🛒 Fans de basket, rendez-vous sur la boutique en ligne des basketteurs ! 🏀 🔥

ad1

NBA : A la rencontre de Bogdan Bogdanovic, le sixième homme de luxe des Kings

Publié par le 12 décembre 2019               

Le guide pour devenir basketteur professionnel 🏀 📚

Arrivé aux Sacramento Kings en 2017 avec la casquette de rookie le mieux payé de l’Histoire de la NBA, l’arrière shooteur international serbe Bogdan Bogdanovic (1m98, 27 ans) a attendu de remporter l’Euroleague avec le Fenerbahce avant d’effectuer le grand saut Outre-Atlantique.

« Gagner cette compétition était l’un de mes objectifs et l’une des raisons qui m’ont fait rejoindre la NBA juste après », confie t-il.

Après un été et une pré-saison chargée, qui l’ont d’abord emmené en Chine – où il a particulièrement brillé individuellement (22.9 points à 55.6% de réussite aux tirs, 4.1 rebonds, 4.4 passes décisives et 1.3 interception pour 24.6 d’évaluation en 28 minutes de temps de jeu en moyenne par match ce qui lui a valu une sélection dans le cinq majeur type de la compétition) avec son équipe nationale lors de la Coupe du Monde -, puis en Inde avec sa franchise NBA, « Bogi » a entamé très timidement sa troisième saison dans la grande ligue américaine avant de se ressaisir presque deux semaines après le début du championnat.

« Je me sens mieux qu’après notre retour de voyage en Inde. Ce n’était pas facile. Il faut juste s’ajuster. Mais désormais je me sens bien. Nous avons mal débuté la saison avant de redresser la barre. Désormais, nous essayer de continuer à jouer comme lors de notre dernière série de victoires », commentait-il à la mi-Novembre.

Sortant systématiquement du banc sous les ordres du coach Luke Walton depuis le début de l’exercice 2019/2020, Bogdanovic fait figure de sixième homme de luxe des Kings en tant que quatrième meilleur scoreur (14.5 points), deuxième meilleur passeur (4.5 assists) et meilleur intercepteur (1.4 steal) de la franchise californienne. Est-ce un objectif qu’il se fixe d’être distingué par la NBA en fin de saison pour le titre de Best Sixth Man Of The Year, ou bien préfère t-il figurer dans le cinq majeur de son équipe ?

« Peu importe mon rôle, remplaçant ou titulaire, tant que l’on me met sur le terrain, je suis prêt à jouer », affirme t-il.

Leader de la sélection nationale Serbe

Évoluant dans un environnement qui peut difficilement lui être plus familier aux Etats-Unis avec la présence dans le staff sportif de Sacramento des anciennes légendes serbes que ce sont Vlade Divac et Peja Stojakovic, et dans l’effectif de son compatriote Nemanja Bjelica, l’ancienne pépite du Partizan Belgrade a rapidement évoqué son amitié avec le numéro 88 des Kings : « Je connais bien Nemanja Bjelica, nous sommes de très bons potes. C’est plus facile de jouer avec des amis », avant de revenir sur la contre-performance de l’équipe nationale de Serbie l’été dernier à l’occasion du dernier Mondial.

« Je ne suis pas satisfait du résultat que l’on a eu à la fin de la compétition. Mais ce n’est pas une déception. Vous savez, terminer à la cinquième place d’une Coupe du Monde n’est pas décevant. Nous avons battu de plusieurs bonnes équipes nationales, comme les Etats-Unis et l’Italie. Nous avons perdu contre l’Espagne et l’Argentine. Ce sont des choses qui arrivent dans la vie. Vous devez continuer à être prêt à jouer, il y a une autre opportunité qui se présentera l’année prochaine », commente le leader de la sélection serbe.

Bonne nouvelle pour le natif de Belgrade et ses compatriotes, la Serbie accueillera l’un des quatre tournois pré-olympiques organisés à travers le Monde et qui délivreront les quatre derniers tickets pour les Jeux Olympiques. « Ça sera un avantage pour se qualifier aux JO, bien sûr », approuve Bogdanovic.

Des progrès réalisés en défense

Joueur reconnu pour ses qualités offensives et une mécanique de shoot quasi parfaite, l’intéressé montre par ailleurs des progrès intéressants en défense depuis le début de la saison.

« Le coach m’a demandé de devenir meilleur défenseur. J’essaie vraiment et on verra à la fin de l’année (rires) », fait-il savoir avec humour, avant de détailler les aspects dont lesquels il s’est amélioré défensivement. « En défense, je me concentre sur tout. Que cela soit la défense sur un joueur avec ou sans ballon, ou bien à travers les écrans, etc. ».

Un parcours et un discours inspirants

Durant son adolescence, le jeune Bogdan n’était pas forcément destiné à devenir une star de la NBA et de tout un pays. N’étant pas forcément le meilleur élément de son équipe en grandissant, il est finalement sorti du lot et passé basketteur professionnel en 2010 à l’âge de 18 ans, à force de travail et de persévérance. En conséquence, nous lui avons demandé de livrer ses conseils pour la jeunesse actuelle qui rêverait de suivre son parcours. Voici sa réponse :

« Regardez d’où viennent beaucoup de joueurs et ce qu’ils ont atteint dans leur carrière. Continuez à faire ce que vous faites et à y croire. Rien de plus. Ce n’est pas si simple et de mon côté, je n’étais pas prêt à perdre », indique t-il.

Lors de sa seconde et dernière année en Turquie, en 2016/2017, l’ancienne star du Fenerbahce s’est faite une réputation de tueur au sang froid en plantant trois game winner difficiles au buzzer, dont un du milieu du terrain, sans manquer un seul tir pour la gagne de la saison. Elle relate ces exploits personnels avec beaucoup de philosophie.

« Soyez prêt pour tout dans la vie. Vous ne savez pas quand la prochaine opportunité va se présenter. Vous devez simplement être prêt. Et quand elle arrive, vous êtes prêt et c’est facile si vous pensez de cette façon. Je shoote pour marquer et non pour rater (sourires) », conclut Bogdanovic, qui devrait certainement encore crucifier quelques adversaires à la dernière seconde au cours de la saison.

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.