Les Lakers ont vécu une rude saison, achevée avec un ticket de dernière minute pour les playoffs, un franchise player blessé et une élimination rapide. Le tout saupoudré de critiques, de déceptions et d’inquiétudes sur l’avenir de la franchise…

Une année difficile

Pourtant l’effectif californien partait favori pour la course au titre cette saison ; la venue des superstars Nash et Howard avait déclenché un buzz médiatique. Malgré cette concentration de talents, la mayonnaise ne prend pas et les Lakers débutent la saison dans le bas de tableau à l’Ouest. Alors on change une partie du staff : Mike Brown est “substitué” par Mike D’Antoni et Kobe est de retour après un début de saison manqué. Le mauvais sort s’acharne sur les Lakers : les blessures à répétition des nouvelles acquisitions et les mauvaises performances de l’équipe inquiètent.

Les Angelinos parviennent à se hisser dans le Top 10 à l’Ouest, maintenus par Dallas et Utah. Jusque dans les dernières journées, les trois franchises sont au coude à coude mais les californiens parviennent à se qualifier in-extremis sans Kobe, gravement blessé au tendon d’Achille… Les Lakers sauvent l’honneur mais sont décevants contre les Spurs : les futurs finalistes s’imposent en quatre matchs, mettant fin à une saison en demi-teinte… un parcours fissuré de critiques envers le staff, l’équipe et sur la réelle efficacité du nouvel intérieur en période d’essai…

L’investissement

Los Angeles a pourtant sacrifié des pions pour intégrer Howard parmi ses effectifs. Bynum, blessé, est éjecté à Philadelphie car moins prolifique sur ses derniers matchs sous le maillot jaune et violet. Derek Fisher, quintuple champion NBA, se voit offrir un second rôle à Oklahoma City.

Une gestion du risque qui se montrera mal appréciée et coûteuse. Malgré cette contre-performance, le monde du basket ball reste convaincu du potentiel de la formation des Lakers. Une stratégie de communication se construit autour de Howard : pour le faire rester, on imprime des affiches, les fans se mobilisent et les joueurs le soutiennent à leur manière… Mais cela ne suffira pas, le 6 juillet D12 annonce qu’il plie bagage pour rejoindre Houston, une équipe qui a selon lui “un grand potentiel et les ressources pour gagner un titre dans les quatre prochaines années”.

Les premiers ajustements

Howard à Houston, les Lakers sont à la recherche d’un nouvel intérieur. Chris Kaman est appelé à l’aide pour renforcer la raquette mais l’aile est à son tour fragilisée avec la rupture du contrat de Metta World Peace (anciennement Ron Artest) ! On parle d’un possible retour de Jordan Farmar, de Sasha Vujacic et de Lamar Odom… On sent la volonté du club de réparer les pots cassés et de réunir les champions 2009 et 2010. Gasol était sur le départ mais est maintenu pour la saison prochaine, tout comme le prometteur Jodie Meeks. Kaman fait office de poutre provisoire à une structure instable : passé des Clippers, aux Hornets puis aux Mavericks, cet expérimenté connaît bien la conférence Ouest. Cependant, le dégarni a moins d’impact dans une raquette que les deux derniers piliers de Los Angeles. Or, depuis la dernière décennie, ce rôle est central dans les systèmes des Lakers : Shaq et Bynum étaient en symbiose avec leurs teammates et enchaînaient les transitions avec brio et puissance ; tandis que Howard semblait perdu et dépassé par les plans de jeu hérités de Phil Jackson… Reste à voir si cette nouvelle pièce centrale saura s’adapter au club. L’équipe demeure fragile tandis que d’autres se renforcent sérieusement : Golden State compte désormais Andre Iguodala et Jermaine O’Neal, Devin Harris revient à Dallas et Houston a mis la main sur Dwight. L’Ouest attire les talents et devient encore plus compétitive. Il sera difficile pour la franchise mythique de continuer à flotter sur cet océan rouge, sans base solide et sans leur capitaine. Un défi que doit aussi relever la faction rivale, les Celtics.

Comment va l’ennemi ?

Dépourvus de Doc Rivers, Garnett et Pierce, ils devront assurer leur place dans une conférence en pleine mutation : Josh Smith à Detroit, Al Jeferson à Charlotte et le retour de Derrick Rose ne devrait pas arranger affaires des Celtes. Pour ne rien arranger, des rumeurs circulent à propos d’un éventuel départ de Rondo… à Dallas. Comme souvent, les Celtics et les Lakers ont un destin croisé et un objectif commun : reconstruire un collectif en vue d’assurer un spectacle digne de leur statut et de leur superbe…