Passé par le Centre Fédéral en 2010 après avoir débuté le basket deux ans auparavant à Charenton, Lionel Ebreuil (2m02, 20 ans) a ensuite connu le centre de formation de Cholet Basket durant quatre saisons avant d’être prêté au Limoges CSP pour l’exercice 2015/2016. Ayant goûté aux équipes de France de jeunes jusqu’au Mondial U17 en 2012, cet intérieur était durant un temps l’un des meilleurs prospects français de la génération 1995 avant de se voir ralentir par plusieurs blessures. L’an dernier, alors qu’il commençait à retrouver ses sensations, une fracture du tibia accompagnée d’une tumeur bénigne l’a stoppé net dans son élan. Aujourd’hui, Lionel veut faire tout son possible pour retrouver le chemin des parquets en pleine possession de ses moyens. Entretien !

On ne t’a vu jouer que seulement quatre matchs avec le Limoges CSP cette saison. Comment se déroule ta rééducation et reprise de la compétition ?
Oui, j’ai joué 4 matchs dont 2 en début de saison et 2 au mois d’avril. Ma reprise était assez compliquée à cause de ma blessure. J’ai encore des douleurs qui me gênent pour jouer correctement. Aussi, depuis mes longs arrêts, j’ai pris du poids donc je suis hors de forme.

Tu as récemment décidé de mettre un terme à ta saison. Pourquoi ce choix ?
J’ai décidé de mettre fin à ma saison pour deux raisons. La première, c’est que je me sentais vraiment pas bien sur le terrain en termes de mobilité, surtout avec ma condition physique. J’avais aussi vraiment pas envie de me reblesser en match. Je me suis demandé ce qui était plus important : Jouer 6 matchs ou me remettre en forme et montrer en juin que je suis prêt ?

Comment gères-tu au quotidien cette période difficile ?
Par rapport à mes occupations, j’essaye de toujours bouger. Quand il y a entraînement, j’y vais. Je vais à la salle de sport le soir et le matin parfois. Je fais du mieux que je peux mais mentalement je reste fort parce que je suis comme ça. Et c’est aussi grâce à ma copine qui m’aide vraiment au quotidien depuis plusieurs années, de même que le soutien de ma famille et de mes vrais amis qui me fait énormément de bien. En premier plan, mes gars de Cholet qui font partis de ma famille : Romuald Morency, Kadri Moendadze, Johan Clet, Antoine Chevrier, Ywen Smock et mon petit frère Abdoulaye N’doye. A Limoges, j’ai fait des belles rencontres, en particulier Eddy Djedje et Thibaut Alexis qui m’ont soutenu tout au long de cette année de galère. Je leur souhaite le meilleur pour la suite.

Quel est ton planning pour les mois à venir ?
Mon programme pour les mois à venir, c’est de me préparer pour le camp LNB mais aussi pour les clubs qui voudront me voir. Pourquoi pas aussi repasser des examens pour voir l’état de ma jambe.

Suis-tu un programme alimentaire particulier pour faciliter ton come-back ?
Oui, j’ai décidé de commencer un programme herbalife pour essayer de perdre du poids afin de retrouver la forme. Et franchement, je ressens déjà les effets. Pour m’aider, j’ai un coach qui me suis, Ulysse Adjagba. Il m’appelle souvent pour me donner des petites astuces, voir où j’en suis dans mon programme afin de perdre le plus de poids possible d’ici le mois de juin. Et ensuite pourquoi pas continuer sur le long terme.

Avant d’être prêté à Limoges l’été dernier, tu avais passé quatre saisons à Cholet. Quelles différences peux-tu constater entre ces deux centres de formation ?
A Cholet, j’étais vraiment chez moi. Je pouvais compter sur vraiment tout le monde, surtout quand ça n’allait pas. Ca ma vraiment aidé au niveau de la formation. Quand j’ai arrêté l’école à 16 ans, Jean-François Martin m’a pris sérieusement en mains. Je travaillais individuellement tous les matins sur mon shoot, ma percution et aussi mes appuis pour me décaler sur le poste 4 où je me sentais vraiment bien. C’est le top à Cholet, aussi bien au niveau des horaires d’entraînements que des conditions de logement. À Limoges, les espoirs ne sont vraiment pas la priorité. On mise tout sur les pros mais, en étant dernière année, ça ne m’a pas trop atteint.

Tu es donc actuellement en dernière année espoirs. Quels sont tes plans pour la saison prochaine ?
Pour l’an prochain, mes envies à moi sont de jouer et de pouvoir montrer à tous les coachs de Pro B et N1 que je suis de retour. Je me suis fait oublier à cause de ma blessure, mais c’est fini donc je suis ouvert à toute proposition. Le mieux serait un projet Pro B avec de la N2 à côté pour me remette en forme. Je suis de retour et je compte reprendre ma place dans le basket. Je me suis trop fait oublier et ce depuis 2 ans. Il faut que ça change, c’est avec le basket que je compte vivre. Je vais tout donner pour.