Dernière journée de championnat décisive puisque seules quatre équipes (Roanne, Gravelines, Antibes et Cholet) sur les huit étaient d’ors et déjà qualifiées pour le trophée du futur.

ANTIBES-LE HAVRE : 67-54

L’équipe professionnelle descendant en Pro B, c’était la dernière à domicile pour les partenaires de Timothe Luwawu (19pts à 8/16 aux tirs dont 2/6 à 3pts, 10 rebonds, 7 passes, 5 interceptions et 1 balle perdue pour 30 d’évaluation en 34 minutes) qui n’a pas manqué l’occasion pour, une nouvelle fois cette saison, se mettre en valeur ! Mais c’est tout l’effectif qui a livré une excellente dernière prestation pour cette saison régulière, avec près d’un mois de coupure, pour retrouver le chemin de la compétition et le trophée du futur. Côté havrais, fin de saison marquée par la contre-performance de Julien Sauter (0/7 aux tirs, -3 d’évaluation en 24 minutes) et l’absence de Guillaume Plas.

GRAVELINES-NANTERRE : 77-59

Gravelines termine sa saison exceptionnelle et historique (29 victoires pour 1 défaite) par un nouveau succès à domicile derrière de très solides William Howard (13 pts à 4/8 aux tirs dont 3/7 à 3pts, 4 rebonds, 5 passes, 3 interceptions, 2 contres et 1 balle perdue pour 22 d’évaluation en 30 minutes) et Séraphin Saumont (19 pts à 7/10 aux tirs, 1/1 à 3pts, 4/5 aux LF, 9 rebonds, 1 passe et 1 balle perdue pour 24 d’évaluation en 26 minutes). Gravelines sera bien entendu le grandissime favori lors du trophée du futur mais jouera également auparavant la finale du trophée coupe de France. De son côté, Nanterre termine une saison très moyenne mais cette équipe devrait probablement progresser la saison prochaine avec une année de vécu en plus, malgré le départ obligatoire de Miguel Cardoso, en fin de droit.

CHALON-PAU : 70-73

Match sans enjeu entre deux équipes qui auront vécu une longue saison marquée par de (trop) nombreuses blessures pour espérer jouer un rôle important. Ce sont donc les palois qui s’imposent au finish (22-12 dans le quatrième quart-temps) au terme d’une belle prestation collective : six joueurs sont entre 9 et 17 d’évaluation pour des temps de jeu allant de 22 à 32 minutes. Parmi les cadres habituels, Bastien Pinault (20pts à 6/14 aux tirs dont 4/9 à 3pts, 5 rebonds, 2 passes et 2 balles perdues pour 17 d’évaluation en 32 minutes) réalise une bonne partie ! A Chalon, un nouveau match exceptionnel de Axel Bouteille (30pts à 8/15 aux tirs dont 2/4 à 3pts, 12/13 aux LF, 9 rebonds, 1 passe, 9 fautes provoquées, 1 interception mais 4 balles perdues pour 29 d’évaluation en 35 minutes) n’aura pas suffi pour prendre ce dernier match de la saison à domicile.

CHOLET-NANCY : 70-75

C’était un match importantissime pour les nancéiens, qui devaient à tout prix stopper leur série de quatre défaites consécutives pour être certains de se qualifier au trophée du futur. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont été la chercher « aux tripes » cette dernière victoire et avec un orgueil immense, tant la tâche s’annonçait difficile !! En effet, à l’entame du dernier quart-temps, Cholet comptait quatorze points d’avance (62-48) mais à la faveur d’un dernier quart-temps immense (27-8) du cinq Lenny Charles Catherine (19pts à 7/12 aux tirs, 4 rebonds, 6 passes, 3 interceptions, 1 contre et 4 balles perdues pour 21 d’évaluation en 36 minutes), Geoffrey Delarboulas (16pts à 6/12 aux tirs, 7 rebonds, 2 passes pour 17 d’évaluation en 36 minutes), Abou Diallo (16pts à 7/13 aux tirs, 5 rebonds pour 14 d’évaluation en 33 minutes), Dylan David (10pts à 5/8 aux tirs, 12 rebonds, 3 passes, 3 interceptions et 3 balles perdues pour 22 d’évaluation en 36 minutes) et Mehdy Ngouama (14pts à 5/9 aux tirs, 4 rebonds, 4 passes, 6 interceptions (!!) mais aussi 7 balles perdues (!!) pour 15 d’évaluation en 36 minutes), Nancy ramène finalement la victoire et la qualification en Lorraine. A Cholet, un Yannis Morin (16pts à 7/9 aux tirs dont 1/1 à 3pts, 1 rebond, 6 passes, 1 interception et 1 balle perdue pour 21 d’évaluation en 23 minutes) productif n’a pas suffi.

