🎁 Vos maillots et produits NBA préférés en promotion sur Fanatics !

La NBA et la NCAA, les deux championnats de basket américain les plus suivis aux USA, ont bien entendu quelques points communs. Ces derniers sont principalement axés sur le spectacle. A titre d’exemple, comme avant tout évènement sportif majeur aux Etats-Unis, l’avant-match débute par l’écoute de l’hymne national américain et est suivi d’un show visuel (clip spectaculaire diffusé sur les écrans géants, jeu de lumières sur le terrain et dans les tribunes dans une arena plongée dans le noir). Chaque équipe possède aussi sa propre mascotte et troupe de pom-pom girls qui vont animer les temps-morts. De plus, les infrastructures dans lesquelles évoluent les athlètes sont exceptionnelles comparé à ce qui est globalement proposé sur le Vieux Continent.

Des règles de jeu différentes

Cependant, ces deux compétitions reines sur le territoire américain présentent également un certain nombre de points divergents. Les différences les plus frappantes concernent les règles du jeu. Au niveau du format des rencontres, la NBA, la FIBA et la NCAA disposent de leur propre règlement. Alors que les matchs dans la grande ligue américaine se déroulent en quatre quart-temps de 12 minutes, les matchs universitaires aux USA se composent de deux mi-temps de 20 minutes chacune.
En NCAA, l’équipe possédant le ballon dispose de 30 secondes de possession en attaque contre 24 secondes dans tous les autres championnats dans le Monde. Comme dans le jeu international, un joueur ne peut plus entrer sur le terrain lorsqu’il a commis 5 fautes personnelles (contre 6 fautes individuelles en NBA). La configuration du terrain n’est également pas tout à fait la même, puisque la ligne des trois-points est rapprochée de 48 centimètres (6,75 mètres du cercle) par rapport à ce qui est proposé en NBA (7,23 mètres du panier). Par ailleurs, les temps-morts des coaches se font carrément sur le terrain et non depuis le banc de touche. Il s’agit d’une particularité spécifique à la NCAA. A première allure, elle peut étonner les spectateurs étrangers venus des quatre coins du Monde et qui n’ont pas l’habitude de voir ça dans leur pays.

Un public différent

En outre, le genre de spectateur assistant aux rencontres est différent en NCAA et en NBA. Bien que ces compétitions soient ouvertes à tous, le public n’est globalement pas le même. Le spectateur type d’une rencontre universitaire est un étudiant ou un alumni (ancien élève) de l’Université qui évolue à domicile. Aussi, on remarquera que les équipes universitaires sont dotées d’un orchestre qui va assurer une ambiance musicale en tribune tout au long de la partie.
De son côté, la NBA est devenue internationale et attire dans ses arenas de nombreux touristes venus du Monde entier, ainsi que des familles, couples et groupe d’amis venant passer un bon moment ensemble. Au niveau du taux de remplissage des arenas, alors que les tribunes sont quasiment pleines pour la majorité des rencontres NBA, il est parfois plus compliqué pour les équipes NCAA de faire le plein. Cela dépend de plusieurs facteurs, comme le jour où a lieu la rencontre, la qualité de l’adversaire et de l’importance du match dans la saison sportive.

Une répartition différente des revenus financiers

Enfin, les basketteurs évoluant en NBA sont professionnels, alors que ceux qui étudient toujours à l’Université sont totalement amateurs à ce jour. Même si la NBA est évidemment bien plus puissante économiquement puisqu’elle s’est mondialement développée et qu’elle possède dans ses rangs les meilleurs basketteurs de la planète, la NCAA est également un organisme très lucratif.
Néanmoins, contrairement aux professionnels de la grande ligue américaine qui touchent chaque années des millions de dollars de salaires, les joueurs ne sont pas (encore) rémunérés dans le basket universitaire. Vraisemblablement à partir de la saison 2021/2022, les étudiants athlètes pourront toucher de l’argent pour droits à l’image et l’utilisation de leur nom, notamment dans les jeux vidéos qui ont été développés sur le basket universitaire américain. Bien que ce championnat génère des centaines de millions de dollars de recettes aux USA grâce principalement aux droits TV, le merchandising et la billetterie, les principaux acteurs des rencontres – à savoir les athlètes – ne touchent pas un centime de cet argent à l’heure actuelle. En revanche, leurs frais de scolarité, d’hébergement et de restauration sont pris en charge par l’Université qui les a recruté.