basketteurs NBA les plus déjantés
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

NBA : Les 5 basketteurs les plus déjantés de l’Histoire

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

Des personnages atypiques qui ont marqué l’Histoire de la NBA, il en existe des dizaines. Mais tous ne se sont pas distingués de la meilleure façon possible. Entre des déclarations chocs dans les médias, un train de vie extravagant ou des faits inacceptables sur un terrain de sport, voici les cinq basketteurs passés par la NBA qui ont donné des sueurs froides aux dirigeants de la Grande Ligue.

Ron Artest

Né sous le nom de Ron Artest, le meilleur défenseur de la saison 2003/2004 s’appelle Metta World Peace depuis 2011. Difficile de faire plus original. C’était l’un des basketteurs les plus déjantés de sa génération. S’il a été champion NBA avec les Lakers en 2010, « RonRon » est surtout connu pour son implication dans l’une des plus grandes bagarres les plus violentes du sport moderne. Celle-ci, qui s’est déroulée avec des fans des Pistons, lui a valu 72 matchs de suspension. Un documentaire a été produit et diffusé sur Netflix pour relater les faits. « Untold » raconte les dessous de cet évènement qui marquera à vie le début du 21ème siècle en NBA.

Dennis Rodman

L’ancien coéquipier de Michael Jordan est un être déjanté. Dennis Rodman ne rentrait pas dans le moule. Régulièrement victime de sautes d’humeur, il a dérapé à plusieurs reprises. Et ce, à la fois sur et en dehors des parquets. Plusieurs fois, Rodman est allé à l’encontre des règles de l’équipe. Et ce, en séchant notamment des entraînements en pleine saison pour se rendre à Las Vegas. Malgré tout, l’intéressé était un défenseur et un intimidateur d’exception. Il a largement participé à la quête des Bulls dans trois de leurs titres de champions NBA. Entre ses tatouages, ses piercings et coupes de cheveux, son look atypique ne laissait personne indifférent. C’est un personnage définitivement atypique.

JR Smith

Autant talentueux que fêtard et tête en l’air, JR Smith est un basketteur particulier. Élu meilleur sixième homme de la NBA en 2013, c’était un joker de luxe en sortie de banc. Il aurait pu connaître une toute autre carrière s’il avait eu l’éthique de travail d’un champion. La NBA se serait bien passée de la médiatisation de ses nombreuses sorties en boîtes de nuit. Dans le même temps, ses arabesques ont fait lever les foules à de multiples reprises. Disposant tout de même de deux bagues de champion NBA, l’intéressé a joué pour plusieurs candidats au titre. En 2018, son manque de concentration flagrant lors de la dernière action du game 1 des finales a fait perdre de ses cheveux à LeBron James.

Latrell Sprewell

« J’ai une famille à nourrir ». Cette déclaration irréaliste du multi-millionnaire Latrell Sprewell restera accolée à son nom pendant encore de longues années. Jugeant une proposition de prolongation de contrat insuffisante de la part des Minnesota Timberwolves, le quadruple All-Star a refusé une offre de 21 millions de dollars portant sur trois saisons. Sa phrase choc a été relayée un peu partout dans les médias. Et sa réputation en a pris un coup. Il semblerait que Latrell Sprewell vivait complétement déconnecté de la vie réelle depuis qu’il baignait dans l’univers de la NBA. Son salaire était certes bien inférieur aux contrats signés de nos jours par les stars de la NBA. Ce qui est lié à l’explosion du montant des droits TV. Cependant, sa déclaration était clairement mal venue sachant que de nombreux individus sur Terre n’ont pas suffisamment de ressources pour subvenir au quotidien à leurs besoins alimentaires.

Wilt Chamberlain

Le recordman du nombre de points marqués sur un match NBA est une légende de la Grande Ligue américaine. Au cours de sa carrière, Wilt Chamberlain se distinguait de la concurrence en raison de ses performances sportives hors normes. En dehors des parquets, sa vie privée était également très agitée. Largement plus que le commun des mortels. Plusieurs histoires circulent autour de ce basketteur légendaire. Parmi elles, une anecdote concernant son succès auprès de la gente féminine semble surréaliste. Dans son autobiographie « A View From Above », l’intéressé lui-même a affirmé avoir eu 20 000 conquêtes dans sa vie. Qui dit mieux ? Il s’agit d’un nombre à la fois ahurissant et choquant. Certains penseront que Chamberlain a exagéré dans ses propos. On ne le saura vraisemblablement jamais puisque Wilt est décédé depuis 1999. Il était alors seulement âgé de 63 ans.