Juhann Begarin - Paris Basketball
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Focus sur Juhann Begarin, le prochain guadeloupéen en NBA

Table des matières

Poste 2/3 seulement âgé de 18 ans, Juhann Begarin va probablement devenir en juillet le deuxième basketteur français de l’Histoire à être drafté directement en NBA en provenance de Pro B. Retour sur son parcours, son style de jeu et ses ambitions.

Les débuts de Juhann Begarin en Guadeloupe

Ayant grandi dans une famille de basketteurs, le jeune Juhann débute finalement le basket sur le tard, vers l’âge de 10 ans. Il intègre d’abord le club local Baie-Mahault BC avant de se faire recruter par l’association ASC Ban-E-Lot en U15. Très vite, il se démarque des autres enfants de sa catégorie d’âge. Il tape dans l’œil de plusieurs structures dont le Centre Fédéral, qui décide de le faire venir en Métropole. Pensionnaire durant deux années à l’Insep, l’usine à champions français, Begarin a découvert le très haut niveau au fil des matchs disputés en Nationale 1. Parallèlement, il connaît ses premières sélections en équipe de France de jeunes. Avec les U16, il s’affirme comme étant le leader offensif des Bleuets. Les jeunes pousses françaises termineront le le championnat d’Europe à la quatrième position.

Basketteur professionnel depuis ses 17 ans

Talent au fort potentiel, Juhann Begarin a quitté le Centre Fédéral avec un an d’avance pour devenir basketteur professionnel au Paris Basketball à l’été 2019. Sous les ordres de Jean-Christophe Prat, le prospect NBA a bien progressé. Il s’est épanoui au sein d’un effectif dont la moyenne d’âge ne dépassait pas les 24 ans en 2020. Le jeune international s’apprête à quitter le club en étant devenu un joueur majeur d’une équipe dominante de deuxième division.

Cette année, celui porte le numéro 23 est arrivé à maturité sur de nombreux plans. A commencer par le physique. Au cours des vingt derniers mois, le plus jeune de la fratrie Begarin s’est taillé un corps d’homme. Il a effectué un gros travail au quotidien à la salle de musculation. Mais il a également travaillé sans relâche avec un entraîneur individuel pour passer un cap dans son jeu.

Un jeu explosif et spectaculaire

De par sa taille (1m96), son poids et sa mentalité, Juhann Begarin répond aux principaux critères pour évoluer en NBA. Son style de jeu est taillé pour la plus prestigieuse compétition de basket-ball de la planète. Très athlétique, il a la capacité de s’envoler en haute altitude dans les airs.

Défensivement, il a le profil pour devenir un stoppeur de très haut niveau. Dans un premier temps, c’est assurément par sa défense qu’il gagnera des minutes dans un effectif NBA. Offensivement, Juhann Begarin est également doué. Au delà de ses dunks ravageurs, il a progressé sur son adresse aux tirs. Ce swingman dispose d’une gestuelle de shoot convenable. Il a aussi amélioré sa lecture du jeu. Et il n’hésite pas à prendre des responsabilités. De toute évidence, le jeune homme aux 7800 followers sur Instagram aime assurer le show.

Au jeu des comparaisons, on pourrait l’associer à Andre Iguodala. Les deux hommes partagent sensiblement la même taille et des atouts similaires sur un terrain de basket.

Un avenir en NBA pour Juhann Begarin

La suite de l’histoire de Juhann Begarin s’écrit assurément aux États-Unis à terme. Selon toute vraisemblance, il devrait rejoindre la Grande Ligue dès la rentrée prochaine. A moins que la franchise qui le sélectionnera, dans le cas où il conserverait son nom à la draft, ne décide de le laisser en couveuse en Europe encore un ou deux ans.

Cette année, il était l’un des quatre nominés pour remporter le titre de meilleur jeune de la saison en Pro B. Il n’est pas passé loin de rafler la mise, coiffé par Hugo Besson. Très mature pour son âge, le leader de la génération française 2002 dispose d’un futur radieux. Sa carrière ne fait que de commencer.

Acteur important de la montée en Jeep Élite du Paris Basketball, le petit frère de Jessie Begarin possède déjà une expérience professionnelle que 95% des basketteurs de son âge n’ont pas. Le club de la capitale s’est avéré être un très bon tremplin pour son envol.

Dans les pas d’autres frenchies originaires de Guadeloupe

Sur les radars des recruteurs des franchises américaines depuis déjà quelques années, Juhann fait parler de lui sur et en dehors de nos frontières. Il a été invité à plusieurs reprises par la FIBA et la NBA à des rassemblements de prospects internationaux. A chaque fois, il a montré des choses intéressantes lors de ces évènements. Le natif des Abymes suit les traces des Mickaël Piétrus, Rodrigue Beaubois, Mickaël Gelabale, Rudy Gobert ou encore Théo Maledon. Ces cinq basketteurs disposant de racines guadeloupéennes ont tous foulé les parquets du championnat nord-américain. Il ne fait aucun doute que Juhann Begarin sera le prochain à s’ajouter sur la liste.

Notre interview avec Juhann Begarin

Article publié le 11 mars 2020 :

Pas encore majeur et après deux ans passés au Centre Fédéral, la jeune pépite Juhann Begarin (1m95, 17 ans) poursuit cette saison son développement du côté de Paris Basketball. Dans l’antichambre de l’élite du basket français, il a été placé en couveuse auprès du coach Jean-Christophe Prat. Ce dernier est réputé pour avoir fait éclore de nombreux jeunes talents au plus haut niveau.

