Encore littéralement inconnu dans le monde du basket professionnel il y a encore un an à son arrivée au Paris Basketball, le jeune pivot Ismaël Kamagaté (2m11, 19 ans) impressionne. Initialement censé faire figure de douzième homme dans la hiérarchie du club parisien évoluant en Pro B, l’intéressé a finalement rapidement gagné sa place dans la rotation, et a même été titularisé à plusieurs reprises. S’il ne cesse de gravir les échelons comme il le fait actuellement, un avenir tout tracé vers la NBA ou l’Euroleague lui tend les bras. Cependant, ayant la tête sur les épaules, il avoue ne pas se projeter sur ce qui représente le rêve de tout basketteur. Entretien avec ce jeune basketteur en pleine ascension !

Ismaël, peux-tu nous expliquer ton parcours dans le basket jusqu’à présent ?
Ismaël Kamagaté : J’ai débuté dans un club à Montrouge, dans le XIVème arrondissement de Paris. Puis je suis parti au PBA en U15 inter-région. J’ai ensuite réalisé une saison en U15 France à Levallois avant d’intégrer le centre de formation d’Orléans. J’y suis resté trois ans, en évoluant la dernière année avec les U18 France et la Nationale 3. Pour terminer, je suis arrivé à Paris Basketball la saison passée.

Comment s‘est déroulée l’adaptation entre la Nationale 3 et la Pro B ?
Ismaël Kamagaté : Au début, c’était un peu difficile. Les joueurs sont à la fois beaucoup plus costauds, techniques et expérimentés. Mes coéquipiers m’ont donné quelques conseils pour m’adapter au plus vite, surtout que j’avais la NM1 aussi à côté avec l’Insep pour pouvoir m’exprimer un peu plus. Les circonstances ont fait que j’ai pu beaucoup plus jouer que prévu.

Tes performances et ton potentiel ont séduit le coach Jean-Christophe Prat, qui a publiquement annoncé qu’il comptait faire de toi le pivot titulaire du Paris Basketball la saison prochaine. Quel est ton ressenti par rapport à cette déclaration ?
Ismaël Kamagaté : C’est une satisfaction. Le fait de passer de jeune sur le banc qui n’était pas censé jouer à intégrer le cinq majeur, c’est extraordinaire.

Au niveau de la structuration et des infrastructures du club, as-tu la sensation d’évoluer dans un univers très américanisé, propice au développement des joueurs ?
Ismaël Kamagaté : Exactement. Le head coach est Jean-Christophe Prat. L’assistant coach, c’est Bienvenu Kindoki. Il participe beaucoup à nos séances de shooting. On a un autre coach, qui est plutôt un entraîneur individuel : Fabien Fond. On est très bien encadré, avec des entraînements le matin et l’après-midi. Chaque joueur dispose d’un programme spécifique, en fonction de ce qu’il a besoin. La salle est à disposition. Si on a envie d’aller shooter par exemple une fois que la séance de musculation est terminée, ou en dehors des entraînements, c’est possible de le faire.

Quel a été ton programme depuis l’arrêt des compétitions ?
Ismaël Kamagaté : Pendant le confinement, j’étais surtout avec ma famille. Je n’étais pas à Noisy-le-Grand, donc je ne pouvais pas aller au One Ball (ndlr : centre d’entraînement du Paris Basketball), qui était de toute façon fermé. C’était plus moi avec moi-même. Je faisais mes trucs de mon côté. Une fois le déconfinement amorcé, on a d’abord repris l’entraînement une fois par jour pour ne pas prendre de risque. Puis, une fois que la situation sanitaire allait mieux, le nombre d’entraînements a commencé à augmenter. En ce moment, j’ai musculation et entraînement individuel le matin. L’après-midi, c’est plus de l’entraînement pré-collectif et de l’opposition.

On a récemment pu t’apercevoir au tournoi PB420, puis à l’Amiral League. L’objectif est-il de jouer au basket le plus possible ?
Ismaël Kamagaté : C’est exactement ça.

Connais-tu la suite de ton programme estival ? (ndlr : l’interview a été réalisée le 24 juillet 2020)
Ismaël Kamagaté : Normalement, on a encore une semaine d’entraînements après les vacances. Ensuite, ça sera l’heure de la reprise officielle.

Quelles seront tes ambitions pour la saison prochaine ?
Ismaël Kamagaté : C’est de montrer que j’ai ma place dans le cinq majeur. Et travailler le plus possible.

Si ton évolution se poursuit à vitesse grand V, ton avenir sur le moyen/long terme pourrait se dessiner en NBA. T’imagines-tu déjà porter dans le futur le maillot d’une franchise américaine ?
Ismaël Kamagaté : On me parle de draft. Cependant, pour l’instant, j’essaie de ne pas trop m’en préoccuper parce que je n’en suis pas encore là. Je pense plus à jouer et à montrer que je peux faire quelque chose que tout le monde ne me pense pas capable de réaliser. La NBA, c’est le rêve de tout le monde. Donc bien sûr que j’y pense, mais il ne faut pas se mettre la pression pour ne pas faire n’importe quoi.