La préparation mentale au basket-ball

préparation mentale basket-ball

Le prix initial était : 49 €.Le prix actuel est : 37 €.

Êtes-vous un passionné de basket-ball, joueur ambitieux ou coach déterminé, cherchant constamment à repousser vos limites et celles de votre équipe ? Découvrez le guide ultime pour déchiffrer l’aspect le plus sous-estimé du jeu : la préparation mentale.

Bien sûr, être un bon basketteur nécessite de l’endurance physique, des compétences techniques et une stratégie solide. Mais, combien de fois avez-vous vu des talents incroyables échouer sous la pression ? Ou une équipe moins habile triompher grâce à une volonté et une détermination inébranlables ? La différence réside dans la préparation mentale.

Sommaire du livre « Préparation mentale au basket-ball »

Au programme de cet ebook de 66 pages :

Introduction sur la préparation mentale au basket

A travers l’introduction, découvrez l’importance du mental dans le sport. Mais aussi les raisons pour lesquelles le basket-ball exige une préparation mentale…

Chapitre 1 : Les fondamentaux du mental

Dans ce chapitre, plongeons dans le cœur même du jeu, là où tout commence : les fondamentaux du mental. Vous allez découvrir les bases du mental chez un sportif.

Chapitre 2 : Communication et cohésion d’équipe

Au basket-ball ainsi que dans tous les sports collectifs, le talent individuel n’est qu’une pièce du puzzle. Là où le véritable succès est souvent sculpté, c’est dans la forge de la communication efficace et de la cohésion solide d’une équipe. Dans ce chapitre, découvrez l’importance de la communication sur le terrain, comment construire une alchimie d’équipe et gérer les conflits.

Chapitre 3 : Préparation mentale avant le match

Apprenez-en plus sur la visualisation et la méditation, sur des techniques de relaxation et le fait d’établir des rituels avant le match.

Chapitre 4 : Gestion du mental pendant le match

Découvrez comment rester focalisé malgré les distractions et comment gérer les émotions pendant les moments critiques. Vous allez également apprendre des techniques de respiration pour rester calme.

Chapitre 5 : Récupération mentale après le match

Dans ce chapitre, il est question d’analyser sa performance sans être trop critique. Des techniques de décompression sont aussi mentionnées.

Chapitre 6 : Cas d’études

Plongez dans les profondeurs de la psychologie du basket-ball. Découvrez comment les grands joueurs gèrent la pression, surmontent l’adversité et restent concentrés, même lorsque les enjeux sont élevés.

Chapitre 7 : Exercices et routines pour renforcer le mental

Apprenez des méthodes et des routines de préparation mentale qui ont aidé de nombreux champions à optimiser leurs performances sur le terrain.

Chapitre 8 : L’impact du coach sur le mental des joueurs

En tant qu’entraîneur, découvrez comment vous pouvez aider vos joueurs à renforcer leur mental, forger une dynamique d’équipe solide et surmonter les défis psychologiques du jeu.

Conclusion sur la préparation mentale au basket

La maîtrise du mental est le secret des grands champions. Avec ce livre numérique, vous détenez la clé pour débloquer ce potentiel en vous et dans votre équipe. N’attendez pas que votre adversaire découvre cet ouvrage avant vous. La route vers le sommet commence par la maîtrise de l’esprit. Prenez le contrôle maintenant.

Bonus 1 : Deux fois champion NBA, Norris Cole explique sa mentalité de gagnant

Norris Cole
Double champion NBA en 2012 et 2013 avec le Miami Heat à l’époque où le trio composé de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh évoluait à South Beach, le meneur de jeu Norris Cole a engrangé beaucoup de succès et d’expériences aux côtés de los tres amigos. Sélectionné en 28ème position du premier tour par les Chicago Bulls le soir de la draft 2011, puis envoyé aux Minnesota Timberwolves qui s’en sont finalement séparés dans un deal avec la franchise floridienne, le natif de Dayton (Ohio) aura vécu une première soirée pour la moins mouvementée pour célébrer son entrée dans la grande ligue américaine.

