🛒 Fans de basket, rendez-vous sur la boutique en ligne des basketteurs ! 🏀 🔥

ad1

Nicolas Batum : “Nous sommes des machines, des F1 réglées avec précision”

Publié par le 22 août 2013               

Le guide pour devenir basketteur professionnel 🏀 📚

Pour le magazine Men’s Health, l’ailier star des Portland TrailBlazers et des Bleus est revenu sur divers sujets dont les forfaits en équipe de France mais aussi son quotidien en NBA !

Aspirant à une sélection au All-Star Game dans les années à venir, Nicolas Batum (2m03, 24 ans) prépare actuellement et activement le prochain championnat d’Europe avec l’équipe de France. Plusieurs de ses camarades internationaux français ont préféré faire l’impasse de la sélection nationale cet été, afin de se reposer pour certains, et de progresser individuellement pour d’autres. Ses différents forfaits sont compréhensibles pour “Batman”, qui a avoué avoir déjà pensé à manquer lui aussi une campagne internationale dans le but de se préserver.

“Globalement, je comprends la décision de chacun. […] Sincèrement, oui, je me suis posé la question une fois ou deux (de déclarer forfait pour éviter une blessure). La NBA est un business avant tout, et lorsqu’un contrat se présente dans ta carrière, tu penses forcément au risque de blessure en jouant avec l’équipe de France”.

Mis à part les Bleus, celui qui porte le numéro 88 en NBA a également parlé de son mois de juin 2013 passé à “Rip City” à s’entraîner intensivement, et de sa vie quotidienne dans la grande ligue américaine.

“Je suis resté à Portland tout le mois de juin avec mon préparateur physique. Le matin, c’était musculation et basket. L’après-midi, je faisais du CrossFit. C’était une première pour moi, et franchement, c’est super chaud ! On m’a également conseillé de pratiquer des sports de combat, comme la boxe. En NBA, nous avons une longue saison off, c’est le moment pour bosser et prendre un maximum de masse. En pleine saison, on n’a plus le temps de faire ce genre de chose, même si j’essaie de faire quelques entraînements de boxe de temps en temps. C’est super important pour le cardio, la puissance, la tenue du haut du corps et les appuis. […] Lors du training camp, on a deux entraînements par jour avec, à chaque fois, une heure de musculation et deux heures de basket. Quand la saison régulière commence, le rythme baisse et et lorsque l’on ne joue pas, nous avons une session collective de musculation, un peu de vidéo et un entrainement derrière. […] La charge de travail est tellement énorme, je dois faire attention à mon corps. Je ne fais pas le fou pendant la saison, je m’étire longuement après chaque match, je prends des bains froids, chauds… Et j’essaie de manger le plus équilibré possible. Nous sommes des machines, des F1 réglées avec précision. Chaque détail doit être pris en compte. Alors bien sûr, même avec une hygiène de vie irréprochable, un accident peut toujours arriver. J’essaie de mettre toutes les chances de mon côté, et la nutrition en fait partie. Les jours de match, avant et après, un cuisinier vient chez moi pour me préparer de bons petits plats. Il sait ce qu’un sportif doit manger pour être au top. Des mecs comme nous, il faut les nourrir ! Dans un même repas, je peux manger un steak-purée et une grande assiette de pâtes à côté”.

A noter que lors de la saison écoulée, Batum compilait 14.3 points, 5.6 rebonds, 4.9 passes décisives, 1.2 interception et 1.1 contre en 38.5 minutes de temps de jeu en moyenne par rencontre.

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.