Au basket-ball, si elle contribue indéniablement à la performance, la taille ne fait pas tout. Après avoir dévoilé les cinq plus grands joueurs de Jeep Elite par la taille, c’est au tour des six basketteurs les plus petits du championnat de France d’être mis en avant. Les voici :

David Holston : 1m67

MVP de Jeep Élite en 2019, David Holston est un véritable talent. Le natif du Michigan est le parfais exemple du joueur qui ne lâche rien. Il tire avantage de sa taille réduite pour prendre de vitesse la plupart de ses adversaires. En défense, il agit telle une véritable sangsue pour déstabiliser le meneur de jeu adverse. Il fait en sorte que son envergure ne l’handicape pas dans l’élite du basket français. Depuis son enfance, Holston a l’habitude de faire déjouer les pronostics. Il se sublime dans le rôle de l’outsider. Dans l’Hexagone, c’est aussi l’homme d’un seul club : la JDA Dijon. Cela montre l’état d’esprit et la fidélité du bonhomme. Ce dernier n’a pas manqué de propositions plus lucratives à certains moments de sa carrière. Il fait partie de ces six basketteurs américains emblématiques attachés à un club français.

Ludovic Beyhurst : 1m72

Meneur de poche, hargneux, il ne se laisse pas dominer par les plus grands gabarits. Sa détermination et sa vision de jeu sont deux de ses principaux atouts. Le poste 1 de Limoges ne passe pas inaperçu sur un terrain de basket-ball professionnel. Pour de nombreux jeunes basketteurs ne dépassant pas 1m75, il incarne un exemple parfait de réussite. C’est un modèle à suivre. Passé par le Centre Fédéral puis le centre de formation de la SIG Strasbourg, Beyhurst tient sa place au plus haut niveau hexagonal. En compétitions de jeunes, l’ancien coéquipier de Frank Ntilikina a fait partie de l’équipe de France. En Jeep Elite, il assurait pas moins de 7 points et 4 passes décisives en 2019/2010.

Lucas Bourhis : 1m78

Après un apprentissage du monde professionnel à Blois, en Pro B, Lucas Bourhis a été rapatrié l’été dernier par le BCM Gravelines-Dunkerque, son club formateur. Après une saison compliquée collectivement dans le Nord, le petit frère du regretté Jonathan Bourhis a de quoi être déçu. Compétiteur dans l’âme, nul doute qu’il ne va pas tarder à rebondir. Il ne faut pas oublier qu’il n’a que 21 ans. Ce basketteur professionnel de petite taille a le basket dans le sang. La qualité de son tir, notamment derrière l’arc, n’est plus à démontrer.

Chris Warren : 1m78

Le meneur de jeu américain de Nanterre figure parmi les plus petits joueurs du championnat par la taille. Cependant, il possède un très gros cœur. Fort scoreur, il prouve que le gabarit ne fait pas tout pour faire son trou au très haut niveau. L’âge n’a pas encore diminué ses capacités. A 32 ans, il reste un basketteur pro compétitif. Son record de points à 33 unités cette saison le démontre. Chris Warren base son jeu sur le shoot à moyenne et longue distance. Cela ne l’empêche pas de réaliser de temps à autre des pénétrations dans la raquette. Ses qualités de manieur de ballon lui permettent de se dépatouiller face à des défenseurs plus imposants physiquement.

Rémi Lesca : 1m80

Lesca a été formé à l’Elan Béarnais puis est passé par différents clubs professionnels de l’élite (Châlons-Reims, Levallois et Boulazac) avant de revenir à Pau-Lacq-Orthez en 2020. A 30 ans, ce bon shooteur a décidé de prendre un nouveau virage dans sa carrière de basketteur professionnel. Ainsi, le natif des Landes évoluera en NM1 à la rentrée. Il s’est engagé sur le long terme avec l’Union Tarbes-Lourdes. Cet amoureux de la balle orange sera vraisemblablement l’un des cadres de son équipe. Et un joueur majeur du championnat.