Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

Ndiasse Samb, ex-espoir qui marche sur la Pré-Nationale

Publié par le 20 mai 2017               

Ayant débuté le basket tardivement, à l’âge de 15 ans au Centre d’excellence des sports de Louga au Sénégal, le pivot N’Diasse Samb (2m06, 24 ans) est arrivé en France un an plus tard, d’abord au centre de formation de l’Elan Chalon-sur-Saône. Il a ensuite connu celui de la JL Bourg-en-Bresse puis du Boulazac Basket Dordogne où il a évolué en espoir et valait 3.1 points et 3.1 rebonds en 12 minutes et 25 matchs disputés. Arrivé à l’UCK-Nef Vannes en 2013 pour accompagner le club breton lors de son ascension historique en Nationale 3, et débuter personnellement sa carrière dans le monde des adultes, le natif de Nguidile y réside toujours aujourd’hui malgré la relégation immédiate l’année suivante de l’équipe fanion en Pré-Nationale.

« Quand je suis arrivé à Vannes, je sortais du championnat espoirs et j’avais une formation à finir. La saison en N3 a été difficile (ndlr : le club vannetais n’a remporté qu’un match). Depuis, je me suis bien intégré dans le club et j’ai beaucoup de responsabilités. A la sortie de mon cursus espoirs, je pense que c’était un projet comme cela qu’il me fallait. J’ai pas mal bougé, j’ai connu plusieurs centres de formation aussi. A un moment, j’avais envie de me poser un peu sur une plus longue durée pour découvrir autre chose » explique N’Diasse.

Devenu une véritable machine à highlights dans le championnat régional au fur et à mesure de ces trois dernières années, Samb présente un profil atypique au sixième échelon national, de par sa taille et son envergure surdimensionnées pour la division. Il fait ainsi figure d’arme fatale dans la raquette et est un véritable casse tête pour les coachs adverses qui tentent, pour la plupart en vain, de limiter son impact sur le jeu. En cette saison 2016/2017, le principal intéressé compile en moyenne plus de 25 points, 10 rebonds, 3 contres et une poignée de passes décisives par match, avec des pointes offensives s’élevant jusqu’à 38 et 42 points marqués à lui seul. Outre ses performances au scoring et son abattage hebdomadaire dans la bataille aux rebonds, l’ancien camarade à l’Elan Chalon des draftés NBA Clint Capela et David Michineau tend à développer ses compétences dans le jeu collectif.

« D’année en année, j’ai essayé d’apporter un plus. Les points, ça vient comme ça car je domine, mais aujourd’hui ce n’est pas uniquement cet aspect qui me pousse à jouer. On a une belle équipe donc je veux également faire des passes pour les autres et les faire jouer. J’ai aussi envie de tenir se rôle » confie-t-il.

Forcément, ses cartons statistiques attirent les convoitises de la concurrence, qui lui tourne autour à chaque inter-saison. Le pivot sénégalais écoute les offres par principe, mais d’après ses propos, l’heure d’un éventuel départ n’a pas encore sonné.

« C’est ma quatrième saison à Vannes. C’est clair que je domine sur mon poste, et peut être que j’irai chercher un autre challenge dans une ligue différente. Je me pose tous les jours des questions. On ne sait jamais. Comme à chaque fin de saison, j’ai un peu de contacts avec d’autres clubs mais pour l’instant, je pense que je vais encore rester à Vannes. Ca se passe très bien, c’est une bonne saison supplémentaire. Je pense que j’ai encore du temps à passer ici. Je m’entends bien avec toute le monde, je commence à connaître pas mal de gens dans ce club très familial. Donc tant que ça se passe bien, pourquoi partir ? » déclare-t-il.

Salarié de l’UCK-Nef, Ndiasse Samb vit de sa passion au quotidien, entraînant plusieurs équipes au sein du club en plus de ses deux à trois entraînements programmés par semaine avec ses coéquipiers. De cette manière, il semble totalement s’épanouir.

« J’ai principalement coaché les U17 cette saison. On a joué en inter-région, on est sorti en demi-finale des playoffs. C’était une très bonne année et ce sont des choses comme ça aussi qui me pousse à rester au club. J’apprends à coacher avec eux, et je suis en parallèle une formation de coach. Même si je suis jeune, j’ai un vécu de basket qui me permet de leur apporter des choses. J’ai connu trois centres de formation avec de grands coachs qui m’ont appris certaines choses, donc j’essaie de transmettre cela » conclut-il.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.