Le championnat de basket-ball nord-américain est médiatisé dans le Monde entier. Les athlètes y évoluant sont de véritables superstars. Ils font rêver des dizaines de millions de jeunes qui espèrent un jour être à leur place. Néanmoins, cette ligue sportive est réservée à une élite. Seuls 450 joueurs au global sur la planète ont l’opportunité d’en faire partie chaque année. Voici les six conditions indispensables pour être éligible au statut de basketteur NBA :

1 – Mesurer plus de 1m82

Les joueurs les plus petits de la Ligue culminent aux alentours des 182 centimètres. Dans l’Histoire, Muggsy Bogues mesurait seulement 1m60. Le fait d’évoluer en NBA avec telle taille est impensable à l’époque actuelle. Parmi les autres petits gabarits passés par la Grande Ligue, on retrouve Earl Boykins (1m65), Spud Webb (1m70) ou encore Nate Robinson (1m75). Ces athlètes cités compensaient tous leur petite taille par une énorme détermination et des qualités athlétiques exceptionnelles. Aujourd’hui, la taille moyenne d’un joueur NBA est de 2m00. Le plus grand est le géant pivot sénégalais Tacko Fall (2m26).

2 – Peser au moins 80 kg

Au niveau des caractéristiques physiques, il ne suffit pas d’être grand pour évoluer en NBA ! Il faut également être costaud pour résister aux impacts. Les poids plume n’y ont pas vraiment leur place. Et ce, même si Dejounte Murray pourrait être un contre exemple. Le meneur de jeu des San Antonio Spurs s’en sort plutôt pas si mal. Avant de pousser de la fonte dans la salle de musculation et atteindre les 82 kg, son poids a été enregistré à 77 kilogrammes à l’aube de la saison 2018/2019. De son côté, en plus d’être le joueur culminant le plus haut de NBA, Tacko Fall est également le plus lourd physiquement. Le joueur des Boston Celtics affiche 141 kilogrammes sur la balance. En moyenne, un joueur NBA pèse 1 quintal, soit 100 kilogrammes.

3 – Être âgé entre 19 et 40 ans

Depuis 2005, les lycéens ne peuvent plus intégrer directement la NBA sans passer par la case université ou professionnel à l’étranger. Règlementairement, ils doivent attendre l’année de leur 19 ans pour pouvoir se présenter à la draft. Le français Sekou Doumbouya était le plus jeune joueur du championnat la saison passée. Nées en 2001, les pépites tricolores Killian Hayes et Théo Maledon feront à leur tour partis des athlètes les plus jeunes de la compétition. En 2019/2020, le tout récent retraité des parquets Vince Carter était le sportif le plus vieux avec ses 43 ans. Ayant fêté ses 40 ans l’été dernier, Udonis Haslem sera le vétéran le plus âgé de la ligue cette saison. L’âge moyen d’un basketteur NBA est de 25 ans.

4 – Être doté d’un fort mental

Sans aucune détermination, il est impossible d’intégrer ni de perdurer en NBA. Il existe une concurrence permanente qui peut vite devenir insoutenable pour certains. Une carrière dans le plus prestigieux championnat de basket-ball au Monde ne dure en moyenne que cinq petites années. Les capacités physiques et techniques ne font pas tout ! Les champions, eux, adoptent un mindset bien particulier.

5 – Pratiquer le basket-ball depuis au moins 8 ans

Si de nombreux basketteurs professionnels ont eu une balle orange dans leurs mains depuis leur naissance et ont été biberonné sur les terrains de basket, ce n’est heureusement pas le cas de tous. Le pivot français des Philadelphia 76ers, Vincent Poirier, a effectué ses premiers dribbles à l’âge de 17 ans. Après avoir été meilleur rebondeur de l’Euroleague, il a intégré la NBA en 2019 en rejoignant les Boston Celtics. Le natif de Clamart avait alors 25 ans. Il n’est donc jamais trop tard pour débuter une pratique sportive et devenir l’un des meilleurs de son pays à son poste de jeu.

6 – Ne pas avoir la phobie de l’avion

Souffrir d’hyper-anxiété et de la peur de prendre l’avion, comme c’est le cas de Royce White, est incompatible avec le quotidien d’un joueur NBA. Les déplacements en jet privé dans tous les États-Unis sont la norme pour chaque match disputé à l’extérieur. Le joueur américain cité en début de paragraphe est pourtant bien parvenu à être drafté en NBA en 2012, au premier tour qui plus est ! Cependant, il n’a disputé que trois petits matchs dans la Grande Ligue avec les Sacramento Kings, après avoir été mis à l’écart par les Houston Rockets suite à cette découverte surprenante. Sa peur de l’avion l’a donc empêché de faire carrière au plus haut niveau. Et ce, même en consultant des psychologues. Rien n’y fait. White a du se résoudre à prendre sa retraite en tant que basketteur professionnel bien plus tôt que prévu.