Un début de carrière rêvé pour Norris Cole

Certains diront qu’il s‘agit du destin, puisque ceux deux échanges successifs l’ont amené à remporter deux bagues de champion NBA pour ses deux premières saisons dans la Grande Ligue. Difficile de faire mieux lorsqu’on est un rookie, qui a été responsabilité (6.8 points et 2 passes décisives en 20 minutes de temps de jeu) au sein d’une armada qui plus est ! Cole a tout simplement atterri au bon endroit au bon moment. Il ne pouvait rêver mieux pour entamer sa carrière en tant que basketteur professionnel. La relation entre Norris Cole et la NBA n’aura cependant pas toujours été à l’image d’un long fleuve tranquille. Se faire une place dans le plus prestigieux championnat de basket-ball au Monde est une chose, la conserver sur le long terme en est une autre. Pour rappel, la durée moyenne d’une carrière en NBA pour un athlète ne dépasse pas les cinq ans.

Un rôle en sortie de banc en NBA

Titularisé à seulement 60 reprises lors des 360 rencontres qu’il a disputé en six saisons régulières, l’ancien élève de Erik Spoelstra à Miami a principalement connu un rôle de remplaçant. C’est en 2015/2016 avec les New Orleans Pelicans et des statistiques de 10.6 points, 3.4 rebonds et 3.7 passes décisives en 26 minutes de temps de jeu en moyenne que Norris réalisa sa meilleure saison en carrière NBA sur plan purement individuel. Pourtant, faute de proposition de contrat, il quittait une première fois la Grande Ligue quelques mois plus tard. Direction la Chine. Un coup de fil du Thunder en cours de saison lui fera rapidement remettre les pieds dans la National Basketball Association. Cependant, sa courte expérience à Oklahoma City se sera avérée peu productive et frustrante. Elle fut éloignée de ses précédents standards et très décevante sur de nombreux plans. 2017 signera la fin d’un chapitre, et le début d’un autre.

Un second souffle sur le Vieux Continent

Norris Cole fait partie de ces basketteurs américains qui peuvent se montrer à la fois performants en NBA et en Euroleague, le plus haut niveau européen. Cette capacité d’adaptation à un jeu et à un style de vie différents n’est pas donné à tout le monde. La majorité des athlètes NBA natifs des États-Unis ne dominerait pas loin de chez eux. La nouvelle vie de l’ancien camarade du King débuta au sein du mythique Maccabi Tel-Aviv, club avec lequel il remporta le titre de champion d’Israël. Il cartonnera ensuite en Italie, du côté d’Avellino, avant de rejoindre Budućnost au Monténégro. Ensuite, le double champion NBA posera ses valises à Monaco. Personne ne saura jusqu’où il aurait pu hisser la Roca Team si la saison n’avait pas été stoppée en raison de la crise sanitaire. En tout cas, avec sa présence à la mène, le club de la Principauté se sera qualifié pour les quarts de finale de l’Eurocup et figurait à la première place au classement général de la Jeep Élite avant l’arrêt définitif des compétitions.

Norris Cole : des ambitions fortes avec Villeurbanne

Durant l’intersaison, Norris Cole a décidé de continuer à disputer le championnat de France en rejoignant LDLC ASVEL. Et ce, malgré un CV long comme le bras qui lui permet de signer presque n’importe où en Europe. L’américain a donc préféré rejoindre le camp d’un ancien adversaire sur les parquets NBA : Tony Parker. Un champion et un meneur d’hommes, comme lui. Les deux sportifs semblent partager une mentalité similaire sur un terrain de basket-ball. « Tout ce que je sais faire, c’est gagner. Les vainqueurs, ils gagnent pour une raison. Ils construisent des habitudes. J’ai été chanceux dans ma carrière d’avoir quelques bons vétérans avec qui apprendre. J’en ai tiré d’eux autant que je pouvais. Et désormais, j’ai envie de transmettre ces connaissances. J’ai envie d’être un leader et d’aider l’équipe tout au long du chemin que nous devons parcourir. Nous avons beaucoup de jeunes joueurs. Ce sont des gars qui ont faim d’apprendre. J’essaie toujours de trouver à quel endroit je peux aider l’équipe. Parfois, il s’agit d’être le meilleur marqueur. dans quelques équipes pour lesquelles j’ai joué. D’autres fois, c’est d’être le passeur. Et à d’autres occasions, c’est d’être le gars qui apporte de l’énergie. J’ai joué tous les rôles. Avec l’Asvel, nous avons un potentiel illimité. C’est juste une question pour nous de continuer à grandir, de continuer à construire ces habitudes. Je veux juste gagner. Et si tout le monde a cette attitude, c’est à ce moment là que vous savez que vous avez une bonne équipe », a t-il expliqué dans une vidéo réalisée par l’Euroleague. « C’est un gagnant », confirme son compatriote et coéquipier David Lighty.

