Malgré de belles performances avec les Brooklyn Nets au cours des deux dernières saisons, ainsi que des sorties séduisantes lors de l’été olympique, Timothé Luwawu-Cabarrot a du longuement patienter avant de trouver un nouvel employeur en NBA. Alors qu’il rongeait son frein sur le banc de touche depuis le coup d’envoi de la saison 2021/2022, l’ailier international français a été intronisé dans le cinq majeur lors de la récente victoire des Hawks sur le parquet des Indiana Pacers. Responsabilisé en l’absence de Bogdan Bogdanovic, De’Andre Hunter et Cam Reddish, le natif de Cannes a inscrit 8 points en 25 minutes, dont un panier à trois-points important dans le milieu du quatrième quart-temps. Son début de saison, ses ambitions, les Bleus… on a pu évoquer différents sujets avec TLC. Entretien.

Timothé, tu viens de connaître ta première titularisation cette saison après avoir accumulé peu de temps de jeu jusque-là. Comment te sens-tu ?
Ce match fait plaisir. En plus, on gagne. J’espère qu’on va continuer dans ce sens là. J’ai pu prouver que je peux jouer dans cette équipe. Ça fait du bien. Il y a plein de choses qui se sont passées la saison dernière, les JO, etc. Beaucoup de choses qui ont été positives ! Je commençais à être un peu frustré après vingt matchs sans jouer.

Free agent l’été dernier, tu as officiellement signé avec les Atlanta Hawks avant le début de la saison régulière. Et ce, après avoir du faire tes preuves lors du training camp… Peux-tu nous raconter un peu les coulisses de cette signature ?
Mes agents et moi étions surpris. On avait pas énormément de propositions. Ensemble, on a essayé d’évaluer ce qui était le mieux pour moi. Est-ce que c’était d’attendre un réel contrat, quelque chose de garanti, ou de signer ce non-garanti avec les Hawks ? On était sûr que j’avais une chance de jouer et de faire partie de l’équipe, que j’allais avoir une fenêtre à un moment donné dans la saison. On a choisi Atlanta. Au final, ça ne se passe pas encore comme on avait pensé. Mais, pour l’instant, ça va.

Atlanta possède un effectif assez jeune et semble être une franchise d’avenir en NBA. Quel est ton ressenti sur l’équipe et sur le rôle que tu as à jouer ?
Ça me fait un peu penser à Brooklyn au début de la saison dernière. On avait pas mal de monde dans l’effectif, beaucoup de joueurs qui peuvent jouer, mais peu de gars établis en NBA. Ensuite, il y a eu les transferts, James Harden est arrivé. C’est plus devenu une équipe de trois joueurs avec que des role players autour. A Atlanta, ce n’est pas pareil. Selon moi, je suis assez différent de tous les gars qui sont là. Je pense que je suis le meilleur défenseur extérieur de l’effectif. Je suis convaincu que j’ai mes cartes à jouer, quelque chose de plus à apporter pour gagner des matchs avec cette équipe. En plus de tout ça, c’est quand même ma sixième année en NBA. Je connais le fonctionnement. On est allé assez loin en playoffs avec les Nets. Je pense que j’ai assez d’expérience pour aider cette équipe des Hawks à gagner.

« Selon moi, je suis assez différent de tous les gars qui sont là. Je pense que je suis le meilleur défenseur extérieur de l’effectif » Timothé Luwawu-Cabarrot

 

Timothé Luwawu-Cabarrot - dunk

Tu l’as précisé, c’est déjà ta sixième saison dans la Grande Ligue. Beaucoup de joueurs ne vont pas jusque là. Quelle est la mentalité à avoir pour perdurer en NBA ?
Il faut être un chien, en vouloir tous les jours. Ne jamais se reposer sur ses lauriers. Bon ou mauvais match, il faut juste passer à autre chose et continuer à jouer du plus possible. Quand tu n’as pas de contrat durant les intersaisons, c’est compliqué. Il faut continuer de bosser, regarder le positif. C’est sûr que ce n’est pas facile. Tous les ans, de nouveaux gars arrivent. Donc d’autres partent. Le cadre est assez concurrentiel.

Un mot sur la médaille d’argent remportée avec l’équipe de France aux Jeux Olympiques de Tokyo ?
C’était incroyable, ma première campagne avec les Bleus. Tout le monde dit la même chose, mais c’est une fierté de jouer pour son pays. C’est la vérité. Ça nous tient vraiment à cœur à tous de jouer pour l’équipe de France. Avec le groupe que l’on va avoir dans les années à venir pour les prochains championnats d’Europe, du Monde et les Jeux Olympiques, je pense vraiment qu’on peut ramener une médaille chaque année. En plus, la off season en NBA pendant l’été est vraiment longue. Vu qu’on adore le basket, pouvoir jouer l’été pour l’équipe de France est génial. C’est super de participer à de grandes compétitions internationales avec des joueurs comme Nicolas Batum, Evan Fournier, Rudy Gobert, Frank Ntilikina, Guerschon Yabusele, etc. Ca fait vraiment plaisir de faire partie de ce groupe.

La prochaine échéance internationale aura lieu en septembre 2022 avec le championnat d’Europe. Malgré la distance temporelle qui nous sépare de cet évènement, est-ce dans un coin de ta tête ?
J’y pense déjà. Je les ai regardé jouer. Je suis toujours en contact avec les gars, ainsi que Boris Diaw et Vincent Collet. De toute manière, j’ai dit au staff que je serai présent chaque été en équipe de France pour les prochaines années, et que je vais me battre tous les ans pour ramener une médaille.

Gardes-tu également un œil sur le championnat de France et les bonnes performances des clubs français en Euroleague ?
D’assez loin, mais je suis. J’essaie de regarder les stats et les highlights. C’est bien que les projets en France commencent à avoir du succès et à se « péréniser » comme l’ASVEL qui est en Euroleague depuis plusieurs saisons. Ça fait plaisir de voir Elie (Okobo) s’épanouir complètement avec Villeurbanne. On est une belle nation. En France, on pratique un bon basket. On sait comment jouer.