Il y a quelques semaines, nous vous évoquions les six conditions requises pour devenir un joueur NBA. Aujourd’hui, nous allons vous évoquer la journée type d’un athlète évoluant dans le plus prestigieux championnat de basket-ball.

Tout d’abord, il faut distinguer les jours « off » où l’entraînement est facultatif, les jours avec seulement un entraînement et les fameux « game day », c’est-à-dire les jours de match. La distinction entre ces trois types de journée est importante. Effectivement, la routine des joueurs n’est pas la même dans toutes les situations.

On notera que les jours fériés et les dimanches n’existent pas en NBA. La plus prestigieuse compétition de basket-ball au Monde ne s’arrête jamais, sauf quelques jours pour certains à l’occasion du All-Star break de février et durant l’inter-saison. Celle-ci s’étend en période normale de juin à octobre. A part cette période creuse, elle propose des matchs tous les jours à ses millions de fans.

Des vacances presque inexistantes

Même en vacances, les joueurs NBA s’entraînent. On a pu voir LeBron James, Stephen Curry, Jimmy Butler ou encore Russell Westbrook arpenter le Palais des Sports Marcel Cerdan de Levallois durant leur(s) visite(s) dans la capitale française. Après une semaine sans toucher un ballon de basket-ball, l’envie de retrouver le chemin des parquets va se faire ressentir chez les compétiteurs nés. La période estivale permet aux athlètes de se concentrer sur leur développement personnel. Et ce, principalement aux niveaux physiques et techniques en compagnie d’un entraîneur individuel. Une journée peut alors se composer de un à trois entraînements quotidiens du lundi au vendredi. La plupart font le choix de se reposer le week-end. Il faut avoir conscience que le sur-entraînement n’est jamais bon. En dehors des plages dédiées à l’activité physique, les basketteurs NBA prennent le temps de se relaxer et de profiter de la vie. Se faire des petits plaisirs en allant manger dans des restaurants étoilés et boire un peu de vin en fait partie.

Des sollicitations de toute part

Il ne faut pas oublier les nombreuses sollicitations qu’un basketteur NBA reçoit au quotidien. Entre les demandes de son entourage proche, famille et amis, celles des journalistes et les nombreux messages envoyés par des fans, groupies et autres individus plus ou moins malveillants, celles-ci se comptent au minimum par dizaines.

Dans le cas où il ne serait pas accompagné par quelqu’un sur sa communication ainsi que la gestion de ses affaires, il n’aurait pas une seconde à lui s’il prêtait attention tout au long de la journée aux notifications reçues sur ses smartphones (car oui, un athlète NBA possède généralement au moins deux téléphones) et les messages reçus sur ses réseaux sociaux.

Dans cet article, en analysant plusieurs témoignages, nous nous demandions si le quotidien d’un joueur NBA était vraiment si enviable. Effectivement, leur vie font rêver des milliards de personnes sur Terre. Mais il semble que ceux-ci n’ont pas vraiment conscience des coulisses et de la pression omniprésente qui les accompagne sur et en dehors des terrains de basket-ball.

La tête au basket du matin au soir

Le matin d’un jour de match à domicile, un léger entraînement collectif peut être inscrit sur le planning. Les joueurs effectuent alors une séance de musculation dans une pièce annexe, suivie d’un entraînement collectif. Ou inversement. Mais ce n’est pas systématique. Et ce, particulièrement si le calendrier est chargé.

Au préalable, les NBAers vont prendre leur petit déjeuner à la salle d’entraînements dans la plupart des cas. Il faut savoir que toutes les infrastructures NBA sont équipées d’une cuisine et de frigos remplis de nourriture. Les sportifs y trouvent tout ce dont ils ont envie et besoin.

Les conditions de travail sont exceptionnelles. Les franchises cherchent la progression constante de leurs athlètes. Un basketteur NBA a accès 24h/24 au centre d’entraînement. C’est l’une des particularités du championnat nord-américain par rapport à la plupart des clubs européens lambda, qui limitent le temps d’utilisation de leur gymnase à leurs joueurs sous-contrats.

Le programme lors d’un match à l’extérieur est similaire, à la différence prêt que le petit déjeuner est pris à l’hôtel et que la séance de shooting se fait directement dans l’arena de la franchise recevante.

S’en suivent une douche puis un repas à la salle, chez eux ou au restaurant. Pour beaucoup, la sieste est indispensable. Elle permet de régénérer de l’énergie plus rapidement. En revanche, elle ne doit pas être trop longue pour ne pas avoir des effets négatifs sur le corps et la performance sportive.
En déplacement, une enveloppe leur est attribuée pour la soirée à la veille d’un match. Contrairement aux équipes européennes, les repas collectifs ne sont pas la norme aux États-Unis. Chacun peut manger où il veut, ce qu’il veut, quand il veut et avec qui il veut.

A environ trois heures du coup d’envoi du match, c’est l’heure de se diriger vers l’arena. Il y a toute une routine autour de l’échauffement individuel puis collectif d’avant-match. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter cet article. Les athlètes disputent le match, se lavent puis répondent aux questions des médias dans les vestiaires.

C’est ensuite l’heure d’aller dormir. Certains prolongent la soirée en discutant avec leur famille des amis. Ou bien en rejoignant leur dernière conquête, accostée dans la rue ou draguée sur les réseaux sociaux. Les champions, eux, n’hésitent pas à s’entraîner la nuit. Leur éthique de travail est extraordinaire. Durant sa carrière, Kobe Bryant avait pris pour habitude d’effectuer des sessions nocturnes. En revanche, cela est uniquement possible lorsque l’équipe ne voyage pas.

Des activités extra-basket diverses

Le quotidien de basketteur NBA offre énormément de temps libre. Un certain nombre de joueurs éprouvent des difficultés à l’utiliser à bon escient. Le temps gâché est définitivement perdu. Selon la maturité et les passions des sportifs, son utilisation va varier. Les jeux vidéo sont très répandus, mais pas que. Beaucoup voguent à d’autres occupations en dehors des terrains. Développer un autre business est de plus en plus populaire chez les sportifs professionnels. La plupart des basketteurs NBA ont le goût du challenge. Ils veulent avoir du succès dans tout ce qu’ils entreprennent. Certains vont réaliser des investissements intéressants. Kyle Kuzma disait qu’il veut faire de l’argent à tout moment de la journée et de la nuit, même quand il dort. Le fait de générer des revenus passifs est quelque chose de recherché. Mis à part des obligations contractuelles, chacun gère son temps comme il l’entend. Une partie des joueurs vont scroller leur écran à longueur de journée sur les réseaux sociaux et répondre à des DMs. Ce n’est cependant pas le cas de tous car ils sont quelques uns, très connus, à ne pas en posséder.