Comme vous le savez, la NBA est une ligue de statistiques. En fouillant un peu sur internet et notamment le site nba.com, il est possible de tout savoir concernant les statistiques (points, % de réussite aux shoots, nombre de rebonds, etc.) des joueurs et des équipes, incluant diverses fonctionnalités permettant de mettre à jour ces chiffres en fonction que le match ait lieu à domicile ou à l’extérieur, ou bien face à tel ou tel adversaire par exemple. Ceci n’est qu’un minuscule aperçu de l’immense base de données dont dispose la grande ligue américaine, qui est sans aucun doute la compétition sportive la plus aboutie statistiquement au Monde.

Avec 82 matchs de saison régulière disputés par franchise chaque année, ce qui correspond au cumulé à plus de 1200 rencontres jouées sur la seule période de fin octobre à mi-avril, la NBA offre au quotidien aux parieurs une large carte de pronostics disponibles, puisqu’entre 3 et 14 matchs sont programmés chaque jour. La probabilité d’assister à des prolongations (autrement dit matchs nuls dans le langage des parieurs) est beaucoup plus importante que dans les championnats européens tels que la Pro A française, la Liga Endesa espagnole ou encore la LegA italienne. Surtout en sachant que la NBA est un show et un championnat à part, avec ses propres règles. L’exemple le plus marquant est la durée de ces matchs, se déroulant en quatre quart-temps de 12 minutes de jeu chacun au lieu des traditionnels 4×10 minutes appliquées partout ailleurs dans le monde dans les règles FIBA. La grande ligue américaine est clairement avant tout un spectacle et mise sur l’entertainment. La défense est souvent hiérarchisée au second rang des principes tactiques des équipes qui la composent, privilégiant avant tout autre chose l’attaque et les actions spectaculaires tels que les dunks pour faire plaisir à ses fans. De plus, il n’est pas rare de visionner des scénarios totalement dingues, des formations s’écroulant notamment dans le dernier quart d’heure de jeu ou les cinq ultimes minutes face à des équipes supposées beaucoup plus faibles. Disputer une prolongation est donc légion en NBA, et les cotes appliquées par les bookmakers sont toujours très élevées, se positionnant sur une échelle de 12 à parfois plus de 20 !

Pour un match nul pronostiqué, vous pouvez ainsi espérer gagner une quinzaine de fois la somme misée ! Pour une cote de 15 et une mise de 1€, vous réaliserez ainsi un bénéfice de (1€ x 15) – 1€ misé = 14€. Pour 10€ misés et une cote inchangée, vous remporterez la somme de 140€. Pour 100€, 1 400€, etc.

La technique consiste donc à miser une somme identique sur chaque match NBA de la nuit. Néanmoins, petite astuce, il est plutôt rare que des prolongations aient lieu deux ou trois jours consécutifs, donc soyez patients et attendez qu’aucun « match nul » n’ait eu lieu sur plusieurs jours (3 ou 4 jours en général) pour poser vos pronostics et remporter le gros lot. Pour être gagnant sur le court et long terme, la patience est véritablement le maître-mot. Même s’il arrive parfois que le phénomène de la prolongation se réalise pendant deux jours de rang, ceci est très rare. Ne prenez donc pas ce risque inutile de perdre l’argent que vous avez auparavant gagné durement. Cette méthode peut s’avérer être un bon complément de revenu, à condition bien sûr de d’éviter les séries noires et de gérer convenablement son argent c’est-à-dire les sommes misées.

Depuis le début de la saison (statistiques arrêtées au 31 janvier 2016), 720 rencontres ont été disputées et 46 matchs avec au moins une prolongation se sont déroulés. Ce qui fait qu’en moyenne, un « match nul » a lieu tous les 16 matchs. Il faut aussi savoir que jamais depuis l’entame de la saison, il n’y a pas eu une semaine sans prolongation disputée, la période maximale sans « overtime » n’excédant pas 6 jours. Par ailleurs, le mois de janvier 2016 s’est particulièrement avéré rentable pour les pronostiqueurs adeptes de cette technique. Avec 21 prolongations en 231 matchs, pour 1€ misé sur l’intégralité des rencontres, vous auriez généré une plus value d’un peu plus de 60€ (pour une cote moyenne de 14) ! Un investissement financier qui valait donc le coût.

Voilà, vous avez toutes les informations nécessaires à votre disposition pour remporter de l’argent sans trop de risques en pariant sur le célèbre championnat nord-américain.

Bon bets à tous !