Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ad1

Quelle place pour la presse spécialisée basket en France ?

Publié par le 29 avril 2019               

Le guide pour devenir basketteur professionnel à seulement 34,90 € 🏀

A l’instar de la presse généraliste, la presse sportive et notamment spécialisée basket souffre en France. Dans un Monde où l’information est disponible instantanément et quasi gratuitement sur Internet, les ventes de journaux et de magazines ne cessent de diminuer année après année.

En France, pour s’informer sur le basket-ball, il existe quatre principaux magazines/journaux nationaux spécialisés (Basket Le Mag, Mondial Basket, 5 majeur et France Basket) et une vingtaine de sites internet dont la plupart sont amateurs ou semi-professionnels. L’Equipe est le seul quotidien dans l’Hexagone traitant régulièrement du basket dans ses colonnes.

Comparé aux articles que les internautes peuvent consulter sur les nombreux sites internet d’actualités qui fleurissent jour après jour, les magazines proposent sur papier des analyses, interviews et portraits plus poussés que ceux qui sont publiés sur un support digital.
Les consommateurs doivent payer pour accéder à ce contenu, qui a un coût conséquent pour les organismes éditant des revues. Effectivement, les charges financières sont nombreuses et diverses dans l’univers de la presse : salaires des journalistes, maquettistes, photographes (ou frais d’abonnement aux agences commercialisation des photographies comme Getty Images) et commerciaux, comptabilité, frais de déplacement, d’hébergement et de restauration liés à des reportages et rendez-vous professionnels, frais d’impression du magazine, commission des distributeurs et du vendeur (qui représentent près de 50% du prix de vente d’un magazine), sans compter le paiement de la TVA. Le modèle économique de la presse 100% basket est fragile. Il repose sur la vente de magazines aux particuliers et professionnels, ainsi qu’à la commercialisation d’espaces publicitaires à des sociétés et institutions souhaitant communiquer à travers leur parution. Or, dans un univers en constante mutation où tout va toujours de plus en plus vite, il est difficile de fidéliser ses lecteurs et de séduire les annonceurs, qui privilégient les nouveaux supports de communication digitaux pour y investir leur argent.

De ce fait, l’avenir de la presse basket papier pourrait être en danger. Les deux mensuels historiques traitant uniquement du basket américain, à savoir Mondial Basket et 5 majeur, semblent tenir le choc, en ayant notamment haussé le tarif de vente de leurs magazines. Il faut aussi savoir que ces deux parutions historiques et concurrentes spécialisées uniquement sur la NBA appartiennent à des groupes éditant plusieurs titres de presse, ce qui leur permet de mutualiser certains coûts et couvrir des pertes éventuelles. Existant depuis 2005, le magazine Reverse s’est récemment retiré des kiosques pour laisser place à un mook (livre d’environ 200 pages) qui est vendu uniquement par abonnement ou à l’unité sur commande par internet. Apparu courant 2018, le bimensuel Instinct Basket n’a effectué que deux parutions à ce jour avant de disparaitre des kiosques. Basket France, édité par Lafont Presse, a quant à lui commercialisé neuf numéros à l’heure actuelle mais ne semble pas décoller. De son côté, Basket Le Mag, ici en couverture de l’article avec son traditionnel guide de la saison couvrant les championnats de France Jeep Elite, Pro B, Nationale 1, Espoirs et LFB, a succédé à l’hebdomadaire Basket Hebdo, dont le prédécesseur se nommait BasketNews. Avec déjà 29 numéros à son actif, le mensuel Basket Le Mag a trouvé la bonne formule pour séduire les lecteurs fans de basket et leur donner envie de s’abonner. Leur credo : proposer « chaque mois des sujets de fond, des dossiers, des interviews, des portraits, de la rétro. Une lecture unique qu’on ne retrouve nulle part ailleurs » en traitant tous les championnats majeurs au niveau mondial et français : NBA, NCAA, Jeep Elite, Pro B, Euroleague, Ligue Féminine, sans oublier les équipes de France ! De quoi régaler les centaines de milliers de pratiquants de la balle orange dans l’Hexagone, qui sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à son actualité.

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.