Begarin, leader de la génération française 2002, possède un avenir radieux qui se dessinera certainement aux États-Unis. Conscient de son potentiel, l’équipementier Adidas l’a récemment recruté dans ses rangs. L’intéressé fait désormais partie de ses ambassadeurs à travers un contrat de sponsoring. Nous sommes allés à sa rencontre, à la sortie d’une victoire importante de son équipe en championnat face à l’Ujap Quimper.

Juhann Begarin, tu as participé au Basketball Without Borders à Chicago au mois de février en marge du NBA All-Star Weekend. As-tu pu t’évaluer face aux meilleurs autres jeunes potentiels mondiaux de ta génération ?

Juhann Begarin : J’ai pu m’évaluer en jouant contre eux, voir quel était le niveau. En revanche, je ne peux pas me situer par rapport aux autres, ce n’est pas moi qui décide de ma place dans les classements. Ce que je peux dire, c’est que je ne me rabaisse pas par rapport à d’autres joueurs. Aussi, c’est toujours un plus de pouvoir affronter des joueurs venant de partout dans le Monde.

Parmi 44 joueurs, tu as été sélectionné dans l’équipe « All-Star » au terme du camp. Comment s’est globalement passé l’évènement pour toi ?

Juhann Begarin : J’ai réalisé de bonnes performances, mais je n’étais pas satisfait de moi. Les deux premiers jours, je n’ai pas pu évoluer à mon vrai niveau. En conséquence, je n’ai pas pu montrer tout ce que je sais faire. C’est un peu dommage. Mais ensuite, les deux derniers jours, j’ai pu remonter la pente et montrer mon vrai niveau.

Durant ce séjour, as-tu pu bénéficier de conseils de coachs ou de joueurs NBA présents pour l’occasion ?

Juhann Begarin : Non, pas forcément. Les coachs ne sont pas vraiment là pour nous conseiller. Ils sont plus présents pour nous gérer. Quand on joue les matchs, ils nous expliquent certaines choses mais ce ne sont pas vraiment des conseils pour l’avenir ou la continuité en général.

Est-ce que tu as pu profiter du week-end en assistant aux concours du samedi soir ou à l’un des matchs ? Si oui, quel a été ton moment préféré ?

Juhann Begarin : Oui, c’était super. Même s’il y avait le show au concours de dunks, que les joueurs qui y participaient étaient de haut niveau, j’ai préféré le match du dimanche. Je pense que c’était l’un des meilleurs All-Star Game que j’ai vu. Il y avait de l’intensité, les gars jouaient sérieusement. Franchement, c’était un beau match. C’était la première fois que je voyais un All-Star Game durant lequel les gars jouaient vraiment et se donnaient pour essayer de gagner.

De retour en France, à quoi ressemble le quotidien d’un prospect NBA de 17 ans ?

Juhann Begarin : On va à la salle, on s’entraîne, on rentre chez soi, on mange et on revient s’entraîner. C’est pareil dans tous les clubs, il n’y a pas de particularité. Je vis un quotidien normal, identique à n’importe quel basketteur évoluant dans un club professionnel. Cependant, puisque j’ai encore le baccalauréat à obtenir, j’ai également des cours avec un professeur une fois par semaine.

Comment gères-tu toute cette attente et pression au quotidien liées à ton avenir ?

Juhann Begarin : Je ne gère rien du tout. Je ne m’occupe que du basket, je travaille pour atteindre mon objectif. On verra où ça me mène. Je sais juste qu’il faut que je bosse dur. Après, que les gens me voient d’une manière ou qu’ils attendent des choses de moi, je ne m’en préoccupe pas. Je sais ce que j’attends de moi et c’est ce qui compte.

Ton club actuel, le Paris Basketball, possède de fortes ambitions et de puissants moyens financiers pour la Pro B, mais parvient difficilement à confirmer sur le terrain en obtenant des résultats sportifs en demi-teinte depuis le début de la saison. En tant que plus jeune joueur de l’effectif mais élément responsabilisé, comment vis-tu ces moments-là ?

Juhann Begarin : On joue au basket, on écoute les consignes du coach. Nous sommes payés pour jouer au basket et être performants, tout simplement.

Comment vois-tu la fin de saison au niveau individuel et collectif ? Quelles vont être tes objectifs pour toi et ton équipe ?

Juhann Begarin : On va essayer d’accrocher les playoffs, ce qui est l’objectif numéro 1. Après, on verra bien par la suite pour jouer la montée en Jeep Élite. Individuellement, je veux montrer ce que je vaux au niveau de la Pro B. J’ai envie de montrer que je suis un bon joueur, me faire voir par les scouts et toutes les franchises NBA.

Business : Juhann Begarin dans une publicité pour Intersport

En collaboration avec l’équipementier Adidas, l’enseigne Intersport a organisé un tirage au sort permettant à trois personnes de remporter un voyage à New York, incluant des matchs NBA. La promotion de ce jeu-concours a été assurée sur les réseaux sociaux du groupe de distribution français d’articles de sport. Sur la publication, c’est le jeune prospect guadeloupéen Juhann Begarin qui a été choisi pour figurer en tête d’affiche. Nouvelle égérie de la marque allemande aux trois bandes depuis le mois de février 2020, le principal intéressé est équipé de produits Adidas de la tête aux pieds.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Grâce à adidas, tente de gagner ton voyage à New-York et assiste à la reprise du basket américain avec du public ! 🏀💥 ⠀ Lien en bio pour participer 👀 ⠀ #ReadyForSport

Une publication partagée par INTERSPORT France (@intersportfr) le