Tout premier membre de World Directory Basket-Ball à avoir rejoint les rangs d’un club pro grâce à ce site internet, Alpha Mbodj est revenu avec nous sur sa saison en Nationale 3 et ses entraînements quotidiens en Nationale 1 avec l’équipe première de la JAV. Entretien !
L’été dernier, tu t’étais engagé à la JAV Vichy pour évoluer en championnat en N3 avec l’équipe espoirs et pour t’entraîner au quotidien avec l’équipe fanion, qui évolue en N1. Comment s’est déroulée ton adaptation ? T’attendais-tu à avoir beaucoup de responsabilités, à être l’un des leaders de l’équipe réserve ?
Je me suis assez vite adapté à la vie vichyssoise, même si elle est complètement différente de celle que je menais à Paris. En effet, ne plus être avec sa famille, ses amis, etc… ce n’est pas forcément évident. Mais mon adaptation a été facile dans le sens où tous les joueurs professionnels sont vraiment cool, ils m’ont facilement intégré à l’équipe. Rida El Amrani (poste 2 titulaire) m’a pris sous son aile et me conseille au quotidien. Et puis je suis logé dans la même résidence que Samir (Belghazi), qui joue également avec la N3 et les pros. Enfin, tout est mis en oeuvre pour nous faciliter la vie. Nous avons deux kinés (Claude Bru et Rémi Nourrissat) à disposition après chaque entrainement et le manager général Olivier Sourzac et son assistant Aurélien Bouteloup nous aident sur toutes nos démarches extra-basket. Après, concernant le terrain, au début ce n’était pas évident d’assumer la charge de travail et l’exigence du haut niveau. Mais je me suis accroché et j’ai donné le meilleur de moi même. Et puis travailler sous les ordres de Sylvain Froidefond pendant quatre ans m’avait bien préparé à cette épreuve. Willy Sénégal m’a recruté pour que je sois l’un des leaders de l’équipe N3 et puis quand tu t’entraînes avec la N1, on attend plus de toi, par rapport à des joueurs qui n’ont pas cette chance. Donc, oui, je m’y attendais. Après, il faut mériter la confiance du coach et ça passe par des bonnes performances en match ainsi qu’un travail sérieux et rigoureux à l’entrainement.
As-tu pour le moment accompli les objectifs que tu t’étais fixés à ton arrivée à Vichy ? Est ce que tu réalises une saison au niveau de tes espérances ?
Je suis venu à Vichy pour mettre un pied dans le monde professionnel et pour devenir un meilleur joueur de basket. Le fait de m’entraîner avec les pros tous les jours me permet de beaucoup progresser, je pense avoir passé un cap cette saison. Maintenant, je ne saurai qu’en fin de saison si tous mes objectifs sont atteints. Pour l’instant, l’un de mes objectifs, celui de jouer quelques minutes avec les pros en match officiel, ne s’est pas réalisé. Je ne sais pas si ça arrivera avant la fin de la saison, mais je dois m’y préparer pour répondre aux attentes si jamais le coach fait appel à moi.
Quel est ton match-référence cette saison ?
Je dirais le match aller contre CL Antoine Remond Lyon où je cumule 22 points, 17 rebonds et 4 passes décisives pour 35 d’évaluation avec la victoire en double prolongation. C’était un match éprouvant où l’équipe a répondu présent collectivement dans le money time. C’était une belle victoire au bout du suspense.
T’attendais-tu au niveau de jeu qu’affiche votre poule en N3 ?
Je connais bien la N3, pour y avoir joué déjà durant trois ans avec Marly le roi. C’est un championnat dur où il y a beaucoup de bons joueurs. Par contre, je n’avais jamais joué dans une poule aussi homogène où toutes les équipes peuvent se battre. Le maintien se jouera à 10 victoires au goal average certainement.
Vous occupez actuellement la 5ème place du championnat. D’un point de vue collectif, espériez vous mieux ?
L’équipe espoirs a vu partir la plupart de ses cadres de la saison dernière. L’équipe a été constituée principalement avec des joueurs de la région formés à la JAV et qui découvraient la division. L’objectif du début de saison était donc le maintien. On réalise donc une belle saison, avec cette 5ème place que l’on veut garder jusqu’à la fin de la saison (il reste deux matches). D’autant plus que l’on a dû faire face à beaucoup de blessures. Par exemple, notre poste 4 titulaire Florent Gitenait a mis fin à sa saison début 2013 en raison d’ une opération du dos. C’est notre capacité à faire déjouer défensivement les équipes adverses qui nous a permis de pallier les différentes absences. C’est vraiment un plaisir de jouer dans cette équipe.
Tu effectues également les entraînements avec la N1. Existe t-il un énorme fossé entre les deux formations ? Quelles sont les principales différentes entre les deux équipes ?
Il y a un énorme fossé en terme d’intensité, de physique et de technique. Mais certains joueurs de N3 n’ont rien à envier à la technique de joueurs N1. D’ailleurs, en Nationale 3, il est fréquent de jouer face à d’anciens joueurs professionnels.
Comment te situes-tu physiquement, mentalement et techniquement par rapport aux joueurs “pros” ?
Je pense avoir rattrapé une partie de mon retard, notamment physique, où je partais de loin. Maintenant, le haut niveau, ce sont des détails et pour ça, il y a un travail spécifique à accomplir que je m’efforce de faire depuis le début de la saison et que je dois continuer.
Est-il difficile d’allier basket et études ?
C’est clair que ce n’est pas facile, surtout quand on n’est pas sur place. En effet, mon université est à Clermont-Ferrand, je suis donc les cours par internet. Pour associer le sport et les études, il est impératif d’être bien organisé et rigoureux.
Que comptes-tu faire à la fin de la saison au niveau du basket ? 
Je ne sais pas encore ce que je vais faire, pour l’instant je suis concentré sur cette fin de saison. Mais j’espère être conservé dans le groupe professionnel à Vichy.