Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ad1

Interview Jamar Smith : « Rien n’a été facile dans ma carrière »

Publié par le 19 octobre 2019               

Le guide pour devenir basketteur professionnel à seulement 34,90 € 🏀

Élément majeur du club russe UNICS Kazan depuis désormais trois saisons, l’expérimenté arrière shooteur américain Jamar Smith (1m91, 32 ans) a remporté il y a quelques années le titre de champion de France avec le Limoges CSP. Au cours de cet entretien, il parle de son parcours et de sa carrière de basketteur professionnel jusqu’à aujourd’hui, mais aussi de sa détermination à remporter l’Eurocup en 2020.

Comment as-tu commencé à jouer au basket ?
J’ai commencé à jouer au basket-ball quand j’étais jeune, mais je n’étais pas très bon. J’ai grandi en regardant mon cousin Howard Nathan Jr et ma sœur Britney Jordan, qui étaient des Dieux du basket-ball dans ma ville.

Au niveau universitaire, tu as d’abord joué pour l’Université de ton État de naissance. Puis, après deux années là-bas, tu es passé à l’Université de Southern Indiana. Quel a été le processus de recrutement pour intégrer ces deux Universités ?
Le processus de recrutement a été le même pour les deux écoles. Les coachs ont aimé ma façon de jouer et pensaient que je pourrai aider leur équipe à gagner. Aussi, les deux écoles avaient une culture de la gagne et je voulais en faire partie.

Après avoir débuté ta carrière professionnelle en G-League, tu as joué pendant l’été au Vénézuéla, avant d’atterrir en Europe et plus précisément en République Tchèque. T’attendais-tu à l’époque de vivre ce genre d’expériences probablement difficiles pour débuter ta carrière, comparé à la situation que tu possèdes maintenant ?
Oui, je m’attendais à ce que ça soit difficile. Rien n’a été facile dans ma carrière dans le basket, tout a été gagné. J’ai débuté tout en bas, je me suis battu et ai travaillé pour tracer mon chemin. Je ne voudrais pas changer cela, car ça a fait de moi la personne et le joueur que je suis actuellement.

A travers les années, il semble que tu as une progression constante saison après saison. As-tu le même sentiment au regard de ta carrière personnelle ?
Chaque année, j’en veux plus et je veux continuer à m’améliorer. Aussi, j’ai eu l’occasion de jouer avec différents joueurs qui ont différentes forces et faiblesses, ce qui m’a aidé à travailler sur l’ensemble de mes points faibles et à m’améliorer.

Tu as récemment débuté ta troisième saison consécutive avec Kazan. Après avoir changé d’équipe chaque année au début de ta carrière professionnelle, il semble que tu essaies désormais de te stabiliser dans un environnement. Est-ce quelque chose que tu recherchais à ce moment de ta vie ?
J’ai joué pendant deux ans à Malaga et y ai remporté l’Eurocup. Mon objectif ici est de faire la même chose. Je vais avoir une troisième chance avec UNICS Kazan. Je suis reconnaissant du fait que le club croit en moi en m’ayant donné trois années de contrat. Kazan est devenu une seconde maison pour moi.

Tu as désormais 32 ans, donc on peut dire que tu es un joueur expérimenté. Quelles sont tes ambitions pour cette saison et les prochaines ?
Je veux continuer à jouer à un haut niveau et être compétitif. Et encore plus important, je veux continuer à m’améliorer peu importe mon âge. Le périple ne s’arrête jamais.

Plus tôt dans ta carrière, tu as obtenu un essai en NBA avec les Boston Celtics. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette expérience ?
C’était une superbe opporunité de participer à la pré-saison avec eux. Mais même si faire partie de l’effectif pendant la pré-saison semble être proche d’être en NBA pour certaines personnes, ce n’est réellement pas le cas. Néanmoins, je suis reconnaisant d’avoir eu cette expérience, parce que la majorité des joueurs n’auront jamais la chance de jouer avec des légendes NBA comme Ray Allen, Kevin Garnett et Shaquille O’Neal.

Tu es reconnu en Europe pour être un excellent shooteur, peu importe la distance à laquelle tu te trouves du panier. Est-ce une compétence que tu n’as jamais cessé de développer depuis petit, ou bien est-ce un don naturel ?
Etre capable de shooter de cette manière a été quelque chose qui est venue naturellement avec les heures et les heures passées à shooter seul. Vous allez commencer à marquer des paniers quand vous ne voulez plus courir à travers la salle pour récupérer votre propre rebond.

Tu as évolué dans beaucoup de pays, et as remporté un certain nombre de matchs et de titres (Champion des Balkans, Champion de France Pro A et vainqueur de l’Eurocup). Quel pays ou ville, et quel trophée as-tu le plus apprécié ?
J’ai apprécié tous les endroits où j’ai joué pour différentes raisons. Le trophée que j’ai adoré gagner a été l’Eurocup puisque le titre vous permet d’accéder à un autre niveau de compétition, en vous qualifiant pour l’Euroleague.

Pour conclure cette interview, as-tu un message à faire passer à tes fans vivant aux Etats-Unis et en Europe ?
Je dirai à mes fans d’être sans peur concernant leurs rêves et ce qu’ils veulent accomplir dans leur vie. Aiguisez votre esprit au quotidien, restez discipliné et essayez de vous améliorer tous les jours que ça soit mentalement, physiquement et spirituellement.

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.