Devenir basketteur professionnel en traçant seul son chemin, sans être accompagné par une personne du milieu pour être correctement entouré et conseillé, semble aujourd’hui improbable.

Lorsque l’on est un athlète, peu importe le sport, la recherche constante de progrès est primordiale pour rester motivé et gravir les échelons vers le haut niveau. Le chemin pour atteindre l’excellence est semé d’embuches et vous devez à tout prix éviter de tomber dans un maximum de pièges. Et ce, afin d’être toujours en concordance avec vos objectifs. Pour vous aider à ne pas vous éparpiller dans leur réalisation, un mentor vous sera de la plus grande aide. Ce genre d’individu, que l’on pourrait qualifier de guide, doit être un exemple à suivre. Un mentor doit absolument posséder une expérience de l’univers dans lequel vous souhaitez accéder et surtout perdurer.

Qui choisir comme mentor ?

La majorité des mentors sont des athlètes aguerris toujours en activité ou à la retraite sportive. Dans le premier cas, un vétéran d’une équipe peut être d’une grande valeur au sein d’un effectif comptant un ou plusieurs jeunes potentiels pour montrer l’exemple et leur apprendre le métier. Le processus de transmission peut se faire naturellement, mais un jeune joueur ne doit pas hésiter à aller demander conseils auprès de coéquipiers plus âgés. De toute évidence, il existe une sorte de fraternité au sein du milieu du basket-ball. Les anciens auront à coeur d’aider les nouvelles générations, transmettre leurs expériences. Car il est probable que eux aussi ont été conseillés durant leur jeunesse. Si ce n’est pas le cas, ils auraient certainement adoré avoir quelqu’un pour les accompagner dans leur ascension au plus haut niveau, qui est réservée à une élite.

Dans le second cas, votre mentor peut être un agent de joueurs. Un certain nombre d’entre eux sont d’anciens athlètes et se reconvertissent dans ce domaine afin de rester dans le milieu de la balle orange une fois leur carrière sportive terminée. Par nature, un agent sportif est un conseiller sur tous les aspects de la vie d’un athlète. Il pourra vous transmettre un certain état d’esprit à avoir pour réussir. Son impact sera surtout au niveau psychologique et de la gestion administrative de votre carrière.

Les anciens sportifs pros devenus entraîneurs, mais aussi certains coachs diplômés qui n’ont pas accédé au très haut niveau en tant que joueur, peuvent être des mentors très intéressants. Effectivement, ils connaissent l’exigence à avoir pour performer et sortir du lot. En côtoyant ce genre de mentor, ils vont principalement vous apporter leur expertise aux niveaux techniques, tactiques et physiques.

Un mentor, un soutien non négligeable

Un mentor veut votre bien et est l’un de vos principaux supporters. Il veut vous voir réussir dans ce que vous entreprenez, à la fois par sympathie mais également pour en tirer une satisfaction personnelle. Cela fait toujours plaisir de voir réussir quelqu’un que l’on a aidé ou conseillé dans un domaine. De manière générale, pour qu’une relation mentor – élève soit bénéfique, il faut impérativement que l’aîné soit quelqu’un qui croit en vous et qui vous fasse persévérer. Cela peut être en vous conseillant et/ou en vous entraînant physiquement et/ou mentalement et/ou techniquement.

Parfois, un mentor peut se reconnaitre en vous. Il a vécu les mêmes situations, les mêmes embuches, les mêmes déboires et espoirs. Son parcours peut avoir été similaire au votre. En vous transmettant son expérience, mais aussi en vous faisant bénéficier de son réseau et de ses contacts, il va donc vous aider à franchir des paliers. Il va accélérer votre réussite, en vous évitant de commettre certaines erreurs et en bénéficiant de précieux conseils qui valent de l’or.

Par ailleurs, un mentor apporte un soutien psychologique sans faille. Lorsque vous avez besoin de lui, il répond toujours présent pour vous. La carrière de tout sportif est faite de hauts et de bas. La présence dans son entourage de quelqu’un de compétent dans son domaine d’activité est alors très importante pour ne pas sombrer dans les moments durs.

Tout seul, à force de travail et d’abnégation, vous parviendrez peut être à atteindre un certain niveau de jeu et de performance. Mais l’absence d’un mentor vous sera forcément préjudiciable à un moment ou un autre.

L’exemple de Michael Jordan avec Kobe Bryant

Dans l’épisode 5 de la série « The last dance » sur les Chicago Bulls et Michael Jordan, Kobe Bryant raconte l’impact que Jordan a eu sur lui et sa carrière. Il narre son affrontement et l’échange qu’il a eu avec son idole à l’occasion du All-Star Week-end 1998, organisé à New York.

« J’ai grandi en regardant Michael Jordan à la télévision. Et là, j’avais la chance de l’affronter. C’était une occasion de le voir, de le toucher, de sentir sa force, sa vitesse et rapidité. C’était cool de le jouer. En arrivant en NBA, ça a été difficile. A cette époque, la ligue était moins jeune que maintenant. Personne ne s’intéressait vraiment à moi. J’étais le jeune qui loupait un tas de paniers. A ce moment là, Michael m’a beaucoup guidé. Je voulais en savoir plus sur son tir en mouvement, alors je lui ai demandé. Et il m’a donné une super réponse détaillée. Et il a ajouté « si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle moi ». Comme un grand frère. Ce que je sais faire, je le tiens de lui. Je n’aurai pas gagné cinq titres sans lui. Il m’a tellement aidé, il m’a tellement bien conseillé. »

Les deux légendes de la NBA entretenaient une relation très étroite, qui allait au delà du basket. Jordan était comme le grand frère de Kobe. D’ailleurs, à ce sujet, lors du décès tragique de ce dernier, « MJ » a indiqué non sans émotion qu’il avait perdu son « petit frère ». Ces deux légendes du basket américain étaient tous les deux des compétiteurs acharnés, qui détestent la défaite.