Au basket-ball, il existe une multitude de variétés de tirs. Comme pour les différents types de passes, on en recense un certain nombre. Nous les détaillons ci-dessous :

Le jump shot

Le tir en suspension est l’une des formes de shoots les plus populaires dans le Monde. C’est un classique en NBA. Le corps en équilibre, le dos droit, le tireur s’élève dans les airs et déclenche sa fléchette lorsqu’il atteint le point culminant de son saut. Chez les basketteurs professionnels, la plupart des tirs à trois-points sont pris de cette façon. Les plus grands shooteurs d’élite en sont des spécialistes.

Le fadeaway

Le fadeaway consiste à tirer tout en sautant pour reculer. Pour l’attaquant, cela lui permet de créer une distance avec son défenseur. Ce dernier a alors plus de mal à repousser la tentative de son opposant. Cependant, le shooteur n’est pas complètement avantagé dans cette situation. Effectivement, il est contraint de tenter sa chance en déséquilibre. Ce qui rend sa tâche plus compliquée pour scorer. L’allemand Dirk Nowitzki maîtrisait cette technique à la perfection. C’était le maître en la matière sur les parquets NBA et internationaux.

Le bras roulé

Répandu dans le Monde du basket-ball par le légendaire Kareem Abdul-Jabbar, le bras roulé est une technique plutôt réservée aux joueurs de grande taille. Il est aussi connu sous le nom de « skyhook ». Lorsqu’il se situe à quelques mètres maximum du cercle, le porteur du ballon déclenche un tir en cloche à une main. Très difficilement contrable par les défenseurs, cette forme de tir rencontre beaucoup de succès chez les ailiers-forts et pivots lorsqu’elle est maîtrisée.

Le step back

C’est la façon la plus efficace de se créer son propre tir lorsqu’un défenseur colle à la peau de l’attaquant. Le porteur du ballon effectue alors quelques dribbles avant de subitement faire un pas de recul en arrière ou sur le côté pour se débarrasser de son vis à vis. Une fois l’avantage pris, il n’a plus qu’à shooter.

Le lay-up

Façon la plus basique de marquer, le lay-up (ou double-pas) fait partie des fondamentaux du basket-ball. C’est le tir que l’on enseigne en premier dans toutes les écoles de basket. L’attaquant se dirige vers le cercle, effectue successivement deux pas sans dribbler et n’a plus qu’à conclure avec ou sans l’aide de la planche en fonction de son niveau de maîtrise.

Le lay-back

Au lieu d’effectuer un simple lay-up, l’attaquant va passer sous le panneau pour réaliser un double pas « inversé ». Dans cette situation, le tireur se retrouve dos au cercle. Cette action est très efficace si le chemin du cercle n’est pas dégagé d’un côté et totalement libre de l’autre.

Le finger-roll

Le finger-roll est un variant du lay-up. Sauf qu’en aucun cas, l’attaquant n’utilise la planche pour marquer. Il fait appel au bout de ses doigts pour donner une impulsion à la balle. Celle-ci n’a plus qu’à transpercer les filets de façon verticale.

L’euro step

Action offensive de grande classe, l’euro step est un double-pas grandement amélioré. Seuls les basketteurs les plus rapides et évolués techniquement sont en mesure de s’y aventurer sans trop de risque. L’attaquant élimine un défenseur qui s’interpose en effectuant successivement un pas à droite puis un autre à gauche (ou inversement). Pour conclure l’action, le scoreur dépose généralement la balle dans le cercle sans toucher l’anneau ou en dunkant.

Le dunk

Offensivement, c’est le tir le plus efficace pour marquer. Le porteur du ballon va l’écraser dans le cercle, à une ou deux mains. Certes, une tentative de dunk peut être repoussée dans la bataille livrée dans les airs. Cependant, tout le monde ne possède pas cette capacité de s’élever au dessus du cercle. Un autre terme employé pour désigner un dunk est le smash. C’est le genre d’action qui fait lever la foule.

Le alley-oop

Avec le dunk, il s’agit de l’action la plus spectaculaire que l’on retrouve au basket ! La syncronisité entre le passeur et le finisseur doit être parfaite pour un alley-oop réussi. Le porteur de balle délivre une somptueuse passe décisive à un camarade qui va s’élancer dans les airs pour récupérer le cuir et le déposer immédiatement dans le cercle, avant de retomber sur ses appuis. Il suffit bien souvent d’un regard entre deux coéquipiers pour que la magie opère.

Le teardrop

Lorsqu’un petit gabarit doit faire face à des montagnes dans la raquette, il doit trouver une solution pour passer au travers ou au dessus d’elles. Communément appelé « flotteur », le teardrop consiste à lancer la balle en l’air à une main et à plusieurs mètres du sol. De sorte à ce que son défenseur ne puisse pas atteindre le cuir. Le français Tony Parker en a fait son arme fatale pour tirer son épingle du jeu en NBA.

Le lancer-franc

C’est le seul tir qui est tenté par l’attaquant sans la pression de la défense. Le jeu est interrompu pour laisser place au tireur. Le chronomètre est à l’arrêt. Mis à part les cris et mouvements des supporters depuis les tribunes, personne d’autre ne peut gêner le tireur sur la ligne de lancers-francs. Elle est également appelée ligne de réparation. Celle-ci se situe à 5,80 mètres de distance de la ligne de fond. Chaque lancer-franc converti vaut 1 point.

Le tir à 3 points

C’est un shoot déclenché au delà de la ligne des 7 mètres. Celle-ci forme un arc sur le terrain de basket. Il existe différents angles pour tenter sa chance à trois-points. Dans le corner, à 45 degrés, face au cercle, etc… Chacun à ses préférences.

Le « And-one »

Nom d’une marque de chaussures qui a connu son heure de gloire dans les années 2000, le « And-one » est une expression signifiant que le panier est accordé avec une faute du défensive en prime. Un lancer-franc additionnel est alors accordé au tireur pour tenter d’ajouter un point supplémentaire au tableau d’affichage.

Le catch and shoot

Ce terme signifie que le shooteur prend sa chance immédiatement après avoir réceptionné le cuir dans les mains. Sans poser un dribble. En voici les principes techniques. Que le tir soit ouvert ou non, ce genre d’action nécessite une grande confiance en soi. La visualisation est également importante pour optimiser son pourcentage de réussite.