rap nba
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Musique : Jack Harlow encense Tyler Herro avec son dernier single

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

Le basket-ball et la musique sont deux univers qui sont très proches entre eux. Que cela soit sur les playgrounds, durant l’échauffement avant un match, à la mi-temps, ou même parfois pendant une rencontre lorsque l’évènement est festif, la musique est omniprésente sur les terrains de basket-ball. Si tous les genres musicaux sont représentés, le rap et le hip-hop sont les plus plébiscités. En marge de la pratique de leur sport favori, les basketteurs professionnels et amateurs s’ambiancent au rythme des sons conçus par leurs artistes préférés.

Jack Harlow, un artiste qui monte

Rendu mondialement célèbre sur la scène musicale depuis l’été dernier par l’intermédiaire de son titre « Whats poppin » et un feat avec ses confrères DaBaby, Tory Lanez & Lil Wayne, le jeune rappeur Jack Harlow (22 ans) ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin pour poursuivre son ascension fulgurante. Et quoi de mieux que de collaborer avec l’un des basketteurs les plus médiatisés du moment pour surfer sur la vague du succès ?

Trois mois après avoir dévoilé le clip qui l’a véritablement fait éclore aux yeux et aux oreilles de la planète, le natif de l’Etat de Kentucky a réalisé une collaboration avec une ancienne vedette des Wildcats, le nom de l’équipe de basket de la fac localisée à Lexington.

Une collaboration entre Jack Harlow et Tyler Herro

Vous l’aurez compris dans le titre de cet article, le basketteur dont il est question n’est autre que Tyler Herro. Le rookie surprenant du Miami Heat lors de la saison écoulée a carrément été l’objet du titre du dernier single de cette étoile montante du rap US.

Placé en tête d’affiche par Harlow et les médias sportifs couvrant la NBA, et ce bien qu’il n’est pas soulevé le trophée de champion avec sa franchise, le numéro 14 des finalistes en titre pouvait difficilement connaître une hype plus élevée après ses performances réalisées dans la bulle mise en place par la Grande Ligue à Disney World. Pour rappel, le gamin de 20 ans a compilé pas moins de 16 points, 5.1 rebonds et 3.7 passes décisives en 34 minutes de temps de jeu en moyenne par match à l’occasion des playoffs. Mais Herro a surtout inscrit des tirs décisifs pour permettre aux siens d’éliminer les Milwaukee Bucks puis les Boston Celtics en demi-finale puis en finale de la conférence Est.

Tyler Herro dans le titre, les paroles, la pochette et le clip

Sur la couverture de la pochette assurant la promotion de ce single, on y voit les deux jeunes stars poser côte à côte à l’intérieur d’un jet privé de luxe. Casquette vissée sur la tête, une paire de lunettes de soleil fixée sur le nez et un ballon orange en mains, Tyler Herro fait également plusieurs apparitions de quelques secondes dans le clip officiel. Plus de 9 000 000 de visionnages ont été recensés après seulement une semaine sur le compte YouTube de Jack Harlow, qui ne compte « que » 800 000 abonnés sur la plateforme de vidéos en ligne. Avec plus de 2,1 millions de followers sur Instagram à ce jour, l’athlète reste plus populaire auprès de la communauté que l’artiste avec qui il a collaboré. Celui-ci compte presque deux fois moins de fans. Très impliqué dans la promotion du titre, Tyler Herro est néanmoins moins présent dans les lyrics.

Un phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui

Ce n’est pas la première fois qu’un basketteur NBA est mis en avant dans une oeuvre d’un artiste musical. Pour ne citer qu’eux, les américains Kobe Bryant, LeBron James ou encore Dwyane Wade ont déjà eu ce genre d’honneurs. Au l’échelle francophone, à la suite de son énorme succès rencontré en NBA, Tony Parker a déjà été mentionné dans les paroles de chansons de Diam’s et de Soprano. Plus récemment, un autre basketteur français a reçu ce genre de considération.
Effectivement, le rappeur Georgio a déjà évoqué le nom du pivot All-Star du Utah Jazz, Rudy Gobert, dans l’un de ses freestyles.