La NBA et ses vingt-neuf gigantesques arenas de plus de 15 000 places chacune n’ont souvent pas trop de mal à garnir leurs sièges. Et ce, malgré des prix pratiqués parfois exorbitants pour occuper les premiers rangs, ainsi que d’une diffusion d’images assez large sur les supports numériques. Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’impact de l’affiche d’un match sur les recettes effectuées à la billetterie par les franchises évoluant à domicile. A noter que nous parlons de l’affiche de la rencontre d’un point de vue sportif, et non pas d’un point de vue infographie.

Cette saison, un derby opposant les Los Angeles Lakers aux Los Angeles Clippers sera forcément plus alléchant qu’un affrontement entre les Cleveland Cavaliers et les New York Knicks. L’intérêt des médias pour ces deux matchs n’aura également rien à voir. En conséquence, malgré des prix de billets de match qui seront peut être au minimum trois ou quatre fois plus élevés en moyenne, le Staples Center fera le plein. Tandis que la Rocket Mortgage FieldHouse, qui abrite les Cavs, rencontrera plus de difficultés à faire occuper l’ensemble de ses sièges.

Selon les villes dans lesquelles la NBA est présente, le nombre d’habitants dans l’agglomération et les résultats sportifs de l’équipe locale, le taux de remplissage sera plus ou moins élevé. Pour la franchise rencontrant le plus de difficultés à attirer des spectateurs, il ne descend généralement pas en dessous de 75% à domicile en moyenne. Par ailleurs, il arrive que des franchises soient à guichets fermés tout au long d’une saison. Les fans se ruent sur les abonnements pour être assurés d’être en mesure de pouvoir supporter leur équipe favorite. Lorsqu’une équipe de haut de tableau ou qu’une superstar se déplace dans une ville où les performances sur le terrain sont décevantes, cela ramènera forcément à la billetterie des passionnés de la balle orange qui avaient déserté le stade depuis un moment.

Aussi, pour un fan, assister à un succès facile de son équipe n’est pas forcément intéressant. La réception d’une équipe moribonde de la ligue ne l’attirera donc pas obligatoirement. Il faut savoir que la culture des fans concernant le sport est différente aux États-Unis par rapport à l’Europe. Par exemple, si une équipe NBA possède un déficit de 20 ou 30 points au début du quatrième quart-temps, les spectateurs vont commencer à déserter les tribunes. Ce phénomène est presque impensable sur le Vieux Continent. Mais dans cette situation, il y aura toujours un autre fan aux moyens financiers moins importants pour prendre sa place dans les travées avant le coup d’envoi.

Les équipes historiques du championnat nord-américain, avec une forte valeur marchande tels que les Knicks, les Celtics, les Lakers ou encore les Bulls, sont les plus bankables. Peu importe leurs résultats sportifs, il y aura toujours des fans pour venir les encourager. Il existe une rivalité entre les Lakers et les Celtics. Un grand nombre de passionnés ne manqueraient ces oppositions pour rien au monde. D’une manière générale, les franchises les plus connues peuvent se permettre des tarifs élevés à la billetterie, elles feront toujours le plein. Les touristes sont attirés par les grandes villes et pour goûter à la fabuleuse expérience NBA, ils vont y mettre le prix demandé. Les résultats sportifs ne sont donc pas le seul critère à prendre en compte pour remplir une arena. La popularité d’une équipe et la taille d’une ville sont deux autres paramètres tout aussi importants.