Il fut l’un des rares basketteurs de l’ère moderne à n’avoir porté durant vingt ans de carrière NBA les couleurs que d’une seule franchise : les Los Angeles Lakers.

Avec la mythique institution californienne, Kobe a remporté cinq bagues de champion. A chaque fois, pour partir à la quête du titre suprême, il aura néanmoins eu besoin d’être épaulé par au moins une autre superstar du championnat. Son compatriote Shaquille O’Neal (lors du three peat réalisé en 2000, 2001 et 2002) puis l’international espagnol Pau Gasol (à l’occasion du back to back en 2009 et 2010) faisaient alors figure de point de fixation dans la raquette pour lui libérer des espaces et dominer ensemble leurs adversaires.

Cependant, son entente avec ses coéquipiers n’aura pas toujours été au beau fixe. A titre d’exemple, son association avec les stars Steve Nash et Dwight Howard n’aura jamais fonctionné, même si sur le papier les Lakers présentaient un effectif de rêve. Winner absolu dans l’âme, Kobe Bryant présentait une éthique de travail hors normes. Par exemple, il était effectivement capable d’enquiller des centaines de shoots à la salle après une défaite, ou bien d’aller à salle d’entraînement en pleine nuit pour parfaire ses gammes. Les anecdotes sur sa personnalité et son style de vie hors de commun sont nombreuses et beaucoup en sont mentionnées dans la biographie écrite par Lucas Saïdi et publiée par Mareuil Éditions.

Un soir de janvier 2006, il inscrira jusqu’à 81 points (soit le deuxième meilleur total réalisé sur un match de saison régulière par un joueur, derrière les indetronables 100 points du légendaire Wilt Chamberlain). Son obsession à devenir le meilleur basketteur de tous les temps ne le quittera jamais et le conduira à bâtir un empire.

Investi auprès de la jeunesse et de la féminisation du sport, Bryant était tout simplement un être humain à part, au delà d’être un athlète d’exception. Son influence sur le jeu et la société sont énormes, son héritage va sans aucun doute perdurer pendant des décennies. Lorsqu’il était impliqué dans quelque chose, il se donnait toujours à fond pour satisfaire sa “Mamba Mentality”, son état d’esprit qui ressentait le besoin de toujours bien faire les choses.

Idolâtré par beaucoup, décriés par d’autres pour son individualisme parfois exagéré qui lui permettra de planter 60 points sur le parquet du Staples Center face au Utah Jazz pour son dernier match en NBA, il restera à jamais dans les mémoires et cœurs des fans de basket, qui ont pu lui rendre hommage à plusieurs reprises au cours de cette triste et surprenante saison 2019-2020.

Pour ses supporters francophones, la lecture du livre « Kobe Bryant, l’homme aux mille visages » constitue une excellente opportunité pour en savoir définitivement plus sur le personnage, le sportif, mais aussi l’homme et le père d’une famille de quatre enfants. Décédé brutalement dans un accident d’hélicoptère à l’âge de 41 ans en compagnie entre autres de son aîné Giana, qui était promis à un bel avenir en WNBA, l’ancien numéro 8 puis 24 des Lakers était et restera un exemple à suivre pour atteindre les sommets dans son domaine de prédilection et tout simplement réussir sa vie.

Commercialisé depuis le 24 septembre 2020, cet ouvrage de 288 pages réparti en 24 chapitres est assurément un must-have pour tous les passionnés de la balle orange.