Quel avenir pour conclure sa carrière ?

Norris Cole évolue à un poste stratégique. Le meneur de jeu doit montrer l’exemple, guider ses coéquipiers vers le sommet. Son rôle est d’être un leader par la parole et les actes, ainsi que de transmettre son expérience à cette étape de sa carrière. A 32 ans, il fait à son tour figure de vétéran. Si un retour en NBA à cette étape de sa carrière semble utopiste, surtout après quatre saisons passées de l’autre côté de l’Océan, il peut clairement encore envisager soulever des trophées en Europe. Techniquement et mentalement, son expérience rare et enviable par beaucoup apportent de la sérénité aux coachs qu’ils l’ont sous leurs ordres. Physiquement, il possède assurément encore au moins quelques saisons dans les jambes pour le très haut niveau. Il semblerait donc que nous n’avons donc pas fini de voir Norris Cole arpenter les parquets européens, avant qu’il ne prenne une retraite sportive bien méritée.

Bonus 2 : Walter Bond, un ancien basketteur NBA devenu coach en motivation

Il est né à la fin des années 1960 à Chicago, une véritable terre de basket-ball. Walter Bond pouvait difficilement ne pas tomber amoureux de ce sport. Comme de nombreux individus de son âge, il s’est d’abord essayé à plusieurs disciplines sportives. Dont le baseball. Et ce, avant de consacrer la plupart de son temps pour s’aguerrir avec la balle orange en mains.

Une carrière inespérée en NBA pour Walter Bond

Walter Bond est un ancien étudiant de l’Université de Minnesota. Cet arrière shooteur mesurait 1m96 pour seulement 90 kg. Il a réalisé un premier exploit en intégrant la NBA, après avoir été un remplaçant tout au long de son cursus universitaire au sein de l’équipe de basket de sa fac. Puis, son nom a été inscrit dans les livres d’histoires de la National Basketball Association en devenant le premier joueur non-drafté à avoir été intégré dans le cinq majeur dès le premier match de la saison. Une success story comme on en voit encore de nos jours. Si sa carrière dans la Grande Ligue ne dura que trois saisons, Bond aura eu le temps de cumuler la bagatelle de 873 points, 289 rebonds et 177 passes décisives. Le tout en 153 matchs disputés. Pas mal lorsque l’on connait le chemin qu’il a parcouru jusque là ! Cependant, des regrets peuvent être nourris lorsque l’on sait qu’il a inscrit 25 points dès son second match. Et qu’il a de loin réalisé sa meilleure saison lors de son année rookie sous le maillot des Dallas Mavericks…

Trois expériences sur le Vieux Continent

Walter Bond est passé ensuite par le Utah Jazz, où il a eu l’opportunité de faire équipe avec des légendes NBA comme John Stockton ou encore Karl Malone. Puis il a très brièvement effectué un passage chez les Detroit Pistons. Tout cela avant de poursuivre sa carrière de basketteur professionnel en CBA ainsi qu’en Europe. L’intéresse a d’abord traversé l’Atlantique une première fois en 1996. Dans un premier temps pour défendre les couleurs d’un club grec. Avant de poser ses valises deux ans plus tard en Italie puis en Allemagne. C’est à l’âge de 30 ans et à la suite d’une ultime expérience avec les Bayer Giants Leverkusen qu’il a pris sa retraite sportive en rangeant ses chaussures de basket-ball au placard.

