© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Interview shoot à trois-points avec Toddrick Gotcher

Table des matières

L’arrière shooteur américain Toddrick Gotcher a répondu à l’interview spécifique concernant le shoot à trois-points.

Que représente le shoot à trois-points pour toi ?
Toddrick Gotcher : Le shoot à trois-points est définitivement mon objectif. J’y suis très bon. Je pense que ça ouvre le jeu. Ça blesse l’adversaire quand les trois-points rentrent dans le cercle.

Te souviens-tu de quand et où as-tu réalisé ton premier shoot à trois-points ?
Toddrick Gotcher : C’était quand j’étais petit. Vous savez, je lançais juste la balle en espérant qu’elle rentre dans le cercle. Mais le ballon tombait habituellement aux alentours. J’avais 6 ou 7 ans quand j’ai marqué mon premier trois-points. Depuis ce moment, je peux scorer à trois-points à longue distance.

Quel est le parfait shoot à trois-points selon toi ?
Toddrick Gotcher : C’est celui dans les corners. J’adore les corners. Quand le défenseur essaye de contester le tir, je shoote le trois-points au dessus et le rentre. C’est mon shoot parfait à trois-points.

« J’ai inscrit un shoot à trois-points qui nous a fait gagner le match. C’était le meilleur sentiment qui soit. » Toddrick Gotcher

 

En tant que basketteur professionnel, travailles-tu tous les jours sur ton shoot à trois-points ?
Toddrick Gotcher : Oh oui, chaque jour, je suis à la salle en train de travailler sur mon shoot à trois-points. Je travaille dessus tout les jours pour le parfaire.

Quel est le plus grand ou le plus important shoot à trois-points que tu as marqué ?
Toddrick Gotcher : Le plus grand shoot à trois-points est en fait un tir au buzzer durant ma dernière année de lycée. J’ai inscrit un shoot à trois-points qui nous a fait gagner le match. C’était le meilleur sentiment qui soit.

Quelle est ta sensation lorsque tu scores sur un shoot à trois-points ?
Toddrick Gotcher : Je me sens bien, je sens que mon travail paye. J’essaye de shooter comme Stephen Curry, de faire des choses comme ça. Quand le shoot rentre dans le panier, vous tapez dans l’oeil. Et c’est une incroyable sensation.

Quelle est ta célébration favorite après un shoot à trois-points inscrit ?
Quand je marque un panier à trois-points, ma mentalité est de « nourrir le cheval ». Dans mon esprit, je me dis que je suis le cheval. Et quand je score derrière la ligne, je donne un coup sur ma cuisse. Comme pour les chevaux dans une relance. Je donne tout le temps un coup sur ma cuisse.