Transferts NBA - fonctionnement
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Le fonctionnement des transferts en NBA

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

La NBA est une ligue sportive à part dans le Monde. Dans l’univers de la balle orange, son fonctionnement diffère de tous les autres championnats de basket-ball professionnel.

Tout d’abord, il s’agit d’une ligue fermée. Les trente franchises engagées dans la compétition sont figées d’une année sur l’autre. Il n’existe pas de descente dans une division inférieure à la fin de chaque saison. Ni de montée. Les équipes participantes sont figées. Et ce, peu importe leurs résultats sportifs d’une année sur l’autre.

La deuxième principale différence dans le mode de fonctionnement du championnat réside dans les contrats des joueurs. Il existe de multiples types de contrat. En plus des contrats garantis, partiellement garantis et non garantis, on retrouve les contrats de dix jours. Concernant les montants financiers, il existe le supermax, le minimum vétéran et bien d’autres subtilités. En NBA, le montant des salaires est régulé. Ce qui n’est pas le cas en Europe. Cependant, aucune organisation dans le Monde est en mesure d’offrir plus d’argent à un athlète qu’une franchise NBA.

La règle du transfert en NBA

De plus, lorsqu’ils sont liés contractuellement avec une équipe de la Grande Ligue, les basketteurs peuvent être échangés du jour au lendemain. Du moins, durant la période des transferts NBA. Chaque année, celle-ci se termine aux alentours de la mi-février. Pour ouvrir à nouveau vers le 1er juillet… Au moment de l’ouverture du marché des agents libres.

Ces transferts sont effectués par le front office sans obtenir le consentement des athlètes concernés. A l’exception de quelques rares superstars qui ont réussi à négocier une clause dans leur contrat… Celle-ci leur offre la possibilité de refuser un transfert. Il s’agit d’un véritable luxe dans l’univers impitoyable du business. Au moment de monter des échanges, il n’y a pas de place pour les sentiments. Une fois le deal effectif entre les équipes impliquées dans le transfert, les joueurs concernés dans l’échange reçoivent généralement un appel. Ou un SMS d’un de leurs futurs ex dirigeants. Cela pour les remercier de leurs services et les avertir de leur changement d’équipe. Malheureusement, ce n’est pas systématiquement le cas. Des joueurs apprennent leur transfert en consultant les réseaux sociaux.

En NBA, il n’existe pas uniquement des échanges entre deux équipes. Trois, quatre, cinq voir six franchises peuvent être engagées dans un énorme transfert impliquant de nombreux basketteurs.

Les transferts NBA marquants en 2022

Comme chaque année, des transferts de dernière minute ont eu lieu en 2022. Le plus marquant a été celui échangeant James Harden à Ben Simmons. Le célèbre barbu gaucher a quitté les Brooklyn Nets pour rejoindre Philadelphie. L’international australien a quant à lui fait le chemin inverse. Les Indiana Pacers se sont également montrés des plus actifs. Ils se sont notamment séparés de deux de leurs joueurs majeurs. A savoir Caris LeVert et Domantas Sabonis. Le premier nommé a pris la direction de Cleveland. Le deuxième s’est envolé pour Sacramento. Indianapolis entame désormais une période de reconstruction… en espérant jouer le haut de tableau de la Conférence Est dans quelques années.

Un transfert NBA a le pouvoir de changer la physionomie du championnat en cours de saison. Un outsider peut se transformer en favori. A l’inverse, un échange peut également démunir une équipe sur le court terme. Chaque transfert doit être bien réfléchi pour que toutes les parties soient gagnantes ! Ce qui n’est pas toujours le cas…