Vincent Poirier, poste 5 en dernière année espoir au Paris Levallois, nous raconte sa saison et celle de son équipe.

On va commencer par une petite présentation et ton parcours en jeune jusqu’à ton arrivée au PL…

J’ai commencé à l’âge de 17 ans au Bussy Basket Club en Seine-et-Marne pendant 1 an. Ensuite, j’ai fait les détections du PL et la saison d’après, j’intégrais le centre de formation en catégorie espoir.

Tu étais dans ta dernière année espoir et le leader de l’équipe avec Bacari Seydi cette saison. Comment as-tu géré ce rôle ?

C’est un rôle que je n’ai jamais eu, que ce soit au basket ou dans un autre sport, donc j’ai dû travailler sur ça. Le fait d’être avec les pros tout le temps, ça nous permet d’apprendre beaucoup en parlant avec eux, etc.. Je me suis mis un peu de pression en me disant que, justement, je devais être bon à chaque match et aider l’équipe. Malheureusement, ça n’a pas fonctionné à tous les matches.

“Je me suis mis un peu de pression” Vincent Poirier

Est-ce que le fait d’avoir un des effectifs qui se connaissait le mieux du championnat ne t’as pas aussi un peu aidé dans ce rôle ?

Oui, c’est vrai qu’on se connaît très bien. Ça fait 2 voir 3 ans qu’on se voit tous les jours avec Bacari (Seydi), Jordan (Aboki) ou Aymeric (Benon) et certains cadets, donc c’est plus facile de communiquer, de se dire les vérités. C’est toujours plus simple d’être performant dans une équipe où il y a une bonne ambiance et une complicité.

Collectivement, vous faites une saison très régulière : 8 victoires pour 7 défaites sur la phase aller, 9 victoires pour 6 défaites sur la phase retour. Jamais plus de 3 défaites de suite. Quels sont les facteurs de cette constance ?

Je pense que la bonne ambiance joue beaucoup et puis on est 4 dernières années titulaires. Il y a des matches où on était au dessus sur certains postes et d’autres collectivement. Jordan (Aboki) et Bacary (Seydi) jouent en espoir depuis 4 ans voir 5 ans. Ils connaissent bien le championnat. C’est un plus dans une équipe.

Malgré tout, vous ratez le TOP 4… et pas de chance au tirage, vous tombez contre le BCM Gravelines dès le premier tour du trophée ! Ton sentiment là-dessus?

Oui, on a laissé passer sous notre nez beaucoup de matches qu’on ne devait pas perdre. Mais bon, on a eu des blessés. Même si atteindre le top 4 aurait été bien, on tient notre qualification et c’est ce qui compte. Pour ce qui est de Gravelines, ils font une saison exceptionnelle. Ils viennent de gagner le Trophée Coupe de France, ils perdent une seule fois en championnat. C’est une grosse équipe qui joue très bien ensemble. D’un côté, on voulait rejouer contre eux pour gagner : c’est l’occasion. Ça va être un gros match où il va falloir être concentré pendant 40 minutes. Ils ne sont pas invincibles, ce sera à nous de faire les efforts nécessaires. On est tous motivés, on va bien préparer ce match et on verra le résultat le 23 mai.

“J’étais conscient que je pouvais dominer”

Personnellement, tu réalises ta saison espoir la plus aboutie depuis ton arrivée dans la division, en étant en double-double sur la saison. Comment juges-tu tes performances ?

Oui, l’année dernière, j’avais eu de bonnes performances sur certains matches mais irrégulièrement. Cette année, mon objectif était d’être le plus régulier possible. J’avais confiance en moi, j’étais conscient que je pouvais dominer. Pour moi, ce que j’ai apporté cette année est loin du niveau que j’aurais pu avoir. J’ai encore d’énormes progrès à faire sur des points essentiels. Cette année, j’ai surtout progressé sur des points techniques et les bases du basket. Maintenant, j’ai toutes les cartes en mains, c’est à moi de bien les utiliser pour vraiment progresser. Je pense qu’on attendait beaucoup plus de moi cette année que ce que j’ai apporté.

Justement, d’après toi, quels sont tes principaux axes de progression ?

Je dois me concentrer sur le fait d’être toujours fléchi et prêt à recevoir la balle. Je suis grand, je suis souvent en confrontation avec des plus petits et plus costauds : pour dominer, je dois prendre cette habitude. Quand j’aurais ça, tout sera plus facile pour moi.

Tu as fait le choix de signer pour les trois prochaines saisons au PL. Peux-tu nous expliquer pourquoi ?

C’est un club que j’aime, c’est grâce à lui que j’en suis là. Ils ont toujours eu confiance en moi et en me proposant ce contrat, ça m’a permis de leur rendre la confiance qu’ils m’avaient donnés. C’est un club qui a de grandes ambitions et qui fait confiance aux jeunes.

La saison prochaine, tu vas intégrer complètement le groupe Pro ou tu es aussi ouvert à un éventuel prêt en Pro B pour faire tes armes ?

J’ai besoin de progresser. Je suis conscient de ne pas avoir le niveau pour prétendre jouer en Pro A dès la saison prochaine. J’ai besoin de progresser et de jouer. Le prêt en Pro B me parait être une bonne option, mais après, c’est au club de décider s’il pense que je peux faire partie de l’effectif et jouer. Dans ce cas, je ferais tout pour être le meilleur possible et récompenser leur confiance.

J’imagine que de toute façon, ça ne se décidera pas avant la fin des PO ?

Oui, on se posera tranquillement après pour en parler.

On va poursuivre avec l’équipe de France, tu es remplaçant dans l’équipe A’. qu’est-ce que ça signifie pour toi?

Déjà c’est une très grande surprise quand on voit les noms sur la liste. On ne s’attend pas à voir celui d’un espoir, même en temps que remplaçant. Après, le maillot de l’équipe de France, c’est toujours un très grand honneur de représenter son pays. Je l’ai fait l’année dernière avec les U20 et j’ai adoré. C’était une très bonne expérience.

Ton MVP de la saison en espoir ?

Axel Bouteille parce qu’il était au dessus cette saison du début à la fin. Et William Howard parce qu’il fait une excellente saison et il est l’une des plus grandes forces de son équipe.

Pour terminer, un petit mot aux supporteurs pour leur donner envie de venir plus nombreux la saison prochaine aux matches espoirs ?

Merci d’être venu cette saison, ça fait plaisir de voir que des gens nous suivent et puis continuaient à venir. C’est toujours plus facile de jouer avec un public.

Merci Vincent Poirier et bonne chance pour la saison prochaine et ta première saison professionnelle.