Ismael Kamagate - Prospect NBA
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

L’ascension fulgurante du basketteur Ismael Kamagate

Table des matières

Article original du 02/04/2021 : Arrivé sur la pointe des pieds dans l’effectif professionnel du Paris Basketball à l’été 2019 en tant que 12ème homme et partenaire d’entraînements, Ismael Kamagate (2m11, 20 ans) en est devenu un rouage essentiel en moins de deux ans.

Un concours de circonstances, avec notamment les blessures de plusieurs coéquipiers dans le secteur intérieur, lui a rapidement donné sa chance. Mais surtout, son éthique de travail et sa détermination à atteindre le plus haut niveau possible ont fait le reste.

Qui aurait pu prédire en juin 2019 que l’ancien pensionnaire du centre de formation d’Orléans serait aujourd’hui considéré comme étant un prospect NBA ? Probablement pas grand monde… Pivot longiligne d’origine ivoirienne, celui qui a débuté le basket à Montrouge progresse à grande vitesse. Entre l’exercice 2019/2020 et la saison actuelle, il est passé de 6 points, 4 rebonds et 1 contre pour 9.2 d’évaluation en 15 minutes de temps de jeu en moyenne par match, à presque 10 points (à 72.2% de réussite aux tirs), 8 rebonds, 1 passe décisive et 2 contres pour 16.2 d’évaluation en 23 minutes passées sur le parquet.

Le deuxième prospect NBA du Paris Basketball

A l’heure actuelle, son rêve américain se rapproche. Même si son chemin vers la Grande Ligue n’est pas tout tracé, ni garanti… A ce jour, certaines prévisions (mock draft) de spécialistes aux États-Unis le placent en toute fin de second tour de la prochaine édition.

Après Isaïa Cordinier en 2016 et aux côtés de son coéquipier Juhann Begarin, également en pleine éclosion cette saison, il pourrait devenir le troisième basketteur français à être drafté en NBA en provenance directe de Pro B. Et ce, à condition qu’il termine la saison 2020/2021 comme il l’a commencé : c’est-à-dire en boulet de canon.

Dans l’antichambre de l’élite, Ismael Kamagate explose les compteurs depuis la rentrée. A son actif, on recense plusieurs performances de très haut vol. Jugez plutôt : 23 points, 9 rebonds, 2 passes décisives, 1 contre, 6 fautes provoquées pour 32 d’évaluation en 25 minutes. 12 points, 6 rebonds, 3 passes décisives et 3 contres pour 22 d’évaluation en 26 minutes face à Fos-sur-Mer, une grosse écurie de la division. Ou encore 19 points, 13 rebonds et 2 blocks pour 30 d’évaluation en 20 minutes ! Sans oublier une autre performance à 17 points et 17 rebonds en demi-finale de Leaders Cup. Quelles équipes ne seraient pas intriguées par de telles stats ?

Ismael Kamagate, un profil à la Rudy Gobert

Derrière sa personnalité timide à premier abord, se cache un jeune homme plein d’assurance sur les parquets. Ses très longs segments font de lui une menace offensive. Mais surtout défensive ! A l’image d’un Rudy Gobert, il dissuade les attaquants adverses de pénétrer par sa présence dans la raquette. A l’instar du pivot incontournable du Utah Jazz, Ismael est très efficace à la finition sous le panier. Lorsque le cuir lui revient dans les mains à cette position, les actions se terminent bien souvent par un dunk puissant. Il n’est également pas avare de claquette lorsque les tirs de coéquipiers rebondissent sur le cercle.

Mobile, il peut se déplacer assez rapidement sur le terrain. Très actif au rebond offensif pour donner une seconde chance à son équipe de marquer. Il en gobe en moyenne plus de trois par match. Au niveau des contres, il parvient à rejeter au moins une tentative de tir d’un adversaire à pratiquement tous les matchs qu’il dispute. Dans un univers où les statistiques de toutes sortes sont reines, il s’agit de chiffres très intéressants, notamment pour les recruteurs Outre-Atlantique.

La tour de contrôle du Paris Basketball n’est également pas maladroite avec ses mains. Ismael Kamagate ne réalise que très peu de déchet lorsqu’elle hérite du cuir.

Une envie de progresser omniprésente

Pour se renforcer physiquement, il a grandement travaillé en salle de musculation depuis la signature de son premier contrat professionnel, à l’été 2019. Sa musculature s’est dessinée et au fil des mois. Son corps s’est épaissi. L’ancien U15 France de Levallois est désormais un athlète en mesure de rivaliser au plus haut niveau hexagonal. Le travail paye toujours et Ismael Kamagate l’a bien compris. A tout juste 20 ans, il a tout l’avenir devant lui. La COVID-19 ne l’a pas stoppé dans son élan. Comme il nous confiait dans un entretien au cours d’un tournoi estival (interview à lire plus bas), il s’est entraîné sans relâche et sans ménager ses efforts pour obtenir une place de titulaire dans l’ambitieuse équipe parisienne.

