Vedette de l’AS Monaco et de l’Euroleague, l’américain Mike James (31 ans) a débuté sa carrière de basketteur professionnel de façon très modeste. Pour sa première saison sur le Vieux Continent, le natif de Portland a connu deux pays différents. La Croatie d’abord, avant de sévir en Israël… en deuxième division. Ses performances offensives très solides ont convaincu les italiens d’Omegna de l’engager lors de l’exercice suivant. Et ce, toujours pour fouler les parquets dans l’antichambre de l’élite… A cette époque, James était déjà inarrêtable par les défenseurs adverses. Ses statistiques lors de la saison 2013/2014 en attestent : l’ancien étudiant de l’université de Lamar affichait près de 23 points, 6 rebonds, 5 passes décisives et 2 interceptions en moyenne par match.

Un fantastique scoreur depuis ses premiers pas en Europe

Cependant, malgré ses prouesses, il était alors très loin de son statut actuel dans le basket mondial. Cet arrière scoreur pouvant également mener le jeu a gravi les échelons à partir de l’année suivante. Recruté par Kolossos en première division grecque, Mike James est resté dans ses standards habituels au niveau du scoring. Après une poignée de matchs disputés sous ses nouvelles couleurs, un club d’Euroleague a tout mis en œuvre pour l’engager en cours de saison. Il s’agit de Vitoria, une institution du basket espagnol. Au Pays Basque, l’américain a découvert un autre style de basket. Tel un poisson dans l’eau, il s’est rapidement adapté à son environnement et n’a pas tardé à performer au plus haut niveau européen. Le basket-ball professionnel étant un business, l’actuel monégasque ne s’est pas éternisé en Espagne.

Après une saison et demi à Vitoria, « The Natural » a cédé aux sirènes d’un concurrent en Euroleague. Très côté sur le marché des agents libres, l’intéressé est reparti en Grèce au sein d’une des deux meilleures équipes du pays. Il s’est laissé convaincre par le Panathinaikos, qui lui a confié plus de responsabilités qu’en terre ibérique pour guider le club au succès. A 26 ans, Mike James s’affirmait alors comme l’un des meilleurs attaquants de l’élite européenne. Vainqueur du championnat national et de la coupe de Grèce, ce formidable athlète attirait alors de plus en plus l’attention en NBA.

Une première expérience frustrante en NBA

Flamboyant en Summer League avec les Phœnix Suns, Mike James s’est vu offrir un two-ways contract. Le tout premier de l’Histoire de la NBA ! Ce type de contrat permet à un joueur de pouvoir évoluer à la fois en G-League et en NBA. Mais James ne foulera jamais les terrains de l’antichambre du basket américain. Et malgré des points à plus de 20 points dans la Grande Ligue, ce fort scoreur n’a pas été conservé par la franchise localisée dans l’Arizona. Ses bonnes prestations ne se sont pas avérées suffisantes pour garder durablement sa place dans cet univers sans pitié. Récupéré en janvier 2018 par les New Orleans Pelicans, celui qui porte habituellement le numéro 5 ou 55 n’y a pas fait long feu. Quatre petits matchs de saison régulière avant de s’en aller… pour retourner au Pana !

Mike James et la NBA, une relation compliquée

Les portes de la NBA se sont tardivement ouvertes à lui. Comme dit l’expression, mieux vaut tard que jamais. Cependant, Mike James n’y a pas gagné le respect qu’il mérite. Ni même le salaire qui l’accompagne. Lors de ses expériences américaines, il a été baladé dans plusieurs franchises différentes. Aucun front office ne lui a proposé des émoluments financiers à hauteur de ses espérances. Il ne fait aucun doute qu’il a le niveau de jeu nécessaire pour s’en sortir dans la meilleure ligue de basket au Monde. Son expérience avec les Brooklyn Nets la saison passée l’a démontré. En revanche, à son âge, il n’y a que très peu de chance de le revoir porter le maillot d’une équipe NBA un jour. Sa carrière semble avoir pris une direction différente.

Mike James - AS Monaco basket

Une superstar presque incontournable en Euroleague

En février 2018, à son retour sur le territoire européen, Mike James a survolé les débats. Certainement surmotivé à l’idée de montrer aux dirigeants américains qu’ils ont eu tord sur son cas, il a encore haussé sa moyenne de points. Signé pour deux saisons par Milan à l’été 2018, l’intéressé est devenu le meilleur scoreur de l’Euroleague au terme de l’exercice 2018/2019. Cependant, un changement de coach au sein du club italien a raccourci d’un an son séjour en Italie. Non désiré par le légendaire entraîneur Ettore Messina dans son effectif, James a trouvé un accord avec le club milanais pour se séparer.

Le CSKA Moscou, le richissime club de la capitale russe, a alors sauté sur l’occasion pour s’offrir ses services. D’abord pour une saison, avant de le prolonger pour trois ans supplémentaires en raison des performances exceptionnelles de la star américaine. Mais suspendu à plusieurs reprises par le coach Dimitris Itoudis au cours de sa deuxième année de collaboration avec le multiple champion de Russie, Mike James n’ira une nouvelle fois pas au bout de son contrat. Un fait qui a entaché sa réputation de joueur ingérable selon certaines personnes…

De toute évidence, il est certain que l’ancien membre des Suns ne laisse personne indifférent. Et ce, à la fois sur et en dehors des terrains. Son style de jeu instinctif et flashy est un régal pour les spectateurs. Parfois moins pour son coach, lorsque celui-ci souhaite imposer des systèmes et un cadre strict à ses joueurs. La personnalité de la nouvelle star monégasque détonne dans un univers où règnent la langue de bois ainsi que les réponses politiquement correctes. James n’hésite pas à dire ce qu’il pense vraiment sur les choses, quitte à se mettre à dos des individus.

La saison de la revanche à Monaco

Au mois de septembre dernier, la signature de Mike James dans la Principauté monégasque a fait couler beaucoup d’encre dans la presse française et internationale. Cet ancien joueur NBA au CV bien rempli en Europe fait figure d’ovni dans le championnat de France.

Son salaire mirobolant, à sept chiffres, pulvérise tous les précédents records dans la première division française. A lui seul, Mike James gagne par exemple plus d’argent que tous les joueurs du Portel réunis. Paradoxalement, s’il est de loin le basketteur le plus cher de Betclic Élite, il n’est pas le plus dominant. Pour l’instant en tout cas… Principalement utilisé en Euroleague par coach Mitrovic, Mike James est souvent laissé au repos le week-end lorsque son équipe joue dans le championnat domestique.

En parallèle de la Betclic Elite, Monaco dispute une saison décisive pour son avenir au plus haut niveau européen. La présence dans ses rangs d’un des meilleurs scoreurs de l’Euroleague apporte une menace offensive non-négligeable à l’ASM. Capable de coups de chaud, comme sur le parquet de Madrid, Mike James est inarrêtable. Il n’a alors pas peur par exemple de tenter sa chance du milieu du terrain. Cet attaquant de grande classe est un véritable dynamiteur de défenses. Lorsqu’il hérite du ballon et commence à sprinter avec, on ne peut souhaiter que bonne chance aux adversaires pour le stopper sans faire de faute. Alors que son image a été écorchée sur le Vieux Continent, Mike James voudra prouver à tous ses détracteurs qu’il est capable de mener un promu parmi les meilleures organisations européennes. Le challenge est relevé, mais comme depuis ses débuts professionnels, rien ni personne ne l’a encore arrêté.