Dans un peu plus d’un mois, aura lieu la grande messe annuelle du basket américain qui permettra à soixante heureux élus d’appartenir à l’une des trente franchises NBA. Reportée en raison du coronavirus, l’édition 2020 regorge de talents internationaux. Pas moins de cinq pépites européennes, dont deux françaises, sont attendues entre le premier tour, synonyme de contrat garanti de deux ans dans la Grande Ligue, et le début du second tour.

Deni Avdija (2m06, 19 ans)

Israël tient sa nouvelle star. Cette nation montante du basket, qui présente néanmoins des difficultés persistantes à passer le stade des huitièmes de finale des EuroBasket chez les adultes, devrait disposer d’un argument de taille pour tenter de rivaliser avec les autres sélections nationales si elle arrive à convaincre Avdija de la rejoindre. MVP des finales du championnat israélien à seulement 19 ans, il est NBA ready. Grand, longiligne et athlétique, disposant également d’un tir fiable, cet ailier percutant possède toutes les qualités pour s’imposer dès la saison prochaine comme un excellent élément en devenir. Il s’agit logiquement du prospect international attendu le plus haut à la draft 2020.

Killian Hayes (1m95, 19 ans)

Le combo guard franco-américain formé à Cholet Basket et passé par Ulm en Allemagne la saison passée représente la meilleure chance tricolore de figurer dans le Top 10, voire Top 5 de la draft. Le fils de DeRon Hayes est un scoreur et tueur dans l’âme. Il a montré par le passé à plusieurs reprises que son équipe pouvait compter sur lui pour prendre les choses en mains dans les moments chauds d’une rencontre. MVP de l’EuroBasket U16 en 2017, et membre du cinq majeur du championnat du Monde de la catégorie U17 en 2018, il a pendant un temps figuré à la première place de la mock draft du média The Ringer.

Théo Maledon (1m92, 19 ans)

All-Star en France à seulement 17 ans, ce qui fut du jamais vu depuis Tony Parker en 2000 (le meneur de jeu emblématique des San Antonio Spurs et des Bleus avait alors 18 ans), Maledon a également intégré l’équipe de France A au même âge dans le cadre des matchs qualificatifs à la coupe du Monde 2019. Élu meilleur jeune de Jeep Elite au terme de l’exercice 2018/2019, l’intéressé est un surdoué précoce qui a le potentiel pour devenir un grand joueur NBA un jour. Avec LDLC ASVEL, il a connu une première campagne mitigée en Euroleague. Il a effectivement été ralenti par des pépins physiques. Ces derniers l’ont tenu écarté des terrains à plusieurs reprises. Le calendrier démentiel de son équipe, qui multipliait les déplacements et devait disputer entre deux et quatre rencontres par semaine, n’a pas aidé à le remettre en rythme. Les scouts ont néanmoins des doutes à son sujet. Et ce, notamment concernant son aptitude à attaquer et défendre au plus haut niveau avec régularité vis à vis de ses qualités athlétiques légèrement en dessous de la moyenne comparé aux autres athlètes NBA. A l’image de son président à Villeurbanne, Théo Maledon reste un travailleur acharné qui travaille sans cesse au quotidien pour perfectionner ses points forts et gommer ses points faibles. Il ne fait aucun doute qu’il sera drafté au premier tour et que sa carrière aux Etats-Unis ne sera pas éphémère.

Aleksej Pokusevsjki (2m14, 18 ans)

Ce jeune pivot serbe évoluait dans une institution du basket européen : l’Olympiakos. Néanmoins, l’équipe première du club athénien a été rétrogradée dans la seconde division du championnat grec suite aux agissements de ses dirigeants et de leur décision de déclarer forfait pour des matchs de playoffs qui les opposait à leur ennemi de toujours : le Panathinaikos. A l’instar de nombreux prospects dont l’avenir se dessine de l’autre côté de l’Océan Atlantique, il a réalisé quelques cartons en sélection nationale de jeunes. A l’image de ses 16 points, 13 rebonds, 5 passes décisives, 3 interceptions et 7 contres pour 31 d’évaluation en 28 minutes de temps de jeu face à l’Allemagne en ouverture du championnat d’Europe U18. Un Nikola Jokic en devenir ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Nico Mannion (1m91, 19 ans)

Doté comme Hayes d’un père ancien basketteur pro ainsi que d’une double nationalité, l’italo-américain a comme Maledon fêté sa première sélection en équipe nationale italienne chez les A en étant pas encore majeur. Meneur de jeu de grande taille (1m92), Mannion dispose d’un profil intéressant pour les franchises NBA. Il portait la saison passée les couleurs d’Arizona State en NCAA, et possède donc une culture intéressante à la fois du basket américain et européen. Un avantage certain qu’il ne se privera pas de mettre en avant et donc d’exploiter lors de ses interviews avec les franchises de la Grande Ligue. Gros point positif à son actif : il s’est mis en valeur au Nike Hoop Summit 2019, cumulant 28 points (meilleur marqueur du match), 5 rebonds et 5 passes décisives sous le maillot de la sélection mondiale.