L’envie de progresser et d’aller le plus loin possible dans le basket sont ancrées dans son esprit. Il a bien compris que la NBA ne l’attendrait pas. Tant qu’il est encore suffisamment jeune pour être considéré comme étant un prospect avec une forte marge de progression, ce joueur passé par la NM3 met toutes les chances de son côté pour rallier les États-Unis à moyen terme.

Placé sous le giron de l’agence Comsport, société de représentation sportive ayant négocié le plus gros contrat de l’Histoire pour un sportif français à ce jour, Kamagate dispose de beaux jours devant lui. Si la NBA ne lui ouvre pas ses portes dans les années à venir, il ne fait aucun doute qu’il évoluera un jour dans un grand club européen…

Mise à jour du 02/04/2022

Kamagate invité en équipe de France A

Après avoir validé en équipe la montée du Paris Basketball dans l’élite français, enchaînant les succès les uns après les autres en fin de saison, Ismael Kamagate a connu un été chargé. Il n’a pas eu beaucoup le temps de se reposer pour recharger les batteries. Mais en raison de son parcours atypique, le pivot francilien a soif d’expériences. Et également de connaissances, afin de parfaire son jeu sur tous les aspects… Que cela soit technique, physique, mental ou encore au niveau du QI basket.

Doté d’un très fort potentiel, l’intéressé a donc été sollicité par Vincent Collet afin d’être partenaire d’entraînement des futurs vice-champions olympiques. Et ce, en attendant les arrivées dans l’équipe de Rudy Gobert et Nicolas Batum. Ces derniers venaient de disputer une longue saison, incluant les playoffs NBA. Plusieurs jours de repos leur avaient logiquement été accordés avant de rejoindre les Bleus. Kamagate a profité de cette opportunité pour tutoyer le plus haut niveau international. Puis, quelques semaines plus tard, il remportait le Challengers européen avec l’équipe de France des 20 ans et moins. Le tout en étant l’un des cadres des Bleuets ! Suite à cette compétition estivale, des vacances bien méritées pouvaient alors réellement débuter pour le prospect NBA.

Un record de contres sur un match pour un français dans l’Elite

Après des mois de juin et de juillet remplis de succès, Ismael Kamagate a rapidement dû se remettre au travail. Cela afin de préparer la première saison de l’ambitieux club parisien au plus haut niveau hexagonal. Un premier défi de taille l’attendait à la Halle Carpentier à l’occasion des Paris European Games. Ce prestigieux tournoi de basket international de pré-saison était un évènement à ne pas rater pour les passionnés de la balle orange. Mais aussi pour le jeune pivot titulaire du Paris Basketball, qui avait face à lui des pointures de l’Euroleague. En difficulté contre l’armada de Milan, Kamagate s’est rattrapé le lendemain en réalisant un véritable chantier. Opposé à Berlin, le protégé de Jean-Christophe Prat a compilé 27 points, 11 rebonds et 4 passes pour 36 d’évaluation. Rien que ça !

Un mois plus tard, Ismael Kamagate entrait dans le livre des records du basket tricolore. Lors de son premier match de championnat à domicile dans l’Elite, il réalisait 9 contres défensifs face à la Chorale de Roanne. Aucun basketteur français n’a fait mieux que lui lors d’une rencontre officielle de première division. 18 points marqués et 5 rebonds arrachés dans les airs venaient également s’ajouter à sa ligne de stats XXL.

Ismael Kamagate se dirige vers la draft NBA 2022

A l’image de son équipe, Kamagate a connu des hauts et des bas pour sa découverte de la première division française. On ne recense pas que des grandes performances individuelles à son actif. Il y a aussi eu une poignée de matchs durant lesquels son impact a été minime. C’est tout à fait normal pour un jeune joueur. Néanmoins, Ismael s’efforce à être le plus constant possible. La régularité est essentielle pour se faire une place au sommet. Ayant des ambitions de draft NBA déclarées pour cette année, Ismael Kamagate a de fortes chances d’être sélectionné par une franchise américaine. Parmi les trente équipes NBA, les Toronto Raptors font parties de celles qui ont montré un intérêt pour le poste 5 français. Une sélection au premier tour de la draft 2022, synonyme de contrat garanti en NBA, est envisageable.

Le jeu spectaculaire de Kamagate, principalement fait de dunks, alley-oops et de contres, colle à celui du basket américain. Ses prouesses lui ont d’ailleurs valu en décembre 2021 une première sélection au All-Star Game français. Au delà de ses qualités athlétiques, Ismael Kamagate est un basketteur en pleine ascension. Son sens du jeu ne cesse de se développer. Il dispose également de très bonnes mains. On le voit de plus en plus délivrer des passes décisives à ses coéquipiers. C’est une éponge. Il absorbe toutes les informations qui lui parviennent de ses coaches. Et ce, pour ensuite les mettre en place quasi instantanément. Il ajoute sans cesse de nouveaux moves à son arsenal. Au cours des dernières années, il a d’ailleurs développé un tir plutôt fiable à mi-distance. Nous avons pu le voir à l’oeuvre en match sur cette deuxième partie de saison. « Le ciel est la limite » comme disent les américains…

Notre interview avec Ismael Kamagate

Interview publiée le 05/08/2020

Encore littéralement inconnu dans le monde du basket professionnel il y a encore un an à son arrivée au Paris Basketball, le jeune pivot Ismaël Kamagaté (2m11, 19 ans) impressionne. Initialement censé faire figure de douzième homme dans la hiérarchie du club parisien évoluant en Pro B, l’intéressé a finalement rapidement gagné sa place dans la rotation. Il a même été titularisé à plusieurs reprises.

