Avant l’entame ce week-end de la seconde phase du championnat, retour sur les résultats à l’issue des treize premières journées de compétition.

Les Bretons dominant

Seul leader et malgré les blessures de plusieurs de ses joueurs, l’Union Rennes Basket 35 est toujours invaincu à domicile à l’heure d’écrire ses lignes, remportant notamment les chocs face à ses poursuivants Lorient (78-73) et Angers (87-83). Le collectif rennais, construit au cours de ces dernières années et auquel s’est ajouté durant l’intersaison le seul et formidable shooteur serbe Vukan Zivkovic, porte ses fruits. Quant à eux, leurs dauphins et voisins Lorientais ont perdu leur tout premier match disputé à domicile (face à l’EOSL) avant d’être intraitables devant leur public. Déterminés à se qualifier pour les playoffs d’accession à la Nationale 1 après deux ans d’échecs, la formation coachée par Philippe Maucourant mise sur une énorme pression défensive pour vaincre ses adversaires, tout en développant ses qualités offensives semaine après semaine. Seul bémol, elle a réalisé un faux-pas à Cherbourg (74-67) et s’est inclinée face à ses deux principaux concurrents directs actuels au classement général.

Quatre équipes en mode chasseur

Ensuite, on retrouve l’Etoile d’Or Saint-Léonard d’Angers à la troisième place du podium. Auteure d’un excellent début de saison avec six succès consécutifs, l’équipe angevine traverse actuellement une mauvaise période, restant sur trois défaites lors de ses quatre dernières sorties. A égalité de points, le coupeur de têtes Vanvéen s’installe en tant qu’outsider. La formation localisée dans les Hauts-de-Seine impressionne et a fait tomber l’intégralité de ses adversaires du Top 5 à l’exception du Cep Lorient, même s’il en est fallu de peu pour que la sensation soit réalisée (80-78) en terre morbihannaise. Juste derrière, à la cinquième position, la très offensive équipe de Calais trace tranquillement sa route, guidée par sa ligne arrière Jeremi Booth/Bianco Mantanga et l’intérieur Mari Konaté. Le club nordiste a réalisé une entame de match en boulet de canon, infligeant quelques corrections telles que face à Poissy (87-58) lors de la première journée ou encore contre Sceaux (96-48) quinze jours plus tard, avant de baisser de régime. Disposant d’un bilan identique de huit succès pour cinq revers, Pornic réalise lui aussi une bonne saison sous l’impulsion de l’intérieur bosniaque Nemanja Kovanusic et de l’ancien international français Cédric Ferchaud, en reconversion. Cette équipe est capable de rivaliser avec des top teams mais ne semble pas assez armée pour viser plus haut.

Amadi McKenzie au dessus du lot

Septièmes, Notre-Dame de Gravenchon surprend et surfait sur une série de quatre succès de rang avant sa défaite sur le parquet de Vanves le week-end dernier. Le plus petit budget du championnat doit en partie sa réussite à son américain à tout faire Amadi Mckenzie, montant progressivement en puissance et auteur de quelques gros cartons offensifs comme ses 34 points à Poissy, ses 33 points et 10 rebonds face à Calais et dernièrement ses 36 points contre Pornic.

La deuxième moitié de tableau en deçà

Les sept autres formations composant le championnat possèdent toutes un bilan comptable victoires/défaites négatif. A commencer par l’Union Bourbourg Grande Synthe qui figure bien à domicile mais qui a plus de mal à exister à l’extérieur même s’ils arrivent souvent à proposer de la résistance. A égalité de points, Cergy est loin de son objectif annoncé de retrouver la Nationale 1. Redescendus en Nationale 2 en 2014 après avoir été sacrés champion de la division la saison précédente (2012/2013), les joueurs d’Aymeric Collignon sont dans le dur, ayant notamment été défaits par ses voisins franciliens Poissy et Sceaux. Derrière, trois équipes se suivent au coude à coude et lutteront pour ne pas terminer à la douzième place, synonyme de relégation. A commencer par les Cherbourgeois qui payent cash les départs à l’échelon supérieur de Ricardo Alliman (Tarbes-Lourdes) et de Karim Dahak (Caen). Les Brestois, qui ont perdu sur blessure longue durée leur intérieur US Bruce Reed, ainsi que le promu Poissy, sont les deux autres formations en danger.

Sceaux et Ardres presque condamnés

Déjà relégués sportivement la saison passée mais repêchés administrativement, les franciliens de Sceaux et les nordistes d’Ardres connaissent de grandes difficultés à exister dans le championnat et n’ont toujours pas réussi à remporter la moindre rencontre à l’extérieur de leur base. La rétrogradation sportive semble encore une fois inévitable pour eux cette année.

Le classement général
1. Union Rennes Basket 35 (11 victoires – 2 défaites)
2. Cep Lorient (10 victoires – 3 défaites)
3. Stade de Vanves (9 victoires – 4 défaites)
4. Angers EOSL (9 victoires – 4 défaites)
5. Calais Basket (8 victoires – 5 défaites)
6. Pornic Basket Saint Michel (8 victoires – 5 défaites)
7. CS Gravenchonnais (7 victoires – 6 défaites)
8. Union Bourbourg Grande Synthe (6 victoires – 7 défaites)
9. Cergy-Pontoise Basket-Ball (6 victoires – 7 défaites)
10. Poissy Basket Association (4 victoires – 9 défaites)
11. AS Cherbourg (4 victoires – 9 défaites)
12. Etendard de Brest (4 victoires – 9 défaites)
13. ASA Sceaux (3 victoires – 10 défaites)
14. BC Ardres (2 victoires – 11 défaites)