Nouveau poste 1 américain de Souffelweyersheim en Nationale 1, le petit mais rapide Fabyon Harris (1m80, 25 ans) a posé ses valises en France le dimanche 24 juillet dernier. Après avoir atterri à l’aéroport de Paris en provenance de Chicago, il a pris la direction de Limoges pour participer au AK Sports Training Camp.

« Mes premiers jours en France se passent très bien », confie t-il. « J’ai rencontré Jeremi (Booth), qui joue à Calais en NM2 et qui est un très bon gars. Mon premier entraînement ici était bon mais dans le même temps, j’ai souffert du jetlag. Je l’ai ressenti au niveau de mes jambes et de mon corps mais tout va bien jusque là ».

Souhaitant « devenir l’un des meilleurs meneurs de jeu du championnat, gagner des matchs et aider (son) équipe à le faire », cette ancienne star du lycée de Hyde Park présente de fortes ambitions pour l’avenir. « Après la saison à venir, j’aimerai bien rester en France et évoluer au plus haut niveau, en Pro A ou en Pro B. Je veux juste travailler et continuer de m’améliorer ».

Pour cela, il faudra d’abord que Fabyon réalise une excellente saison au troisième échelon français, pour ce qui sera sa première expérience professionnelle en Europe, deux ans après sa sortie de l’université de Texas A&M (NCAA D1).

« Auparavant, avant de signer avec l’agence AK Sports, je n’avais pas d’agent. Je jouais seulement en ABA, en ligue mineure de basket-ball aux Etats-Unis. Je savais que je pouvais jouer à l’étranger et aider une équipe à gagner. Il fallait juste qu’une opportunité se présente, ce qui est désormais chose faite. Je suis honoré et je vais faire de mon mieux pour réussir ».

Afin de s’acclimater au jeu du championnat de France et à la culture française, Harris a donc participé au camp d’entraînement estival organisé par la société AK Sports avant de rejoindre son nouveau club.

« Le AK Sports Training Camp est une très bonne chose pour moi. Il me prépare pour le camp d’entraînement avec mon équipe. Je rencontre de nouveaux gars, je m’entraîne avec eux, etc. Le camp me montre aussi le niveau de compétition à avoir pour jouer dans le championnat français. Je suis impatient que la saison commence et de montrer à beaucoup de gens que je peux jouer à ce niveau ».

Ce fut aussi l’occasion pour lui de faire la connaissance de l’un de ses futurs coéquipiers, l’intérieur congolais Ruphin Kayembe.

« C’est un gars amusant. Il est sérieux sur et en dehors du terrain. C’est le premier joueur de l’équipe que j’ai rencontré. Je vais apprendre à mieux le connaitre au fil de la saison et il pourrait devenir mon meilleur ami ici, on ne sait jamais. Plus globalement, je vais essayer d’avoir les meilleures relations possibles avec tous mes coéquipiers, les rencontrer et apprendre à les connaitre pour construire une bonne alchimie d’équipe ».

Pour terminer, que connaissait-il de la France avant d’y poser les pieds ?

« Je sais simplement que c’est un bon pays pour vivre. Il y a de bonnes personnes et de magnifiques choses. En revanche, en tant que gars originaire de Chicago, il y a pas mal de différences. Les gens s’habillent, parlent et mangent différemment que les personnes que j’ai l’habitude de côtoyer ».