S’il ne cesse de gravir les échelons comme il le fait actuellement, un avenir tout tracé vers la NBA ou l’Euroleague lui tend les bras. Et ce, à l’image de son coéquipier Juhann Begarin. Cependant, ayant la tête sur les épaules, il avoue ne pas se projeter sur ce qui représente le rêve de tout basketteur. Entretien avec ce jeune basketteur en pleine ascension !

Ismaël, peux-tu nous expliquer ton parcours dans le basket jusqu’à présent ?

Ismaël Kamagaté : J’ai débuté dans un club à Montrouge, dans le XIVème arrondissement de Paris. Puis je suis parti au PBA en U15 inter-région. J’ai ensuite réalisé une saison en U15 France à Levallois avant d’intégrer le centre de formation d’Orléans. J’y suis resté trois ans, en évoluant la dernière année avec les U18 France et la Nationale 3. Pour terminer, je suis arrivé à Paris Basketball la saison passée.

Comment s‘est déroulée l’adaptation entre la Nationale 3 et la Pro B ?

Ismaël Kamagaté : Au début, c’était un peu difficile. Les joueurs sont à la fois beaucoup plus costauds, techniques et expérimentés. Mes coéquipiers m’ont donné quelques conseils pour m’adapter au plus vite, surtout que j’avais la NM1 aussi à côté avec l’Insep pour pouvoir m’exprimer un peu plus. Les circonstances ont fait que j’ai pu beaucoup plus jouer que prévu.

Tes performances et ton potentiel ont séduit le coach Jean-Christophe Prat, qui a publiquement annoncé qu’il comptait faire de toi le pivot titulaire du Paris Basketball la saison prochaine. Quel est ton ressenti par rapport à cette déclaration ?

Ismaël Kamagaté : C’est une satisfaction. Le fait de passer de jeune sur le banc qui n’était pas censé jouer à intégrer le cinq majeur, c’est extraordinaire.

Au niveau de la structuration et des infrastructures du club, as-tu la sensation d’évoluer dans un univers très américanisé, propice au développement des joueurs ?

Ismaël Kamagaté : Exactement. Le head coach est Jean-Christophe Prat. L’assistant coach, c’est Bienvenu Kindoki. Il participe beaucoup à nos séances de shooting. On a un autre coach, qui est plutôt un entraîneur individuel : Fabien Fond. On est très bien encadré, avec des entraînements le matin et l’après-midi. Chaque joueur dispose d’un programme spécifique, en fonction de ce qu’il a besoin. La salle est à disposition. Si on a envie d’aller shooter par exemple une fois que la séance de musculation est terminée, ou en dehors des entraînements, c’est possible de le faire.

Quel a été ton programme depuis l’arrêt des compétitions ?

Ismaël Kamagaté : Pendant le confinement, j’étais surtout avec ma famille. Je n’étais pas à Noisy-le-Grand, donc je ne pouvais pas aller au One Ball (ndlr : centre d’entraînement du Paris Basketball), qui était de toute façon fermé. C’était plus moi avec moi-même. Je faisais mes trucs de mon côté. Une fois le dé-confinement amorcé, on a d’abord repris l’entraînement une fois par jour pour ne pas prendre de risque. Puis, une fois que la situation sanitaire allait mieux, le nombre d’entraînements a commencé à augmenter. En ce moment, j’ai musculation et entraînement individuel le matin. L’après-midi, c’est plus de l’entraînement pré-collectif et de l’opposition.

On a récemment pu t’apercevoir au tournoi PB420, puis à l’Amiral League. L’objectif est-il de jouer au basket le plus possible ?

Ismaël Kamagaté : C’est exactement ça.

Connais-tu la suite de ton programme estival ? (ndlr : l’interview a été réalisée le 24 juillet 2020)

Ismaël Kamagaté : Normalement, on a encore une semaine d’entraînements après les vacances. Ensuite, ça sera l’heure de la reprise officielle.

Quelles seront tes ambitions pour la saison prochaine ?

Ismaël Kamagaté : C’est de montrer que j’ai ma place dans le cinq majeur. Et travailler le plus possible.

Si ton évolution se poursuit à vitesse grand V, ton avenir sur le moyen/long terme pourrait se dessiner en NBA. T’imagines-tu déjà porter dans le futur le maillot d’une franchise américaine ?

Ismaël Kamagaté : On me parle de draft. Cependant, pour l’instant, j’essaie de ne pas trop m’en préoccuper parce que je n’en suis pas encore là. Je pense plus à jouer et à montrer que je peux faire quelque chose que tout le monde ne me pense pas capable de réaliser. La NBA, c’est le rêve de tout le monde. Donc bien sûr que j’y pense, mais il ne faut pas se mettre la pression pour ne pas faire n’importe quoi.