Une après-carrière complètement réussie pour Walter Bond

Walter Bond a réussi sa reconversion dans un univers en vogue : le coaching en motivation. Ce millionnaire est désormais localisé en Floride, non loin de Miami. Bond réside à Boca Raton plus précisément. Il possède un style de vie finalement pas très éloigné que ça de celui d’athlète professionnel. Cet homme continue effectivement de voyager à travers les Etats-Unis et le Monde. Cela pour distiller des conseils et booster son auditoire. Par ailleurs, la plupart de ses interventions destinées au grand public se font sous la forme d’un show dans des salles de spectacle. Pour une entreprise souhaitant faire appel à lui, le cachet minimum pour se l’offrir s’élève à 20 000 dollars. Aujourd’hui âgé de 51 ans, Walter Bond est devenu un conférencier et mentor reconnu par ses pairs. Ce retraité des parquets délivre des messages puissants et dynamiques sur les plateaux dans lesquels il est invité. Ou qu’il loue pour accueillir en masse ses clients… Comme sa description sur son profil Instagram l’indique, il se décrit comme un joueur NBA devenu coach en business. Il aide des hommes d’affaires, chefs d’entreprises, des conférenciers et des particuliers à obtenir beaucoup d’argent. En d’autres termes, Walter Bond est un auto-entrepreneur qui offre ses services à des gens souhaitant devenir riche et atteindre la liberté financière.

Des produits et services ouverts à tous

Comme tout professionnel de ce secteur qui se respecte, Walter Bond a aussi rédigé plusieurs livres. Vous pouvez les dénicher sur Amazon. L’un d’entre eux se nomme « All Buts Stink! How to Live Your Best Life and Eliminate Excuses ». Traduit en français par « Tout ça pue ! Comment vivre votre meilleure vie et éliminer les excuses ». Des livres numériques et des cours en ligne traitant divers sujets sont également commercialisés sur sa plateforme digitale. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le contenu qu’il propose, nous vous invitons donc à consulter son site internet. Plusieurs de ses interventions sont également disponibles sur YouTube. Elles vous aideront peut être à reprendre votre vie en mains si vous en ressentez le besoin. Ou bien à accomplir de nouveaux objectifs que vous vous êtes fixés !

Qui est le fondateur de Basket-BallWorld ?

Alan Le Bolloch est le fondateur du site web Basket-BallWorld. Passionné de la balle orange depuis son plus jeune âge, il a pratiqué le basket-ball en club pendant près de 15 ans. Originaire de Bretagne, dans un département sevré de basket de haut niveau durant toute son adolescence, ce vannetais de naissance n’avait que très peu l’occasion d’assister à des matchs professionnels. Son unique opportunité n’avait lieu qu’une fois par an. Le temps d’un week-end, le club phare de sa ville accueillait entre un et quatre matchs amicaux d’équipes pros. C’est lors de ce tournoi de pré-saison qu’Alan a réalisé ses premiers articles et interviews, à l’âge de 17 ans. Le légendaire Amara Sy et un certain Rudy Gobert, alors pensionnaire du centre de formation de Cholet à l’époque, auront été les premiers à répondre à ses questions. L’aventure Basket-BallWorld venait alors tout juste de naître. Et ce, à partir de rien. Ou presque. Un très modeste blog hébergé sur l’outil Blogger lui permettait de publier de petites brèves au quotidien.

Victor Wembanyama - Alan Le Bolloch
Avec Victor Wembanyama dans la "family room" de l'Asvel, après le match 2 des finales LNB 2022.

Un blogueur qui a accompli ses rêves d’enfant

Féru de NBA, Alan Le Bolloch a grandi en dévorant chaque semaine des magazines tels que 5 majeur, Mondial Basket et Basketnews. A l’époque, les réseaux sociaux n’existaient pas encore. Et l’accès à internet n’était pas aussi évident qu’aujourd’hui. A l’été 2008, lors d’un stage de basket en Normandie, sa rencontre avec Tony Parker aura été un moment marquant de sa vie. D’autant plus qu’elle a eu lieu le jour même de son quatorzième anniversaire. Bien qu’intimidé par la présence et les mots glissés par celui qui avait été élu MVP des finales NBA un an plus tôt, Alan gardera pendant longtemps ce souvenir gravé dans sa mémoire. Il s’en servira comme motivation pour accomplir ses rêves et croire en son destin.

