La Normandie est une terre de basket-ball. De nombreux basketteurs professionnels y ont été formés. Parmi eux, quatre stars françaises de la NBA y ont grandi. Les voici.

Tony Parker

Né à Bruges, en Belgique, d’un père basketteur américain et d’une mère mannequin néerlandaise, Tony Parker a rapidement déménagé en France pour suivre la carrière du chef de famille. Et c’est à Fécamp, en Haute-Normandie, que TP a pris sa première licence dans un club de basket. Rapidement repéré, il n’a pas tardé à intégrer l’équipe de Mont-Saint-Aignan. Ainsi que, dans le même temps, le pôle espoirs de sa région.

Des années plus tard, malgré la gloire et le succès, il n’oubliera pas d’où il vient. Pour redonner à la Normandie ce qu’elle lui a apporté, les Tony Parker Camps y auront été organisés pendant dix ans. Chaque été, le quadruple champion NBA y distillait ses conseils à de jeunes basketteurs venant des quatre coins de la planète. Parker est tout simplement le meilleur basketteur français de tous les temps. Bien qu’il vit désormais essentiellement entre San Antonio et Lyon, la Seine-Maritime garde une place particulière dans son cœur.

Nicolas Batum

L’actuel capitaine de l’équipe de France a débuté le basket-ball dans un petit village à Pont l’Évêque. La même commune qu’une prodige du basket féminin, Marine Johannes. « Batman » est le seul des quatre basketteurs de ce listing à venir de Basse-Normandie. Durant son adolescence, il est notamment passé par le Caen Basket Calvados. Des années plus tard, il en deviendra le parrain. Recruté par le centre de formation du MSB après ses années minimes France, Nicolas Batum quittera sa région natale pour devenir basketteur professionnel.

Joueur NBA depuis 2008, l’ailier français est réputé pour sa polyvalence. En 2016, il a signé un contrat record à l’époque pour un basketteur français en NBA. Les modalités du deal ? 120 millions de dollars sur 5 ans. S’il est toujours en quête de son premier titre de champion NBA, le natif de Lisieux a connu beaucoup de succès en sélection nationale. Avec les Bleus, celui qui est vêtu du numéro 5 possède six médailles à son actif. Un record dans l’Histoire du basket français !

Ian Mahinmi

Ian Mahinmi aurait très bien pu ne jamais jouer au basket ! Et donc ne pas remporter une bague de champion NBA avec les Dallas Mavericks en 2011. Car contrairement à ses confrères normands que ce sont Parker, Batum et Maledon, Mahinmi n’est pas né dans une famille baignant dans l’univers de la balle orange. Découvert dans la cours de récréation par Pascal Pisan, alors entraîneur au pôle Espoirs de Haute-Normandie, le futur international français ne connaissait pas grand chose du basket. Ses lacunes techniques étaient profondes. Mais déterminé à devenir basketteur professionnel, le futur pivot NBA a gagné sa place au plus haut niveau.

Travailleur et redoublant d’effort pour atteindre ses objectifs, Ian Mahinmi est un joueur méritant. Toujours souriant, doté d’une excellente éducation et mentalité, c’est le genre de coéquipier modèle que chaque coach aimerait avoir dans son équipe. Durant le lock-out NBA en 2011, il sera revenu en Normandie pour aider le STB Le Havre à performer en Pro A. Une preuve de sa reconnaissance auprès du club qui l’a en partie formé.

Sans club lors de la saison 2020/2021, Ian Mahinmi a annoncé sa retraite sportive le 6 juillet dernier. Au total, il aura disputé 685 matchs en NBA.

Théo Maledon

Le fils de Sylvie et de Claude Maledon est un futur très grand du basket normand et hexagonal. Si l’on compare ses performances individuelles aux autres français durant leur première saison en NBA, Théo Maledon a réalisé la meilleure année rookie de l’Histoire chez les frenchies. Cela s’annonce très prometteur pour la suite.

Pour l’heure, le natif de la région rouennaise n’a encore rien gagné aux États-Unis. Si ce n’est une sélection honorifique à la mi-saison parmi les douze meilleurs joueurs internationaux de première et deuxième année… Cependant, il ne fait aucun doute que le protégé de Tony Parke devienne un joueur majeur en NBA. A son palmarès en club, on recense pour le moment un titre de champion de France et une victoire en finale de la coupe de France. Avec la sélection nationale, il a remporté le championnat d’Europe des 16 ans et moins en 2017. L’été suivant, il a décroché une médaille d’argent au championnat du Monde U17. Quelques mois plus tard, il était élu All-Star dans le championnat de France et participait à ses premiers matchs en équipe de France A. Le tout en étant pas encore majeur ! Sa progression est fulgurante.