LE MANS-ROANNE : 69-66

Ce match sans enjeu pourrait être considéré comme inintéressant, mais évidemment, comme à chaque fois dans ce championnat espoir, c’est dans ce genre de matches que naissent les grosses performances que l’on retiendra ! Cette performance dont je vous parle ? Elle est l’œuvre de Guershon Yabusele qui, malgré la défaite des siens, a donné le ton en vue du trophée du futur, avec pas moins de 29pts à 10/12 aux tirs dont 2/3 à 3pts, 7/8 aux LF, 5 rebonds, 2 passes, 2 interceptions et 3 balles perdues pour 32 d’évaluation en 26 petites minutes de jeu. Au Mans, d’autres se sont aussi mis en valeur mais dans une moindre envergure : Petr William Cornelie (14pts à 4/12 aux tirs dont ¼ à 3pts, 5/6 aux LF, 11 rebonds, 4 passes, 3 balles perdues pour 17 d’évaluation en 31 minutes) auteur d’un double-double malgré une adresse en berne et Alexis Thomas (17pts à 6/11 aux tirs dont 1/5 à 3pts, 4/4 aux LF, 7 rebonds, 3 passes, 1 interception, 1 contre et 2 balles perdues pour 22 d’évaluation en 27 minutes) ou encore le très complet Khadim Fall (11pts à 5/10 aux tirs, 7 rebonds, 6 passes, 2 interceptions et 3 balles perdues pour 17 d’évaluation en 25 minutes).

PARIS LEVALLOIS-ORLEANS : 63-60

Pour assurer sa place au trophée du futur et être maître de son destin, le Paris Levallois devait s’imposer coûte que coûte. Cela n’a pas était chose aisée au terme d’un dernier quart-temps crispant (8-14) mais les partenaires à un solide Vincent Poirier (18pts à 7/14 aux tirs, 12 rebonds, 1 interception, 2 contres et 4 balles perdues pour 22 d’évaluation en 30 minutes), tout récent signataire d’un contrat professionnel courant sur trois saisons, ont tenu bon pour finalement s’imposer et décrocher leur billet. Pourtant, les Orléannais, Mohamed Queta (20pts à 8/15 aux tirs, 2 rebonds, 1 passe, 1 interception et 2 contres pour 18 d’évaluation en 33 minutes) en tête, voulaient finir cette saison sur une bonne note.

DIJON-STRASBOURG : 84-70

C’était peu être le match le plus important de cette dernière journée. En cas de défaite de Dijon, il aurait fallu sortir les calculatrices et attendre le match en retard de Strasbourg pour connaître l’issue de la saison. Mais les dijonnais ne l’entendaient pas de cette oreille. En effet, les coéquipiers d’un Olivier Yao-Delon (23pts à 8/17 aux tirs dont 6/13 à 3pts, 3 rebonds, 1 passe, 3 interceptions et 1 contre pour 21 d’évaluation en 32 minutes), qui réalise une excellente fin de saison, ont pris le match en mains dès la première mi-temps où ils mènent 39 à 30 après 20 minutes. Pour son dernier match au niveau espoir avant de découvrir Souffel et la Pro B la saison prochaine, Arnaud Imhoff (29pts à 9/22 aux tirs dont 6/18 à 3pts, 6 rebonds, 6 passes, 7 fautes provoquées, 3 interceptions mais 5 balles perdues pour 25 d’évaluation en 39 minutes) pousse son équipe en troisième quart-temps et revient à six petites longueurs. Mais l’excellent dernier quart-temps (23-15) des dijonnais aura eu raison de strabourgeois pourtant ultras dominants aux rebonds (46 à 18) mais bien plus maladroits (37 % dont 7/36 à 3pts) que leurs adversaires du jour (48 %, 9/25 à 3pts).

ASVEL-LIMOGES : 73-65

L’équation était très simple pour les villeurbannais : soit ils s’imposaient et étaient qualifiés pour le trophée du futur, soit ils perdaient et laissaient leur sort entre les mains de Strasbourg. Les joueurs de la vallée du Rhône ont fait le choix de saisir leur chance et Arthur Rozenfeld (10pts à 2/6 à 3pts, 5/8 aux LF, 4 rebonds, 9 passes, 6 fautes provoquées, 2 interceptions mais 4 balles perdues pour 14 d’évaluation en 31 minutes) en tête même si c’est Charles Galliou (7pts à 3/4 aux tirs dont 1/2 à 3pts, 6 rebonds, 3 passes, 1 interception et 2 balles perdues pour 14 d’évaluation en 22 minutes) qui avait parfaitement lancé les siens. Limoges, qui ne jouait déjà plus rien avant cette journée, n’a jamais été en mesure de renverser la tendance et termine donc cette saison à la douzième place après une deuxième partie de saison compliquée.

Et maintenant ?

Se profilent les 23, 24 et 25 mai le trophée du futur à Roanne. Pour rappel, les huit équipes qualifiées sont donc : Gravelines, Antibes, Cholet, Nancy, Paris Levallois, l’ASVEL, Dijon et Roanne (l’organisateur).

Et sur www.basket-ballworld.fr

En attendant le trophée du futur, vous pourrez retrouver chaque jour à partir du lundi 5 mai, un review équipe par équipe de la saison régulière, en commençant par Le Havre. Dans la mesure du possible, une interview d’un joueur de l’équipe du jour sera réalisée.