Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

Interview avec Pauline Ménage

Publié par le 6 juillet 2015               

Interview réalisée par Alexandre Daumur.

Salut Pauline, merci de nous accorder de ton temps.
Salut, merci pour l’intérêt que tu me portes.

Le basket pour toi ça commence à quel âge ? Comment tu as découvert ce sport et quels sont tes souvenirs de tes premiers contacts avec ce sport ?
J’ai débuté le basket à l’âge de 5 ans en baby. C’est grâce à mon grand frère, qui en faisait déjà, que j’ai découvert ce sport.
Je me souviens de la coupe du 93 en 2006 j’étais en poussine, ma première coupe. J’étais tellement contente de mon équipe.

Il suffit de faire quelques recherches sur internet et on trouve que tu as intégré le pôle espoir basket d’Ile de France. Pour beaucoup, le pôle espoir est une véritable expérience sportive (puisque les entraînements sont quotidiens) et humaine (puisque les joueurs sont internes donc tout le temps ensemble). Cette expérience a-t-elle été bénéfique sur ces deux plans ? D’un point de vue basket, que t’ont permis d’atteindre ces années au pôle ?
Cette expérience a été bénéfique oui. Malgré mes 13 ans, j’ai beaucoup pris en maturité, en indépendance et en autonomie. Quitter le cocon familial si jeune, ce n’est pas facile pour tout le monde. D’un point de vue basket, j’ai eu du mal les premiers mois à m’adapter, car passer de 3 entraînements par semaine à 6 (avec l’entraînement du club) cela n’a pas été facile physiquement. Puis s’entraîner face aux meilleurs potentiels de la région en étant une première année n’a pas été facile non plus. Au pôle, nous sommes très bien encadrés, les coachs nous donnent les armes nécessaires pour progresser et repousser nos limites !! Mais malheureusement, lors de ma première année au pôle, je me suis blessée au genou (ligament croisé) en fin de saison (au TIL Qualitatif pour les finales Nationales en avril 2011). Cette blessure m’a stoppé net sur ma lancée… Mais j’ai gagné au niveau mental !! Je n’ai pas baissé les bras. Les coachs m’ont gardé la deuxième année, un programme de rééducation a été mis en place avec le staff médical. Je suis revenu progressivement sur les terrains, voir les autres s’entraîner durant ma blessure a été très dur… Lorsque je suis revenu de ma blessure, j’ai dû jouer 3 mois puis je me suis blessée à nouveau au ligament croisé, mais cette fois à l’autre genou. Malgré mes blessures, je garde de très bons souvenirs de ces deux années au pôle.

Les équipes de France jeunes sont aussi très présentes dans les carrières de certaines joueuses. Est-ce ton cas ? Si OUI : quels ont été tes premiers ressentis avec le maillot bleu. Si NON : est-ce pour toi un but d’intégrer l’EDF ?
Je n’ai jamais été contactée par les équipes de France. Oui cela reste un but, tout joueur a pour objectif de porter et de représenter un jour les couleurs de son pays. Ça doit être une expérience exceptionnelle.

Tu évolues depuis maintenant plusieurs années au sein du centre de formation de Saint-Amand dans le nord. Pourquoi as-tu choisi d’intégrer ce centre plutôt qu’un autre ? Quels sont, d’après toi, les points forts et les points faibles de ce centre de formation ?
A cause de mes blessures, je n’ai eu le temps de faire qu’un essai pour intégrer un centre de formation (je devais en faire un autre ailleurs mais je me suis blessée). Le cadre m’a plu, une petite ville sympathique et calme, à 200 km de Paris donc pas très loin de la famille.
Point fort : On est hébergé dans deux grandes maisons avec surveillantes (Maison cadettes et Maison Espoirs), on est plus ou moins autonomes. Le gymnase est à 15 min à pied, le lycée aussi sauf pour les cadettes il est en face de leur maison. On est bien encadrés et j’ai de très bonnes coéquipières.
Point faible : Les emplois du temps ne sont pas aménagés. D’un point de vue sportif, en 2 ans on a fait 2 quarts de finale : cadettes 1ere div. et 2 final four espoirs, mais on n’arrive pas à gagner les championnats malgré nos bonnes saisons. C’est notre point faible, on n’arrive pas à conclure.

Plus tard, dans le basket, tu aimerais jouer à quel niveau ? Dans quel pays ?
Ahhhh on rêve toutes de jouer en WNBA !! Mais jouer en Pro, Ligue 2 ou N1 en France ça sera le top !!

Si tu devais conseiller une jeune joueuse qui aurait pour rêve de devenir professionnelle dans ce sport, quelles seraient tes directives ?
Se fixer des objectifs et toujours les garder en tête. Etre dure avec soi-même, aller au-delà de ses limites. Etre rigoureux, avoir l’esprit d’équipe, se forger un mental. Travailler dur à chaque entraînement, avoir une bonne hygiène de vie et croire en soi !! Ne jamais abandonner.

Récemment, une exposition sur Michael Jordan se déroulait au Palais de Tokyo à Paris. Il me semble que tu t’y es rendue. Tu peux nous résumer cette expo ? Ce qui t’a le plus plu ?
Oui j’y étais, c’était magique !!! Du Jordan, j’en ai pris plein les yeux !! C’est là qu’on voit la grandeur de Michael Jordan. Alors, il y avait une exposition de ses paires de chaussures, ses portraits en grand format, un terrain spécial avec un simulateur qui permet de revivre un des plus grands moments de MJ “The Last Shot” face à Utah en 1998, un panier où on se fait prendre en photo en train de dunker, des tribunes où on se fait prendre en photo aussi en famille, solo ou entre amis. Ce qu’il m’a plu c’est le simulateur, je n’ai pas pu le faire (trop de queue) mais ça avait l’air d’être dingue !! Première fois que je voyais ça !!

Cette exposition était en lien avec le Quai 54 (un tournoi de playground). Le basket de rue, tu le pratiques ?
J’étais aussi au Quai 54, c’est un événement de dingue ! Ça m’arrive de pratiquer le basket de rue oui, mais je suis plus dans les salles.

As-tu un modèle dans le basket ? Dans la vie de tous les jours ?
Oui j’ai un modèle, Leilani Mitchell qui a joué à Arras il y a 3 ans. C’est une meneuse comme moi, j’aime beaucoup son jeu. Pour ce qui est dans la vie de tous les jours, ce sont mes parents et mon frère, je prends exemple sur eux.

Quelques-unes de tes musiques favorites ?
Headlines de Drake, Loyal et Deuces de Chris Brown, Trap Queen de Fetty Wap, Waves de DJ Probz, Collabo de PSquare, Lean On de Major Lazer…

Quelques-uns de tes films préférés ?
Love and Basketball, He Got Game, Intouchables, Coach Carter… Comme série c’est Scandal.


Pauline Ménage
Date de naissance : 05 / 05 / 1997
Clubs fréquentés : Saint Denis Union Sport, Saint Amand Hainaut Basket
Taille : 1m68

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.