Il n’existe pas de voie royale toute tracée pour devenir basketteur professionnel. Ce métier requiert de faire des sacrifices. Il nécessite des exigences élevés. La concurrence est rude. Pour se démarquer des autres candidats, il faut s’armer de différentes manières. Tout le monde n’a pas les mêmes cartes en mains. D’une manière générale, on retrouve plusieurs freins majeurs auprès des jeunes athlètes ambitionnant une carrière de basketteur pro. Voici les six aspects les plus contraignants.

1 – Un physique et une morphologie inadaptés

Les basketteurs les plus petits et les plus maigres rencontrent plus de difficultés pour percer au plus haut niveau. C’est un fait indéniable. D’ailleurs, beaucoup de jeunes adolescents se font recaler lors des tests d’entrée des centres de formation pour ces motifs. En NBA, la taille moyenne des athlètes se situe aux alentours du double mètre. Il existe des moyens de contourner ce désavantage. La musculation vous fera prendre de la masse. De même, vous pourrez toujours améliorer vos capacités athlétiques en suivant un programme d’entraînements adapté. Cependant, ce travail sur votre corps ne s’avérera pas toujours suffisant pour combler vos lacunes sur le plan physique. Malheureusement, on ne choisi pas sa taille à la naissance. Pour beaucoup de passionnés de basket-ball rêvant de passer pro, la nature et la génétique en auront décidé autrement.

2 – Une mauvaise alimentation

La nutrition est une composante incontournable de la réussite et de la longévité d’une carrière de basketteur professionnel. Le corps est l’outil de travail des sportifs de très haut niveau. Si vous ne prenez pas soin du votre, il y a aucune chance pour que vous deveniez une vedette idolâtrée. La malbouffe ruine votre santé à terme. Vos capacités physiques pourraient se réduire. De même, une mauvaise alimentation accentue les risques de blessures. Vous devez faire très attention à ce que vous mangez au quotidien. Évitez le sucre autant que possible ! L’hygiène de vie dans sa globalité n’est pas à négliger. Le manque récurrent de sommeil fait par exemple partie des freins majeurs à la performance.

3 – L’absence de mentor

Tel un grand frère, un mentor apporte de bons conseils à suivre. Il peut s’agir d’un ancien basketteur professionnel, d’un coach perso ou bien d’un agent sportif. Ce conseiller bienveillant apporte également un soutien sans faille. Et ce, notamment dans les moments difficiles. A moins que vous soyez suivis depuis votre adolescence par des scouts NBA, tout le monde ne va pas croire en vous. Avoir un guide sur qui s’appuyer pour se remotiver et poser des questions est essentiel pour atteindre le haut niveau. Un mentor possède plus d’expériences que vous. Il a déjà connu ce que vous vous apprêtez à vivre. En conséquence, il a la capacité et la légitimité pour vous conseiller. Et ainsi vous aider à prendre les bonnes décisions pour votre carrière.

4 – Le manque de volonté

S’entraîner dur tous les jours est indispensable pour progresser et devenir un meilleur basketteur. Pendant que vous vous reposez, vos concurrents s’entraînent. Bien sûr, il faut trouver un juste milieu entre le sur-entraînement et le manque de pratique. Le surmenage pourrait entraîner des blessures. Bien entendu, ce n’est pas ce que vous recherchez. Vous devez prévoir à l’avance votre emploi du temps. Organisez vos journées en fonction de la programmation de vos séances d’entraînement et de repos. Tenez-vous à votre planning à la lettre. La discipline est l’une des clés du succès. Il est facile de ne pas trouver la motivation et de reporter un entraînement au lendemain. La procrastination est terrible dans la société. Une mentalité de ce genre va tuer dans l’œuf vos espoirs de carrière dans le basket professionnel.

5 – Pas d’accès aux infrastructures

Pour pratiquer le basket-ball, vous devez posséder un ballon bien entendu. Mais aussi un espace praticable. Dans les villes, on ne trouve pas des gymnases et terrains de basket à tous les coins de rue. Surtout, la très grande majorité des terrains couverts ne sont pas accessibles librement. S’entraîner sur les playgrounds peut-être dangereux. Cela peut dépanner de manière occasionnelle. Mais vous devez faire très attention à ne pas vous y blesser. Courir et sauter sur du bitume n’est pas bon pour les articulations. Durant la période estivale par exemple, l’accès à des gymnases couverts et équipés de parquet n’est pas toujours facile. Cela dépend de votre réseau. Une alternative pour remédier à cela est de participer à des camps de basket. Le problème sera alors réglé.

6 – Les distractions extra sportives

Devenir basketteur professionnel ne se concrétise pas du jour au lendemain. Il faut des années de travail acharné pour parvenir à cet objectif. Malgré tout, il est important de se divertir de temps en temps pour rester investi dans sa mission. S’aérer l’esprit est indispensable. Le cerveau et le corps humain ne sont pas faits pour enchaîner les mêmes tâches à longueur de journée. Des pauses sont nécessaires. Effectuer d’autres activités et avoir des loisirs est important pour avoir un équilibre. Mais cela ne doit pas prendre le dessus sur le basket-ball. On pense notamment aux jeux vidéos, aux réseaux sociaux et aux sorties nocturnes. Ces trois distractions ont ruiné le potentiel d’athlètes. Certains y sont addicts. Il existe d’autres loisirs plus sains comme la lecture. Mais aussi écouter de la musique ou pratiquer un instrument par exemple.