Des rencontres qui ont tout changé

Quelques années plus tard, ses rencontres avec d’autres basketteurs NBA francophones auront eu un impact significatif dans sa vie professionnelle. Parallèlement à ses études en Management du Sport, Alan Le Bolloch a collaboré avec plusieurs journaux de la PQR (presse quotidienne régionale) et revues spécialisée basket. Une interview avec Nicolas Batum, de passage en Bretagne pour rendre visite à un ami, lui aura instantanément permis de gagner en crédibilité. Dès le lendemain de la publication de cet entretien dans le journal Le Télégramme, l’opportunité d’intégrer la future équipe rédactionnelle de l’hebdomadaire Basket Hebdo se présentait d’elle-même. A tout juste 19 ans, l’auteur du blog Basket-BallWorld allait alors réaliser un rêve : écrire pour le journal papier référence du basket en France.

Rudy Gobert - Alan Le Bolloch Bercy
Avec Rudy Gobert, au All-Star Game LNB à Bercy en décembre 2012.
Rudy Gobert - Alan Le Bolloch NBA
7 ans plus tard, au All-Star Game NBA à Chicago en février 2020.
Alan Le Bolloch interview Batum
En avril 2013 à Lorient, une interview avec Nicolas Batum qui a tout changé...
Nicolas Batum - Alan Le Bolloch
A Los Angeles, en novembre 2022.
En plus de multiplier les contacts avec les différents acteurs du jeu (joueurs, coachs, agents, arbitres…), ces expériences dans le journalisme sportif lui ont permises de développer une expertise dans la rédaction. Mais aussi d’acquérir une vision globale sur tous les échelons du basket en France : de la Pré-Nationale à l’Elite, en passant par la NM3, NM2, NM1, la Pro B et le championnat Espoirs. Et également à l’international, puisque Alan recense plusieurs voyages aux États-Unis à son actif. A ce sujet, Chicago et Los Angeles sont deux de ses destinations favorites. C’est d’ailleurs en Californie qu’il a accédé à ses premiers matchs NBA en étant accrédité. Il s’est retrouvé à interviewer des vedettes comme LeBron James, Chris Paul ou encore Paul George. En 2020, c’est un autre rêve de gosse qu’il a coché sur sa liste : assister au All-Star Game NBA. Et qui plus est, celui de la première sélection de Rudy Gobert… joueur français qu’il avait rencontré au tout début de l’existence de Basket-BallWorld !
Rich Paul - Alan Le Bolloch
En compagnie de Rich Paul, l'agent de LeBron James et d'autres stars NBA.

Alan Le Bolloch : un expert en référencement web SEO

Formé aux bonnes pratiques du référencement et de la création de sites web, Alan Le Bolloch a restructuré Basket-BallWorld courant 2022 pour le professionnaliser. Animé par sa passion pour le basket, il l’alimente régulièrement en contenus de qualité pour atteindre près de 100 000 visiteurs uniques en Mars 2023. Et ce, uniquement par l’intermédiaire des moteurs de recherches. Alan travaille désormais au quotidien sur le développement de Basket-BallWorld.fr, simultanément à la gestion de son agence webmarketing bolloch.com. Il continue de voyager aux États-Unis plusieurs fois par an pour couvrir le basket américain et vous faire vivre les coulisses de la NBA.

Alan Le Bolloch - photographe NBA
A Indianapolis, en décembre 2021.

Un blogueur également photographe !

La passion de Alan Le Bolloch pour la photographie l’aura rapidement amené à investir dans du matériel de pro. C’est lui qui illustre ses propres articles sur Basket-BallWorld. Depuis ses débuts, Alan a été accrédité à plus de 150 matchs de basket professionnel. Plusieurs basketteurs NBA ont repartagé ses clichés sur les réseaux sociaux, dont Victor Wembanyama, Thanasis Antetokounmpo et John Wall.

La préparation mentale au basket-ball
Le prix initial était : 49 €.Le prix actuel est : 37 €.
📚 NOS PROGRAMMES BASKET-BALL
⛹️ Développe ton jeu et tes connaissances