un Alexandre Chassang, qui a eu sa chance cette saison en Pro A ?

Je ne sais pas. Je n’y pense pas vraiment pour l’instant. Entre la course aux playoffs et l’objectif du trophée du futur, je n’en ai pas trop parlé ou discuté avec les coaches et les dirigeants.

Je suis très fier de pouvoir avoir la chance de représenter mon pays

L’ASVEL, on le sait, c’est l’un des meilleures centres de formation en France d’où sont sortis de très bons meneurs/arrières : Léo Westermann, Théo Leon, Paul Lacombe, Rudy Deal… Tu sembles être le prochain sur la liste !!

Oui, c’est un très bon centre qui s’intéresse énormément à la formation. C’est aussi mon club de cœur, j’y attache beaucoup d’importance.

Comment est-ce que tu gères le fait d’être “attendu” ?

Je n’y pense pas, je travaille au quotidien pour accomplir mes objectifs. Je reste concentré, je ne m’occupe pas de ce qui se passe autour ou de ce que tu dis. Je reste concentré sur moi et sur ce que j’ai à travailler pour continuer à progresser. De toute façon, j’adore la pression : ça me rend plus fort !

Ton programme pour l’été ? L’équipe de France ?

Oui, les U20 comme chaque été. Je suis très fier de pouvoir avoir la chance de représenter mon pays. C’est aussi quelque chose qui me tient à cœur.

Ton MVP pour cette saison en espoir?

Axel Bouteille, mon grand pote, qui fait une très bonne saison même si Chalon n’a pas réussi à se qualifier pour le trophée.

Un dernier petit mot pour les supporters de l’ASVEL et leur donner envie d’aller voir le championnat espoir plus nombreux…

Ce sont des matches intéressants avec beaucoup de jeunes qui ont du potentiel. Je pense que ce championnat devrait être un peu plus exposé. Il peut vraiment y avoir un bon niveau.

Merci Arthur et bonne chance pour le trophée du futur ainsi que dans la suite des playoffs !