🎁 Ebook : Comment devenir basketteur professionnel ?

La NBA vient de reprendre ses droits cette semaine avec deux nouveaux rookies français dans ses rangs, à savoir Killian Hayes (Detroit Pistons) et Théo Maledon (Oklahoma City Thunder). Et ce, sans compter Killian Tillie (Memphis Grizzlies), non-drafté mais titulaire d’un two-ways contract qui lui permettra de faire plusieurs apparition dans la Grande Ligue américaine au cours de la saison.

La draft 2020 aura donc permise à deux jeunes internationaux tricolores prometteurs de rejoindre huit de leurs compatriotes établis dans le meilleur championnat au Monde. La France est un gros pourvoyeur de talents en NBA. Il s’agit de la troisième nation la plus représentée derrière les États-Unis et le Canada. Lors de la grande messe annuelle du basket professionnel américain en 2021, une poignée de jeunes athlètes français pourraient à leur tour entendre leur nom appeler par Adam Silver.

S’il est encore trop tôt pour dire qui sera sélectionné ou non, des tendances se dégagent déjà. Et ce, même si rien n’est jamais garanti dans la vie, notamment en NBA. Théo Maledon semblait par exemple promis à une place au premier tour et a finalement été retenu au deuxième… Voici donc la présentation de sept prospects NBA français qui ont la prochaine draft en ligne de mire.

Juhann Begarin

Déjà connu et surveillé par les scouts NBA depuis plusieurs années, ce poste 2/3 explosif possède déjà un corps d’adulte lui permettant de réaliser des performances plutôt très intéressantes en Pro B avec le Paris Basketball. En 2019 et 2020, il a participé à plusieurs évènements internationaux co-organisés par la Grande Ligue et la FIBA. A ces occasions, il s’y est particulièrement distingué. Comme indiqué dans une interview accordée la saison passée, il ne se sous-estime pas par rapport à personne. Et notamment ses concurrents. Juhann Begarin est le prospect français classé n°1 de la génération des joueurs nés en 2002.

Ismaël Kamagate

Coéquipier de Begarin au Paris Basketball, ce jeune pivot longiligne n’apparait pas encore dans les mock draft. En revanche, il pourrait bien y faire une apparition prochainement. Inconnu par beaucoup avant son arrivée dans le club professionnel de la capitale en 2019, Kamagate n’était pas attendu au niveau de jeu qu’il affiche actuellement. Son profil est très intriguant et intéressant. Grand, mobile et travailleur, il possède une marge de progression importante. En multipliant les séances d’entraînements collectives et surtout individuelles, les progrès qu’il affiche sont énormes. Ismaël progresse à vitesse grand V. Le fait qu’une franchise NBA effectue un pari sur lui ne semble pas illogique.

Karlton Dimanche

Après Killian Hayes cette année, le guyanais pourrait bien être le prochain joueur formé par Cholet Basket à être drafté en NBA. Sa cote était assez élevée il y a deux ans, puisque le média ESPN le plaçait en 29ème position de sa mock draft pour 2020. Elle a néanmoins fortement chuté depuis. L’absence de compétition internationale l’été dernier ainsi que le manque de temps de jeu ne jouent pas en sa faveur. Le MVP du championnat de France Espoirs lors de l’exercice 2018/2019 doit se relancer pour voir son rêve d’évoluer aux États-Unis se concrétiser. S’il décide de ne pas conserver son nom à la draft en 2021, il sera automatiquement éligible en 2022.

Joël Ayayi

Arrière polyvalent de 20 ans, Joël entend bien intégrer la NBA la saison prochaine. Etudiant-athlète au sein de l’Université de Gonzaga, cet ancien coéquipier de Killian Tillie est l’un des leaders des Bulldogs. Comme chaque année, ces derniers ambitionnent le titre de champion NCAA à la fin de la saison. Il serait donc beaucoup médiatisé et suivi par les scouts. Le natif de Bordeaux est bien entouré puisque sa famille Ayayi baigne dans le basket-ball. Sa sœur Valériane est une internationale française, tandis que son frère Gérald évolue en Jeep Élite du côté de l’Élan Béarnais Pau-Lacq-Orthez.

Olivier Sarr

Un peu oublié dans les esprits des fans français du fait de son exil aux États-Unis, l’ancien pensionnaire de l’Insep est considéré comme étant l’un des dix meilleurs à son poste dans le championnat universitaire américain. Ce grand gabarit a changé d’université durant l’inter-saison. Il a quitté Wake Forest, où sont passées durant leur cursus NCAA des légendes comme Tim Duncan et Chris Paul, et où il a côtoyé le franco-américain Jaylen Hoard (ex-Portland TrailBlazers). Sarr a donc rejoint la prestigieuse fac de Kentucky, dirigée par John Calipari. D’autres All-Stars NBA y ont étudié et répété leurs gammes avant lui, dont Anthony Davis, DeMarcus Cousins, John Wall, Rajon Rondo… Membre important du cinq majeur de cette institution réputée, il a toutes ses chances de rallier la NBA l’an prochain pour ses débuts dans le monde du basket pro.

Tom Digbeu

Ancien pensionnaire du prestigieux centre de formation du FC Barcelone, ce fils d’un ancien basketteur international français suit la même voie professionnelle que son paternel. Doté de la double nationalité franco-espagnole, Tom va tenter de concrétiser l’ambition inachevée de son père Alain au cours de sa carrière. Comme vous pouvez l’imaginer, celle-ci était de porter les couleurs d’une franchise NBA sur les parquets US. Actuellement auteur d’une saison mi-figue, mi-raisin, ce jeune prospect de 19 ans a réalisé une performance remarquée (27 points et 11 rebonds) face au Zalgiris Kaunas, formation évoluant en Euroleague. Cette institution du basket lituanien possède d’ailleurs ses droits sportifs, et l’a prêté cette saison à Prienai pour le développer.

Malcolm Cazalon

Sacré vice-champion du Monde des 17 ans et moins aux côtés de Killian Hayes et Théo Maledon en 2018, le fils de Laurent Cazalon connait un début de carrière très mouvementé. Après avoir signé son premier contrat pro avec la JL Bourg-en-Bresse, il a été prêté un an plus tard en Belgique pour disposer de plus de responsabilités… Après seulement dix matchs disputés avec Louvain, le principal intéressé s’était exilé en Serbie. Au sein de l’usine à prospects Mega Leks, qui a vu passer entre 2015 et 2019 les français Timothé Luwawu-Cabarrot, Alpha Kaba ou encore Adam Mokoka, il semble avoir trouvé ses marques.